Leçons de niveau débutant

Introduction au christianisme/Bible

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Bible
Icône de la faculté
Chapitre no 5
Leçon : Introduction au christianisme
Chap. préc. :Foi chrétienne
Chap. suiv. :Tradition
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Introduction au christianisme : Bible
Introduction au christianisme/Bible
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.
Une Bible datant de 1859
Le livre d'Isaïe de l'Ancien Testament dans une Bible en anglais

Les chrétiens croient en la Bible. Pour eux, la Bible est un ensemble de textes sacrés comprenant la révélation de Dieu aux hommes. Elle comprend deux parties principales : l'Ancien Testament et le Nouveau Testament.

L'Ancien Testament est constitué des prophéties reçues par le peuple juif. Le Nouveau Testament est constitué des récits de la vie de Jésus et de ses enseignements. En effet, les apôtres de Jésus ont consigné par écrit les enseignements de Jésus-Christ dans les évangiles en étant inspirés par le Saint-Esprit. Ces enseignements reposent sur le principe de l'amour envers les hommes.

Ainsi, la Bible est l'ensemble des textes sacrés des chrétiens. Elle comprend plusieurs livres qui, ensemble, forment le canon biblique. Différentes dénominations chrétiennes utilisent des canons qui sont légèrement différents entre eux ou dans un ordre différent. De plus, les textes des livres eux-mêmes ne sont pas identiques d'une dénomination à l'autre.

La Bible chrétienne comprend la Bible hébraïque des juifs, dite Tanakh en hébreu, l'acronyme des titres de ses trois parties : la Torah (la Loi), les Nevi'im (les Prophètes) et les Ketouvim (les autres écrits). Pour les chrétiens, le Tanakh constitue l'Ancien Testament. De plus, depuis le concile de Trente tenu en 1542, les catholiques ajoutent d'autres livres antiques à l'Ancien Testament qui ne sont pas repris par les juifs. De son côté, le Nouveau Testament regroupe les écrits relatifs à Jésus-Christ et à ses disciples. Les sections ci-dessous présentent la composition de la Bible ainsi qu'une brève description des livres du Nouveau Testament.

La Bible est le livre le plus diffusé dans le monde. Elle est d'ailleurs le premier livre qui soit sorti des presses de Gutenberg, dans sa version latine de saint Jérôme. Selon les estimations, environ 25 millions d'exemplaires de la Bible sont vendus chaque année. On estime que plus de 6 milliards de Bibles ont été imprimées. Aucun autre ouvrage à travers le monde n'a jamais eu un tirage aussi important et constant au fil des siècles.

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

De nos jours, la Bible est l'ouvrage traduit dans le plus grande nombre de langues au monde. Cependant, la traduction de la Bible n'a pas toujours été aussi abondante. La première traduction connue est la Septante qui est une traduction en grec de la Bible hébraïque commencée au milieu du IIIe siècle avant Jésus-Christ et continuée pendant des siècles. Une autre traduction marquante est celle effectuée par saint Jérôme de Stridon, la Vulgate, en latin, entre la fin du IVe et le début du Ve siècle. En Europe, bien que la connaissance du latin déclinait parmi la population, on continuait de lire la Bible en latin lors des messes. Des traductions partielles de la Bible en langues vulgaires furent réalisées à partir du XIIe siècle, mais elles étaient le fait de courants chrétiens dissidents tels que les Vaudois et les Cathares. À la fin du XIIe siècle, le pape Innocent III s'est formellement opposé à ces traductions et plusieurs conciles ultérieurs, tels que le concile de Toulouse en 1229, confirmèrent cette décision.

