Leçons de niveau 14

Branches de la finance/Introduction

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Introduction
Icône de la faculté
Chapitre no 1
Leçon : Branches de la finance
Retour auSommaire
Chap. suiv. :Histoire de la finance

Exercices :

La finance
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Branches de la finance : Introduction
Branches de la finance/Introduction
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

La finance recouvre un domaine d'activité ( le financement ) qui consiste à fournir l’argent pour réaliser une opération économique. La finance a pris à présent une importance énorme dans le fonctionnement de l'économie et les crises financières ont des conséquences graves sur la croissance mondiale et le chômage. Dans la seconde moitié du XXe siècle, on a vu se mettre en place une financiarisation croissante de l'économie avec son internationalisation et avec la diminution des contrôles publics. En 2008 aux États-Unis, les acteurs financiers ont provoqué des pertes très importantes aux grandes banques avec la crise des prêts immobiliers subprime.

Les différents aspects de la finance[modifier | modifier le wikicode]

La finance concerne les individus, les ménages, les entreprises publiques ou privées, ainsi que les États. Elle va donc intervenir dans de nombreux domaines :

La finance d'entreprise s’intéresse à la gestion financière des entreprises, en matière d'exploitation ( Trésorerie de court terme ) ou d'investissement (moyen et long terme).
La finance publique recouvre le financement des actions et du budget de l'État, des collectivités publiques et des organismes sociaux.
La finance privée concerne la gestion de patrimoine et des revenus personnels, ainsi qu’à la retraite.
Les mathématiques financières sont un ensemble d’outils de calcul pour la modélisation et l'aide à la décision, notamment les calculs sur les taux d'intérêts et les instruments financiers.
Les choix d'investissement sont les critères et méthodes pour sélectionner des investissements en fonction de leur rentabilité prévisionnelle ou de leur création de valeur.
L' évaluation financière est l'estimation de la valeur des actifs financiers (actions, obligations, options, voir actif financier) ou des actifs des entreprises (voir évaluation d'entreprise) ou des biens immobiliers.
La Politique financière est le choix des financements des sociétés, dans le but d'optimiser leur Coût Moyen Pondéré du Capital (CMPC). La répartition entre le financement par Capitaux propres et par dettes, la politique de dividende sont des questions centrales de la politique financière basée sur l' Analyse financière.
La Théorie moderne du portefeuille est l'optimisation de la répartition des actifs par diversification. Initialement développée pour les marchés financiers, cette discipline sert également au champ de la finance d'entreprise. Plus généralement, on parle de gestion du risque.
La Finance comportementale est l'identification des facteurs psychologiques individuels et collectifs intervenant dans les décisions financières et leurs effets sur la formation des prix et sur les rendements financiers.
La Politique monétaire est menée par les banques centrales en interaction avec la Finance publique internationale ( i.e. les organismes officiels internationaux: FMI, Banque mondiale, Banque des règlements internationaux, BEI, BERD, etc ...)

Le financement[modifier | modifier le wikicode]

La recherche de financement obéit à deux types d'objectifs suivant le volume initial de capital :

à niveau de capital restreint, on cherche à obtenir des capitaux nécessaires et suffisants pour entreprendre, maintenir ou développer une activité ;
à niveau de capital avéré, l'objectif est de trouver les placements les plus pertinents en performance et en sécurité en fonction de la valeur temps de l'argent.

Pour se financer, un agent économique (une organisation privée ou publique, ou un particulier) peut procéder :

par autofinancement, c'est-à-dire en utilisant ses bénéfices antérieurs ou ses réserves financières disponibles ;
par financement direct en faisant appel au marché financier (émission d'actions ou d'obligations) ;
par financement indirect ou intermédié en ayant recours au crédit bancaire.

Marchés financiers[modifier | modifier le wikicode]

La finance de marché désigne les mécanismes par lesquels il est possible de faire appel aux marchés pour se financer directement, opérer des placements, se couvrir, ou d’utiliser des instruments financiers complexes, comme les options. Les marchés financiers sont devenus depuis les années 1980 l'un des principaux circuits de financement de l'économie, en complément des banques.

Système financier[modifier | modifier le wikicode]

Le terme système financier fait référence à une organisation relativement informelle des marchés financiers. Le système financier est l’ensemble des institutions qui jouent un rôle concernant le crédit bancaire, les marchés boursiers,… Sont concernés les établissements financiers ; le comportement de ces établissements est régulé par la banque centrale et les autorités financières. La confiance et la réputation au sein du système financier jouent des rôles très importants. La spéculation repose essentiellement sur l'effet de levier. Le système financier est un système complexe qui rend compatible :

L'épargne des agents non financiers ;
L'investissement en actifs physiques.

Il permet l'adéquation entre offre et demande de capitaux. Son dérèglement peut entraîner des troubles comme la crise financière de 2007 à 2011.

