Leçons de niveau 15

Construction d'une route/Planifier l'emplacement de la route

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Planifier l'emplacement de la route
Icône de la faculté
Chapitre no 3
Leçon : Construction d'une route
Chap. préc. :Impacts environnementaux
Chap. suiv. :Conception de la route
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Construction d'une route : Planifier l'emplacement de la route
Construction d'une route/Planifier l'emplacement de la route
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Données nécessaires[modifier | modifier le wikicode]

Tout d’abord, afin de concevoir une route, il est important de connaître quelle sera son utilisation. Il faut déterminer par exemple s'il s'agit d'une route pour les automobilistes, une route d'accès à une mine, une route pour le transport lourd ou une route forestière. D'autres données utiles sont la durée de vie prévue et le débit de trafic anticipé.

Choix de l'emplacement et du tracé[modifier | modifier le wikicode]

La première étape dans le choix de l'emplacement pour une nouvelle route est la reconnaissance. Cette étape débute d’abord par l'étude des cartes topographiques et des photographies aériennes, mais nécessite également une reconnaissance sur le terrain. Dans l'étude de la carte, il est important d’identifier les zones sensibles afin de pouvoir les éviter. Ces zones incluent les réserves écologiques, les aires protégées, les zones d'approvisionnement en eau potable, les sites historiques et archéologiques, les endroits hébergeant des espèces menacées, les zones de ponte des poissons et les zones humides.

Les facteurs importants à considérer lors de la conception du tracé d'une nouvelle route sont de privilégier une route la plus droite possible lorsque c’est possible, de minimiser le nombre de cours d'eau à traverser, de suivre les contours et l'inclinaison naturels du sol et de privilégier les endroits plus élevés. Il faut également considérer le drainage de la route en maintenant une pente de 3 à 10% lorsque c’est possible. Les endroits du tracé où la pente est supérieure à 10% doivent être analysés plus en détails puisqu’ils peuvent présenter des problèmes au niveau du drainage, car les fossés contiendront un plus grand volume d'eau et une vitesse d'écoulement supérieure. D'un autre côté, les longues sections au niveau sont également des problèmes potentiels puisque l'eau s'accumulera dans les fossés. Le drainage latéral est également à surveiller dans les zones où le sol présente une pente de plus de 30%. La géologie du sol est un autre facteur à évaluer. Il faut identifier toutes les zones où le sol est potentiellement instable, c'est-à-dire qu’il est composé de sable fin, de silt ou d'argile. Les sites d'emprunt pour le gravier par exemple doivent être identifiés avant le début de la construction. Il est à noter que ces sites d'emprunt devraient être situés à au moins 30 m de tout cours d'eau.

La reconnaissance sur le terrain est essentielle afin d’identifier les impacts environnementaux potentiels qui ne sont pas visibles sur une carte. Elle devrait de préférence s'effectuer au printemps ou à l'automne puisque les problèmes avec l'eau seront plus évidents. Les endroits à éviter identifiés lors de l'étude de la carte devraient être clairement marqués sur le terrain. Le tracé de la route devra être ajusté selon la reconnaissance sur le terrain afin d’éviter les obstacles.