L'une des premières traduction de la Bible en français est la Bible historiale de Guyart des Moulins en 1297. Aux XVe et XVIe siècles, les traductions se multiplièrent. Le réformateur Martin Luther traduisit la Bible en allemand à partir des textes grecs et hébreux et publia le Nouveau Testament traduit en 1522 et l'Ancien Testament en 1534. La première traduction complète de la Bible en français fut celle de Lefèvre d'Étaples en 1528 qui a été traduite à partir du latin. La première traduction en français à partir de l'hébreu et du grec est la Bible d'Olivétan qui a été réalisée en 1535. La première traduction complète en anglais à partir de l'hébreu et du grec a été publiée en 1537, en espagnol en 1569 et en italien en 1607. En date de 2014, le canon protestant de la Bible est disponible en 531 langues et dialectes. Le Nouveau Testament est disponible en 1 329 langues. De plus, elle est en cours de traduction dans plus de 1 500 autres langues.

Composition[modifier | modifier le wikicode]

Toutes les Bibles chrétiennes comprennent l'Ancien Testament composé de la Tanakh et le Nouveau Testament composé de 27 livres. Les Bibles de l'Église catholique comprennent 10 livres de plus dans l'Ancien Testament qui ne font pas partie de la Bible hébraïque. Les Bibles de l'Église orthodoxe en comprennent encore davantage. De plus, certaines confessions chrétiennes comprennent plus de livres dans le Nouveau Testament. La Bible avec le plus grand canon, c'est-à-dire avec le plus grand nombre de livres, est la Bible éthiopienne qui comprend 81 livres dont le Livre d'Hénoch qui est inclut dans aucune autre Bible. De leurs côtés, les Bibles protestantes sont celles qui comprennent le moins de livres. De plus, certaines confessions chrétiennes reconnaissent également d'autres Écritures sacrés en plus de la Bible. C'est le cas notamment des mormons qui reconnaissent le Livre de Mormon dans leur canon en plus de d'autres livres selon les dénominations.

Composition de l'Ancien Testament[modifier | modifier le wikicode]

Les Écritures hébraïques, appelées la Tanakh, sont contenues dans toutes les Bibles chrétiennes dans l'Ancien Testament et comprennent les parties suivantes :

  • la Pentateuque (la Torah), qui comprend les livres suivants : Genèse, Exode, Lévitique, Nombres et Deutéronome
  • les livres historiques : Josué, Juges, Ruth, I Samuel, II Samuel, I Rois, II Rois, I Chroniques, II Chroniques, Esdras, Néhémie, Esther
  • les Hagiographes : Livre de Job, Psaumes, Proverbes, Ecclésiaste, Cantique des Cantiques
  • les Prophètes : Esaïe, Jérémie, Lamentations, Ezéchiel, Daniel, Osée, Joël, Amos, Abdias, Jonas, Michée, Nahum, Habaquq, Sophonie, Aggée, Zacharie, Malachie

En plus des livres ci-dessus, l'Église catholique inclut les livres additionnels suivants, dits « deutécanoniques » :

  • dans les livres historiques : Tobie, Judith, I Maccabées, II Maccabées
  • dans les Hagiographes : Sagesse de Salomon (ou Livre de la Sagesse), Ecclésiastique (ou Sagresse de Sirac, ou encore Siracide)
  • dans les Prophètes : Baruch

Composition du Nouveau Testament[modifier | modifier le wikicode]

Le Nouveau Testament comprend les livres suivant (selon l'ordre du canon occidental) :

  • les quatre Évangiles : Évangiles selon Matthieu, Marc, Luc et Jean
  • les Actes des Apôtres
  • les 14 épîtres de Paul : Romains, I Corinthiens, II Corinthiens, Galates, Éphésiens, Philippiens, Colossiens, I Thessaloniciens, II Thessaloniciens, I Timothée, II Timothée, Tite, Philémon, Hébreux
  • les épîtres catholiques : Jacques, I Pierre, II Pierre, I Jean, II Jean, III Jean, Jude
  • l'Apocalypse (ou Révélation)

Chacune des parties est présentées de manière brève dans les sections ci-dessous.

