Leçons de niveau 15

Gestion des représentations diplomatiques/Rupture des relations diplomatiques

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Rupture des relations diplomatiques
Icône de la faculté
Chapitre no 8
Leçon : Gestion des représentations diplomatiques
Chap. préc. :Immunités et privilèges
Chap. suiv. :Sommaire
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Gestion des représentations diplomatiques : Rupture des relations diplomatiques
Gestion des représentations diplomatiques/Rupture des relations diplomatiques
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Rupture des relations diplomatiques[modifier | modifier le wikicode]

Lorsque des États rompent bilatéralement leurs relations diplomatiques, c'est le symptôme d'un incident grave. En effet, autrefois, elles étaient rompues automatiquement dans le cadre d'un conflit armé. Cette rupture n’est utilisée qu'en dernier recours, lorsqu'une solution n'a été trouvée sur un désaccord et après que le chef de mission ou des agents diplomatiques ont été déclarés persona non grata et rejoint leur État d'origine.

Les article 45 et 46 de la convention de 1961 indiquent dans ce cas que l’État accréditaire doit continuer de satisfaire ses obligations en matière de respect des immunités et notamment de l'inviolabilité et de protection des locaux. Ces articles indiquent aussi qu'un État peut confier « la protection de ses intérêts et de ceux de ses ressortissants à un État tiers » ; en d'autres termes, une autre mission diplomatique d'un autre État peut assumer les fonctions d'une mission diplomatique entre deux États en conflit ou n’échangeant pas de représentations diplomatiques.

États-Unis et Iran (1980)[modifier | modifier le wikicode]

Nous parlions précédemment d'une crise diplomatique entre les États-Unis et l'Iran à la suite d'une prise d'otages dans l'ambassade américaine avec la complicité de l'Iran. Au cours de cet incident, les États-Unis ont rompu leurs relations diplomatiques avec l'Iran le 7 avril 1980 après avoir rappelé le chef de mission, ambassadeur, ce qui n’a eu aucun effet. Les diplomates en poste dans chacun des deux pays ont été renvoyés vers leur État d'origine.

Cependant, d'autres États désignés peuvent être chargés de prendre le relais des missions diplomatiques, comme nous l’avons vu supra. À ce titre, la Suisse, en tant qu'État neutre, a été chargée des intérêts américains en Iran pendant cette crise. Toutefois, il est important de noter que la convention de Vienne sur les relations diplomatiques prévoit que les immunités et notamment celles concernant l'inviolabilité s'appliquent toujours.

Depuis, les relations entre les deux pays n'ont presque pas évoluées malgré un « réchauffement » en 2013.

Crise du Golfe (2017)[modifier | modifier le wikicode]

  •      Qatar.
  •      Pays qui ont coupé leurs relations avec le Qatar.
  •      Pays qui ont abaissé le niveau de leurs relations diplomatiques.
  •      Libye, opposition d'un gouvernement non reconnu internationalement face au Qatar.
  • Depuis 2017, une crise diplomatique opposant le Qatar à l'Arabie saoudite, aux Émirats arabes unis et d'autres pays musulmans a conduit plusieurs pays à rompre leurs relations diplomatiques avec le Qatar et d'autres à abaisser le niveau de leurs relations.