Leçons de niveau 14

Introduction à l'écologie/Formes d'écologie

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Formes d'écologie
Icône de la faculté
Chapitre no 2
Leçon : Introduction à l'écologie
Chap. préc. :Présentation
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Introduction à l'écologie : Formes d'écologie
Introduction à l'écologie/Formes d'écologie
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Différentes formes d'écologie[modifier | modifier le wikicode]

Le terme « écologie » est vaste et englobe plusieurs idées et est devenu complètement polysémique.

À noter que l'écologue est le chercheur ou technicien qui utilise l'écologie scientifique et que l’écologiste est un terme plus général utilisée pour l'écologie philosophique et politique.

Écologie scientifique[modifier | modifier le wikicode]

L’écologie est une discipline à la croisée des sciences de la vie et des sciences de la terre. La discipline est définie par les Grecs : il s'agit d'une démarche et non d'un statut. Elle se détermine aussi par son champs d’étude pouvant aller de la technique (mathématiques par exemple) aux objets même de l’étude (zoologie, botanique par exemple) ; notons que la botanique est une exception car les Grecs ne pensaient pas les plantes comme des êtres vivants. Ainsi, elle se distingue grammaticalement par une terminaison :

  • « ique » pour la technique d'étude ;
  • « logie » pour l'objet d'étude.

Science et écologie[modifier | modifier le wikicode]

La science s’emploie selon deux méthodes :

  • inductive : l’étude se porte d’abord sur le terrain où les observation sont multipliées dès qu’elles découlent des théories généralisables mais cette approche rend compliqué les démarches expérimentales et à l’échelle mondiale, nous pouvons employer les démarches comparatives ;
  • déductive : dans ce cas, les hypothèses sont d’abord émise puis testées, l’approche expérimentale est souvent utilisée.

L’écologie se place avec un ensemble de disciplines scientifiques :

  • la botanique : échelle des cellules, tissus, organisme, végétation, etc. ;
  • la zoologie : reprend le principe d’application à toutes les échelles, appliquée aux animaux ;
  • la géologie et la pétrologie : toutes les échelles : les minéraux, puis les roches, ensuite massif montagneux par exemple, jusqu’aux continents, planète ;
  • la climatologie : études des variations climatiques, toujours notion d’échelle en partant du local vers le global.

En écologie, il faut se situer par rapport à une échelle et considérer les ensembles de problématiques tout en utilisant les informations les théories et les ressources dont nous avons besoin. De ce fait, l’ensemble de ces données proviennent de nombreux domaines (planétaire voire astronomique ou d'une ville en particulier : tout dépend de l’étude faite). L’écologie scientifique est donc une discipline de synthèse qui recherche des informations dans différents domaines. En ce sens, l’écologie scientifique n’est pas très différente de la géographie.

L'écologie a notamment emprunté…

  • à la physique : les lois de l’énergie, vu que les écosystèmes fonctionnent grâce à l’énergie du soleil et en petit partie à celle géothermique. Les notions de cycle et de flux sont aussi prises en compte : exemple de la vie commençant à l’état organique et de l’état des molécules lors de la mort du vivant ;
  • aux mathématiques : la statistique, l’écologie est par définition une étude statistique, statistiques permettant de valider les observations faites ; la logique, la théorie des ensembles, la théories des systèmes (= systémiques) ;
  • à la géologie : comme dans les domaine de la pédologie, la géomorphologie, la paléontologie car le fonctionnement actuel des écosystèmes dépend d’une évolution d’espèces et sont implantés sur des plaques lithosphériques qui bougent, la volcanologie, glaciologie, sédimentologie, sont aussi des domaines utilisés de manière générale car il y a besoin de la géodynamique externe et interne pour connaître le fonctionnement des écosystèmes ;
  • à l'informatique : permet la création de modèles, permet d'effectuer des prédictions afin de prévenir d’éventuel scénario ;
  • à la biochimie : en travaillant sur écosystèmes et le vivant il est crucial de savoir ce qui se passe au niveau du métabolisme comme la photosynthèse par exemple.

Environnement[modifier | modifier le wikicode]

Les préoccupation qui concernent les sociétés humaines comme la qualité de l’eau, de l’air, des sols, des aliments. Le développement de sociétés humaines a provoqué de nombreux problème et thématiques en matière d’environnement : par exemple, l’évacuation et recyclage des produits, des problèmes de santé (ex. : asthme chez les enfants plus fréquent dans les villes très industrialisée).

Écologie politique[modifier | modifier le wikicode]

Ce terme et le mouvement de pensée associé sont nés dans les années 1960/70 aux États-Unis alors que beaucoup de personnalités politiques se posent des questions sur l’écologie de part l’enjeu majeur qu'elle représente. Certains ont même créé des partis politiques autour de l'écologie. Aujourd'hui, la majorité des pays du monde dispose d'un ministère chargé des questions écologiques.

Écologie philosophique ou citoyenne[modifier | modifier le wikicode]

C’est la forme militante, celle que l’on peut pratiquer sans s’en rendre compte directement au quotidien en recyclant les déchets, par exemple. Cette forme de l’écologie demande une réflexion ainsi qu’une volonté d'adaptation. C’est une écologie citoyenne.

Écologie commerciale[modifier | modifier le wikicode]

Ce qui concerne le bio : utiliser l’écologie pour promouvoir la vente de produits relativement sains.