Histoire[modifier | modifier le wikicode]

La liste des livres retenus pour former le Nouveau Testament a été fixée lors du concile de Laodicée en 363. Cependant, à cette époque, elle n'incluait pas le livre de l'Apocalypse. En plus de ce dernier, le Nouveau Testament comprend, selon l'ordre du canon occidental : les quatre Évangiles canoniques (soit les Évangiles selon Matthieu, Marc, Luc et Jean), les Actes des Apôtres, les 14 épîtres (la plupart attribuées à Paul de Tarse) et d'autres épîtres catholiques (attribuées à d'autres disciples dont Simon-Pierre, Jacques le Juste, Jean de Zébédée, Judas de Jacques). Ainsi, le canon occidental se clôt à 27 livres selon l'autorité de l'Église, depuis le concile de Rome en 382 ; ce qui a été confirmé lors des synodes régionaux de Carthage de 397 et de 419. Jusqu'à la fin du IVe siècle, il exclut l'épître aux Hébreux. De plus, en dépit des décrets du pape Gélase Ier, les littératures apocalyptiques autres que celle de Jean ont été recopiées et tenues pour partie prenante du Nouveau Testament jusqu'au milieu de XIIIe siècle.

Dans les Églises grecques, c'est plutôt l'usage des livres dans les communautés qui détermine le canon. Ainsi, le canon oriental démarre à 22 livres en excluant l'épître aux Hébreux, les lettres de Jacques, le second épître de Pierre, le troisième épître de Jean, l'épître de Jude et l'Apocalypse. En effet, les littératures apocalyptiques ont été déclarées inauthentiques.

Évangiles[modifier | modifier le wikicode]

La Bible chrétienne comprend quatre Évangiles. Les trois premiers sont dits « synoptiques », c'est-à-dire les Évangiles selon Matthieu, Marc et Luc. Ceux-ci ont en commun une grande partie de leurs récits et ont été vraisemblablement écrits à partir de deux sources communes appelées « l'Évangile selon Marc » et la « source Q ». Le quatrième est l'Évangile selon Jean.

Évangile selon Matthieu[modifier | modifier le wikicode]

L'Évangile selon Matthieu est le premier des quatre Évangiles canoniques du Nouveau Testament. Il est attribué, selon la tradition chrétienne, à l'apôtre Matthieu qui était un collecteur d'impôt devenu disciple de Jésus de Nazareth, mais cette attribution n'est pas reconnue par les historiens. En tout état de cause, ce texte date des années 1970 à 90 et semble provenir d'Antioche où vivait l'une des toutes premières communautés chrétiennes.

Il s'adresse avant tout aux juifs pour leur démontrer, à l'aide de l'Ancien Testament, que Jésus-Christ est réellement le fils de Dieu, l'Emmanuel, c'est-à-dire le « Dieu avec nous », et le Messie qu'ils attendaient, en accomplissement de toutes les prophéties.

Évangile selon Marc[modifier | modifier le wikicode]

L'Évangile selon Marc est le deuxième dans l'ordre des quatre Évangiles canoniques. Il est aussi le plus bref. Il est probablement le plus ancien, avec une date de rédaction située entre 65 et 75 selon les chercheurs. Sa rédaction est attribuée à Marc qui, selon la tradition chrétienne, était le compagnon de Paul, puis de Pierre, que l'on connaît par le Nouveau Testament, spécialement par les Actes des Apôtres et les épîtres de Paul et de Pierre.

Évangile selon Luc[modifier | modifier le wikicode]

L'Évangile selon Luc est attribué à Luc qui était, selon la tradition chrétienne, un médecin et le compagnon de Paul. C’est le plus long des quatre Évangiles du Nouveau Testament. Il raconte la vie de Jésus-Christ, même si Luc ne l'a pas connut personnellement.

Luc est également l'auteur des Actes des Apôtres qui sont la suite de son Évangile et qui racontent l'histoire des débuts de l'Église chrétienne. Ces deux ouvrages ont probablement était rédigés dans les années 1980 ou 90.

Évangile selon Jean[modifier | modifier le wikicode]

L'Évangile selon Jean est le dernier des quatre Évangiles du Nouveau Testament. Il est attribué à l'apôtre Jean de Zébédée, l'un des disciples de Jésus. De nos jours, la plupart des historiens rejettent cette attribution. Ils disent plutôt qu'il provient d'une communauté johannique et date de la fin du Ier siècle. Il se démarque des Évangiles synoptiques par sa composition, son style poétique et sa théologie.

