Leçons de niveau 15

Gestion des représentations diplomatiques/Activités

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Activités
Icône de la faculté
Chapitre no 5
Leçon : Gestion des représentations diplomatiques
Chap. préc. :Chefs de mission diplomatique
Chap. suiv. :Ressources
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Gestion des représentations diplomatiques : Activités
Gestion des représentations diplomatiques/Activités
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Activités de l'ambassade[modifier | modifier le wikicode]

Les activités qui se mènent au sein d’une ambassade sont de plusieurs ordres. Elles sont réparties en fonction de la qualification des agents qui y travaillent sous la direction du chef de mission. Elles varient en fonction de la taille de l’ambassade et des sujets qui dominent les relations bilatérales existantes entre les États. Nous évoquerons tour à tour :

  • les affaires politiques ;
  • les affaires juridiques ;
  • les affaires économiques et commerciales ;
  • les affaires liées à l'information et à la presse ;
  • les affaires culturelles ;
  • les affaires consulaires ;
  • les affaires militaires ;
  • les affaires administratives et financières,
  • les activités du protocole ;
  • les attachés du chiffre ; et,
  • d'autres fonctions spécifiques.

Affaires politiques[modifier | modifier le wikicode]

Les relations qui liaient les chefs d’État entre eux étaient basées sur des considérations d’ordre politiques. En effet, elles étaient à l’origine de l’ouverture de nombreuses ambassades et permettaient de soutenir et de consolider les liens d’amitié qu’entretenaient entre eux les souverains de deux ou de plusieurs États. Mais de nos jours, l’extension des domaines d’activités de l’ambassade a sensiblement diminué l’importance des affaires au profit des dossiers de coopération économique, politique, ainsi que des intérêts certains. Il y a lieu de noter toutefois que les affaires politiques continuent de jouer un rôle prépondérant dans le règlement des conflits et dans le déblocage de certains dossiers de coopération qui existent entre les États. Il convient de noter, qu’au sein d’une ambassade se traitent des questions d’actualité politique (situation politique intérieure des États) et des questions liées à l’actualité internationale (rivalités politiques entre États, conflits, réunions des États dans le cadre d’une organisation régionale ou internationale) ; le ministre conseiller ou le premier conseiller et dans certains cas, le deuxième conseiller, sont chargés de ces questions dans les représentations diplomatiques.

Affaires juridiques[modifier | modifier le wikicode]

Elles ont trait à toutes les questions liées au droit dans les négociations des accords avec le pays d’accueil ou avec les pays de la juridiction. Les questions juridiques concernent aussi les références aux conventions internationales, les préparations intellectuelles des visites d’État ou de personnalités politiques de haut rang dans le pays d’accueil. Les affaires juridiques sont souvent traitées au sein de l’ambassade par le premier collaborateur du chef de mission en charge des affaires politiques.

Affaires économiques et commerciales[modifier | modifier le wikicode]

Au regard de la convention de Vienne de 1963 sur les relations consulaires, les affaires commerciales relevaient de la compétence exclusive des consulats. Mais de nos jours, elles constituent un des domaines les plus importants des activités de la plupart des ambassades. Les relations diplomatiques sont appelées à développer l’économie de leurs pays d’envoi et à consolider les liens politiques de ces derniers avec l’État d’accueil. Pour y parvenir, trois moyens d’action peuvent être mises en œuvre :

  1. le renseignement économique et l’étude du marché (recherche des besoins locaux, informations précises sur les produits du pays d’envoi) ;
  2. la promotion commerciale (publicités à faire pour mieux faire connaître les produits, participation aux foires et expositions) ;
  3. la politique commerciale (négociations à mener avec les autorités locales, négociations du service après vente).

Les agents en charge des affaires économiques et commerciales dans les ambassades, sont soit le ministre conseiller, soit le premier conseiller ou le deuxième conseiller (tout dépend de la taille de l’ambassade).

Affaires liées à l'information et à la presse[modifier | modifier le wikicode]

Dès son arrivée en poste, l’une des tâches primordiales du diplomate est la recherche de l’information. En effet, le diplomate a pour mission de faire connaître son pays à l’étranger, de répandre des opinions et des idées, et de tenter de faire triompher le point de vue et l’intérêt de son gouvernement dans l’État d’accueil. Autrefois, c’était l’information politique qui intéressait les diplomates ; mais de nos jours, tous les aspects de la vie nationale du pays d’accueil sont analysés et étudiés, en vue des propositions concrètes à faire au ministère des affaires étrangères. Les agents qui s’occupent de l’information et de la presse dans les ambassades, sont soit des généralistes (diplomates), soit des spécialistes (journalistes) ; ils portent le titre de « conseillers ou d’attachés de presse » ou même « d’attachés culturels ».

Affaires culturelles[modifier | modifier le wikicode]

Elles constituent l’une des principales activités d’une représentation diplomatique dans le pays d’accueil. En effet, l’agent qui a en charge les affaires culturelles, a pour mission de faire connaître dans l’État d’accueil, les divers aspects de la culture de son pays ; notamment : la civilisation, l'histoire, les sciences, etc. Pour y parvenir, des moyens d’action peuvent être mises en œuvre, à savoir : l'organisation de conférences, d'expositions et de publications, l'installation de bibliothèques ou l'ouverture de centres culturels.