Les acteurs de la finance[modifier | modifier le wikicode]

Au niveau des institutions financières, le système comprend entre autres les banques supra-nationales (par exemple la Banque Centrale Européenne, la Banque des règlements internationaux), les Banques Centrales nationales, les banques commerciales, les sociétés financières, les caisses de retraites, la sécurité sociale et les caisses de prévoyance, les compagnies d'assurances, le Trésor public, les marchés financiers.

La mondialisation financière[modifier | modifier le wikicode]

Compte tenu de l'extension de la convertibilité des monnaies et de la mondialisation des échanges, la finance est désormais internationale. La libre circulation des capitaux permet une opacité sur les mouvements. Le développement de titres financiers complexes permet la spéculation financière. L'apparition de produits financiers internationaux complexes et d'opérateurs non régulés agissant à partir des paradis fiscaux a largement été associée au développement de la crise des marchés financiers qui paralyse actuellement l'économie mondiale, posant la question de la mise en œuvre de régulations mondiales renforcées. Les institutions financières se sont diversifiées et on voit donc à présent des banques avoir des activités risquées. Il est donc très important de bien réguler la finance qui doit être plus transparente pour savoir qui fait quoi. Il faut une action régulatrice forte des états.

Les eurodollars et la finance offshore[modifier | modifier le wikicode]

C'est un jeu d'écriture comptable pour faire des prêts et des dépôts en dollars hors des USA. Ce sont donc des opérations bancaires offshore sans contrôle public.

L’analyse financière[modifier | modifier le wikicode]

L’analyse financière consiste en un examen approfondi des comptes d'une entreprise et de ses perspectives, afin de fournir une évaluation de celle-ci, destinée la plupart du temps à d'actuels ou de possibles futurs actionnaires. Le but de cette analyse est de fournir, à partir d'informations d'origines diverses, une vision synthétique qui fait ressortir la réalité de la situation et qui doit aider le dirigeant, l'investisseur et le prêteur dans leur prise de décision. Les aspects les plus souvent étudiés sont la profitabilité, la solvabilité et la liquidité de l'activité.

L’analyse financière est un préalable à de nombreuses décisions dans la vie d'une entreprise : octroi de crédits bancaires, émission d'obligations et obtention d'une notation (rating), évaluation de l'entreprise dans le cadre d'une cession ou d'une imposition (ISF), choix de financement, choix d'un niveau de dividendes, etc. L’analyse financière a pour objectifs de diagnostiquer le passé pour comprendre le présent et essayer de prévoir l'avenir.

Le risque[modifier | modifier le wikicode]

Le risque est la coexistence d'un aléa et d'un enjeu. Lorsqu'une personne prend un risque, elle entreprend une action avec un espoir de gain et/ou une possibilité de perte. Les agences de notation financière servent à informer les marchés financiers sur le risque financier d'un certain nombre d'acteurs (privés ou publics y compris les États). Elles analysent ce risque avec plus de moyens que n'en ont la plupart des investisseurs et mettent leur opinion à la disposition de l’ensemble des acteurs du marché.
Au-delà de la gestion financière des risques et du clivage entre risques financiers et non financiers, l'analyse des risques de l'entreprise impose une veille étendue qui peut s'assimiler à de l'intelligence économique. Cette prévention des risques pesant sur les actifs aboutit à établir une grille des risques avec à chaque fois des veilles ciblées adaptées à chaque type de risques (politique, juridique, social, environnemental, etc.).
Le phénomène de cause à effet est de plus en plus délicat à analyser avec l'effet systémique que peut présenter désormais la mondialisation financière et l'économie ouverte ou globalisée.

On a donc face au crises successives la nécessite de mettre en place des contrôles. Par exemple, Solvabilité II est une réforme réglementaire européenne de l’assurance. Son objectif est de mieux adapter les fonds propres exigés des compagnies d'assurances et de réassurance avec les risques que celles-ci encourent dans leur activité.

Les crises financières[modifier | modifier le wikicode]

Le débat sur la place de la finance dans l'économie se ranime chaque fois que surviennent des crises financières.

La crise financière désigne un ensemble assez large qui inclut notamment les crises du change, les crises bancaires et les crises boursières, récurrentes dans l'histoire boursière. Cela décrit aussi les crises de la dette publique ou des crises qui affectent un marché à terme, voire un marché de produit agricole, comme celui touché au XVIIe siècle aux Pays-Bas par la tulipomanie.

Si une crise financière ne concerne dans un premier temps que les marchés financiers, son aggravation conduira à des effets néfastes sur le reste de l'économie, entraînant une crise économique, voire une récession. Ces effets sont généralement un resserrement du crédit et donc une baisse de l'investissement, une crise de confiance des ménages.

On peut citer parmi les crises récentes :

  • le krach boursier d'octobre 1987
  • le Krach boursier de 2001-2002
  • la crise des subprimes de 2007-2008
  • la crise grecque débutée en 2009
  • la crise espagnole débutée en 2010


Image logo représentative de la faculté Voir les exercices sur : La finance.