L'Évangile selon Jean est le plus important en matière de doctrine trinitaire puisqu'il énonce la divinité de Jésus.

Actes des Apôtres[modifier | modifier le wikicode]

Le récit des Actes des Apôtres est le cinquième livre du Nouveau Testament. Il commence avec l'Ascension suivie de la Pentecôte et relate les débuts de l'Église primitive qui se constitua autour des apôtres à Jérusalem et se répandit ensuite en Judée, en Galilée et en Samarie dans les communautés juives de la diaspora avant de se séparer d'elles.

Épîtres de Paul[modifier | modifier le wikicode]

Parmi les Épîtres de Paul, 13 sont explicitement attribuées à Paul, l'Épître aux Hébreux étant anonyme :

  • l'Épître aux Romains
  • la Première épître aux Corinthiens
  • la Deuxième épître aux Corinthiens
  • l'Épître aux Galates
  • l'Épître aux Éphisiens
  • l'Épître aux Philippiens
  • l'Épître aux Colossiens
  • la Première épître aux Thessaloniciens
  • la Deuxième épître aux Thessaloniciens
  • la Première épître à Timothée
  • la Deuxième épître à Timothée
  • l'Épître à Tite
  • l'Épître à Philémon

Pour les historiens, seules sept sont jugées authentiques : Romains, première Corinthiens, deuxième Corinthiens, Galates, Philippiens, première Thessaloniciens et Philémon. On les appelle « épîtres proto-pauliniennes ». Trois autres, les « épître deutéro-pauliniennes », c'est-à-dire Éphisiens, Colossiens et deuxième Thessaloniciens, sont attribuées à des disciples proches de Paul et, enfin, trois autres, les « épître trito-pauliniennes » ou « pastorales », c'est-à-dire première Timothée, deuxième Timothée et Tite, sont attribuées à des disciples plus tardifs.

On peut regrouper ces épîtres selon les thèmes traités et l'époque à laquelle elles ont probablement été écrits :

  • lettres à dominante eschatologique : les deux épîtres aux Thessaloniciens et la première aux Corinthiens
  • lettres traitant de l'actualité du salut et de la vie des communautés : les deux épîtres aux Corinthiens ainsi que les épîtres aux Galates, aux Philippiens et aux Romains
  • lettres dites « de captivité » qui parlent du rôle cosmique du Christ : les épîtres à Philémon, aux Colossiens et aux Éphésiens
  • lettres dites « pastorales » traitant de l'organisation des communautés : les deux épîtres à Timothée et l'épître à Tite

Épîtres catholiques[modifier | modifier le wikicode]

Les Épîtres catholiques, ou Épîtres universels, suivent les épîtres de Paul et incluent une épître de Jacques, deux de Pierre, trois de Jean et une de Jude. On les appelle « catholiques » puisqu'elle étaient adressées à un public plus large que les épîtres de Paul, c'est-à-dire à l'Église entière, ou universelle, au lieu d'une Église purement locale telles que celle d'Éphèse ou de Corinthe

Les Épîtres catholiques font partie du canon protestant aussi bien que de celui des Églises catholique et orthodoxe.

Apocalypse[modifier | modifier le wikicode]

L'Apocalypse de Jean, également appelé le livre de la Révélation de Jésus-Christ, est le dernier livre du canon du Nouveau Testament. L'œuvre a été composée vers la fin du Ier siècle par un auteur nommé Jean. La tradition l'identifie parfois à l'apôtre Jean fils de Zébédée ou à Jean le Presbytre.

Exercices[modifier | modifier le wikicode]

  1. Quelles sont les deux principales parties de la Bible ?
  2. Comment se nomme l'ensemble des livres qui sont inclus dans la Bible ?
  3. Combien d'Évangiles la Bible comprend-elle ?
  4. À qui l'Église chrétienne attribue-t-elle les Évangiles ?