Leçons de niveau 17

Hypercubes/Historique

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Historique
Icône de la faculté
Chapitre no 2
Leçon : Hypercubes
Chap. préc. :Définition
Chap. suiv. :Les différentes catégories
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Hypercubes : Historique
Hypercubes/Historique
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Historique[modifier | modifier le wikicode]

À partir des années 1960, les systèmes informatiques gérant les données au sein des entreprises sont utilisés essentiellement pour faciliter l’activité des organisations et pour améliorer la prise de décision. Cependant il y avait une importante redondance d’information, en effet, une partie de l’information était gérée par des sous-systèmes mais également manipulée par un autre service.

C’est en 1970, que le docteur Edgar F. Codd, alors employé chez IBM, publie un article « A Relational Model of Data for Large Shared Data Banks » qui régit et revoit les fondations des bases de données relationnelles modernes. L’accès aux données est alors simplifié.

Face aux évolutions nombreuses et rapides qui s’imposent aux entreprises, la prise de décision est devenue dès les années 1980, et plus fortement durant les années 1990, une activité primordiale. Les entreprises s’équipent de logiciels et solutions de gestion facilitant l’analyse de données et permettant de stocker un volume d’information important qui ne cesse de croître.

Pour adhérer au concept On Line Analytical Processing (OLAP), Edgar F. Codd a défini 12 principes en 1993, qui ont pour but de cibler les caractéristiques que doit présenter une base de donnée.


1. Vue conceptuelle multidimensionnelle

2. Transparence

3. Accessibilité

4. Constance des temps de réponses

5. Architecture client-serveur

6. Indépendance des dimensions

7. Gestion des matrices creuses

8. Accès multi-utilisateurs

9. Pas de restrictions sur les opérations inter et intra dimensions

10. Manipulation aisée des données

11. Simplicité des rapports

12. Nombre illimité de dimensions et nombre illimité d'éléments sur les dimensions


C’est ainsi que l‘informatique décisionnelle naît, avec l’utilisation des cubes OLAP, dont le but est de collecter, consolider, modéliser et restituer l’information pour permettre à un décideur d’obtenir une vue d’ensemble de l’activité traitée.