Leçons de niveau 13

Introduction à la macroéconomie/Croissance économique

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Croissance économique
Icône de la faculté
Chapitre no 2
Leçon : Introduction à la macroéconomie
Chap. préc. :Généralités
Chap. suiv. :Comptabilité nationale
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Introduction à la macroéconomie : Croissance économique
Introduction à la macroéconomie/Croissance économique
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.


La croissance économique désigne la variation positive de la production de biens et de services dans une économie sur une période donnée, généralement une période longue. La croissance est un processus fondamental des économies contemporaines, reposant sur le développement des facteurs de production, lié notamment à la révolution industrielle, à l'accès à de nouvelles ressources minérales (mines profondes) et énergétiques (charbon, pétrole, gaz, énergie nucléaire...) ainsi qu'au progrès technique1. Elle transforme la vie des populations dans la mesure où elle crée davantage de biens et de services. À long terme, la croissance a un impact important sur la démographie et le niveau de vie (à distinguer de la qualité de vie) des sociétés qui en sont le cadre. De même, l'enrichissement qui résulte de la croissance économique peut permettre de faire reculer la pauvreté.

Indicateur économique[modifier | modifier le wikicode]

  • produit intérieur brut et parité de pouvoir d'achat.

Le PIB[modifier | modifier le wikicode]

L'indicateur le plus utilisé pour mesurer la croissance économique est le produit intérieur brut ou PIB.

La production d’une entreprise est égale à son chiffre d’affaires (ses ventes) plus l’accroissement du stock de produits finis. La mesure de la totalité de la production d’un pays n’est pas la sommation de toutes les productions des entreprises. En effet, on calcule la valeur ajoutée qui est la partie dans la production véritablement ajoutée par l’entreprise. Elle est égale à la production de l’entreprise diminuée de ses « consommations intermédiaires » du processus de production. Ainsi la valeur ajoutée de Carrefour n’est pas son chiffre d’affaire, mais la différence entre son chiffre d’affaire et ses achats.

La somme des valeurs ajoutées de toutes les entreprises est le P.I.B. (produit intérieur brut).

Il est mesuré « en volume » ou « à prix constants » pour corriger les effets de l'inflation. Le taux de croissance, lui, est le taux de variation du PIB. On utilise souvent la croissance du PIB par habitant comme indication de l'amélioration de la richesse individuelle, assimilée au niveau de vie.

Les théories de la croissance[modifier | modifier le wikicode]

Exemple de cycle économique
  • L'école classique
  • Nikolai Kondratiev est un des premiers économistes à montrer l’existence de cycles longs de 50 ans, et Joseph Schumpeter développe la première théorie de la croissance sur une longue période. Il considère que l'innovation portée par les entrepreneurs constitue la force motrice de la croissance. Il étudie en particulier le rôle de l'entrepreneur dans Théorie de l'évolution économique en 1911.
  • Modèle de Harrod-Domar: La croissance « sur le fil du rasoir »
  • modèle de Solow et Croissance exogène.
  • Théorie de la croissance endogène.