Leçons de niveau 11

Introduction à la biologie/La notion d'espèce

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
La notion d'espèce
Icône de la faculté
Chapitre no 3
Leçon : Introduction à la biologie
Chap. préc. :Les êtres vivants
Chap. suiv. :Les cinq règnes
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Introduction à la biologie : La notion d'espèce
Introduction à la biologie/La notion d'espèce
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Une espèce est une notion biologique permettant de grouper ensemble des individus, dans un même taxon.

Définition[modifier | modifier le wikicode]

La notion d'espèce est difficile à définir, aussi plusieurs définitions sont acceptables et utilisées (des critères de ressemblance).

La ressemblance[modifier | modifier le wikicode]

"Une espèce rassemble tous les individus qui se ressemblent autant entre eux qu’ils ressemblent à leurs parents".

Cette définition intuitive contient la notion d'hérédité de l'espèce (un Chat qui se reproduit aura des bébés-Chat et non des bébés-Chien) et la notion de ressemblance physique[1]. Elle pose problème pour des sous-espèces d'aspects très différents : ainsi les saint-bernards et les caniches sont deux sous-espèces de chien, mais ne constituent pas deux espèces de chien, malgré leurs différences morphologiques.

La définition de Cuvier intègre en plus la notion de filiation :
"L'espèce est la collection de tous les individus issus de parents communs et de tous ceux qui leur ressemblent autant qu’ils se ressemblent entre eux".

Elle lève le problème des races de Chien qui ont assurément des ancêtres communs et qui présentent quand même des ressemblances (moins évidentes parfois que leurs différences) mais, par contre, elle ne s'oppose pas à la notion de spéciation (création de plusieurs espèces à partir d'une même espèce) qui n'apparaîtra qu'avec les travaux de Darwin.

La fécondité[modifier | modifier le wikicode]

Une espèce rassemble tous les individus capables de se reproduire entre eux et dont les descendants sont également féconds.

Cette définition introduit la notion d'inter-fécondité. Ainsi, une lionne et un tigre peuvent avoir des petits, mais ceux-ci sont stériles. Les lions et les tigres sont donc deux espèces différentes.

Cette définition, moins intuitive, est généralement celle utilisée par les biologistes. Elle est très pratique pour les animaux et les plantes, mais peu pratique pour les organismes n'utilisant pas la reproduction sexuée.

On définit de cette manière la notion "d'espèce biologique" : l’ensemble des individus capables de se reproduire entre eux et de donner une descendance viable et fertile (le critère de viabilité est important)

La possibilité de se reproduire[modifier | modifier le wikicode]

Pour que deux individus puissent se reproduire ensemble, il faut qu’ils partagent le même milieu : est introduit, alors, un critère supplémentaire pour l'espèce le critère écologique. Les lions d'Afrique et d'Asie sont deux espèces différentes : leurs différences sont faibles car ils ont des ancêtres communs mais ont été séparés par un phénomène tectonique et n'ont plus de possibilité naturelle de se reproduire entre eux. D'où la notion de populations (ensembles génétiquement ouverts) faisant partie d'une espèce (ensemble génétiquement fermé). Les membres d'une espèce sont effectivement et potentiellement inter féconds, mais peuvent être séparés par ce que l’on appelle des barrières d'isolement reproductif.

La séparation géographique entre individus est un critère pouvant amener à la spéciation, c'est-à-dire la séparation d'une espèce en plusieurs.

Apports de la génétique[modifier | modifier le wikicode]

Pour certains être vivants ne pratiquant pas de reproduction sexuée (par exemple, certains parasites) les critères de différenciation morphologiques ne suffisent pas pour déterminer des espèces. On fait donc appel à la génétique, pour mesurer la proximité entre les individus.

Une définition moderne[modifier | modifier le wikicode]

"Espèce M.E.S."

M pour le critère de ressemblance : M pour Morphologie semblable ou identique.
E pour le critère écologique.
S pour le critère de fécondité : S pour stérilité qui ne doit pas apparaître dans toute la descendance.

La notion de sous-espèce[modifier | modifier le wikicode]

Parfois, il existe des variations notables, à l'intérieur même d'une espèce, qui permettent de classer les individus en sous-espèces, variants, variétés, parfois races. C’est par exemple le cas entre les différentes races de chien : malgré leurs différences, elles ne forment qu'une seule espèce.

Remarques :

  • la notion de race est liée à une sélection humaine dans une espèce animale (choix de caractères chez les parents -esthétiques, utilitaires et/ou d'aptitudes comportementales- et contrôle de leur reproduction) alors que les sous-espèces et variants sont les résultats d'une sélection naturelle,
  • la notion de variété apparaît en biologie végétale avec une valeur comparable à la race notamment dans les groupes de certaines espèces dits variété officinialis (ayant des vertus thérapeutiques).

Note[modifier | modifier le wikicode]

  1. Cette définition est utilisée en pratique pour les organismes se reproduisant par reproduction asexuée: c’est la base des techniques d'identification des souches de bactéries.

Source[modifier | modifier le wikicode]

  • Le contenu de cette page est issu en partie ou en totalité de l’article espèce sur Vikidia.