Mais, force est de constater que dans la pratique, seuls les pays développés ou nantis peuvent doter leurs représentations diplomatiques ou consulaires de ces moyens. S’agissant des pays du tiers-monde pour la plupart, y compris le Bénin, les affaires culturelles relèvent du domaine consulaire et représentent un champ d’activité qui touche presque exclusivement un groupe faisant parti des nationaux de l’État d’envoi, à savoir : les étudiants boursiers ou non. Ainsi, les activités inhérentes à ces affaires sont essentiellement d’ordre administratif et financier ; c’est-à-dire, la « gestion des bourses et des carrières des étudiants ». Par ailleurs, les affaires culturelles peuvent s’étendre aussi aux relations de coopération dans certains domaines tels que l'éducation, l'enseignement, l'art ou la radio, la télévision, le cinéma et le sport, etc. Des accords bilatéraux ou multilatéraux sont signés à ce sujet.

Affaires consulaires[modifier | modifier le wikicode]

L’une des activités dévolues au consulat, constitue, les affaires consulaires. Cependant, de nos jours, l’on constate aussi aisément que ces activités figurent en bonne place dans les dossiers que traitent les ambassades. Il convient de souligner néanmoins que s’agissant des relations diplomatiques, le champ territorial des activités qui s’y déroulent ne s’étend pas toujours à l’ensemble du pays d’accueil. Ils se limitent pour la plupart du temps, si non généralement à la capitale ou une portion déterminée de territoires, lorsque le pays possède des consulats dans d’autres villes (exemple : ambassades établies dans les grandes puissances : France, Allemagne, États-Unis, etc.). En application de l’article 5 de la convention de Vienne de 1963, les fonctions consulaires que l’on retrouve dans les activités des ambassades sont les suivantes :

  • la protection des intérêts de l’État d’envoi et de ceux de ses ressortissants, qu’il s’agisse des personnes physiques ou morales ; d’où la nécessité de délivrance des passeports et visas ;
  • l’immatriculation de ces ressortissants, matérialisée par la délivrance à leur profit des cartes consulaires ;
  • l’enregistrement des naissances ;
  • la célébration des mariages ;
  • la légalisation des documents ou actes notariaux ;
  • la transmission des actes judiciaires et l’exécution des commissions rogatoires ;
  • l’assistance à porter aux ressortissants traduits devant les tribunaux.

La plupart de ces tâches peuvent être exécutées par un personnel non diplomatique en l’occurrence, un agent de chancellerie ou un fonctionnaire administratif. Mais de nos jours, la pratique couramment observée, permet de constater qu’un même diplomate peut être affecté indistinctement, à une ambassade ou un consulat. Il prend alors le titre de conseiller ou de « secrétaire aux affaires consulaires ». Au sein de certaines ambassades du Bénin à l’étranger, on retrouve des conseillers chargés des affaires consulaires et des communautés ; particulièrement dans les ambassades accréditées auprès des pays où résident un nombre important de ressortissants béninois.

Affaires militaires[modifier | modifier le wikicode]

Parmi les activités reconnues aux missions diplomatiques installées dans les grandes capitales, les affaires militaires occupent une place prépondérante. Autrefois en effet, avec les énormes progrès réalisés dans les différents domaines militaires, du fait des conflits internationaux, les États donnaient la préférence à l’accréditation des militaires en qualité d’ambassadeur ou la désignation des spécialistes pour assister l’Ambassadeur civil. Mais au fil des années, c’est cette seconde pratique qui a prévalu finalement dès le milieu du XIXème siècle. Les attachés militaires sont apparus comme membres réguliers et permanents de l’équipe de l’ambassade. Les attachés militaires s’occupent de tout ce qui est lié à la coopération militaire entre l’État d’envoi et l’État d’accueil. Ils veillent à la mise en œuvre des accords militaires signés entre les deux pays et négocient les stages de perfectionnement au profit des officiers militaires des pays en voie de développement.

Affaires administratives et financières[modifier | modifier le wikicode]

Le service des affaires administratives et financières constitue une structure fondamentale, pour l’épanouissement à bon escient de toute représentation diplomatique. En effet, ces affaires concernent essentiellement le suivi de la carrière des agents affectés à l’ambassade d’une part, les dépenses du personnel ainsi que les dépenses liées au fonctionnement du poste d’autre part. L’agent en charge des affaires administratives, est le chef de chancellerie. Il est assisté dans la gestion financière de la représentation, d’un attaché financier.

Activités du protocole[modifier | modifier le wikicode]

Il existe au sein des grandes ambassades, un chargé du protocole et dont le responsable s’occupe de :

  • l’organisation des visites ou réceptions officielles du chef de mission ;
  • l’accueil des personnalités ou dignitaires de haut rang du pays d’envoi sur le territoire du pays de résidence.

Il est aussi appelé à organiser les cérémonies officielles au sein de l’ambassade, à savoir :

  • les fêtes nationales ;
  • les célébrations de mariage ;
  • les réunions du corps diplomatique ;
  • etc.

Attachés du chiffre[modifier | modifier le wikicode]

Ils exercent au sein de certaines ambassades, les activités de déchiffrage des messages codés à caractère confidentiel reçus du ministère des affaires étrangères. Il en est de même des messages adressés par l’ambassade au ministère et dont la sensibilité nécessite qu’ils soient codés. On retrouve aussi dans certaines ambassades des opérateurs radio.

Autres fonctions spécifiques[modifier | modifier le wikicode]

On retrouve dans certaines ambassades des :

  • attachés de sécurité ;
  • attachés scientifiques (énergies atomiques, affaires spatiales) ;
  • attachés économiques (chargés de la promotion des relations de coopération en matière de pétrole, transport, aviation civile, etc.)