Aller au contenu

Art dans la mythologie grecque/Divinités de l'Art

Leçons de niveau 14
Une page de Wikiversité, la communauté pédagogique libre.
Début de la boite de navigation du chapitre
Divinités de l'Art
Icône de la faculté
Chapitre no
Leçon : Art dans la mythologie grecque
Chap. suiv. :Mythe d'Orphée
fin de la boite de navigation du chapitre
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Art dans la mythologie grecque : Divinités de l'Art
Art dans la mythologie grecque/Divinités de l'Art
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Le Panthéon grec compte plusieurs divinités de l'art, notamment les Muses et quelques divinités Olympiennes.

Les Muses[modifier | modifier le wikicode]

Les Muses sont les filles de Zeus et de la Titanide (Titan féminin) Mnémosyné, déesse de la Mémoire (le mot pour dire mémoire est mnèmè, que l'on retrouve dans "mnémotechnique" ou "amnésique"). La tradition en retient neuf, bien qu'elles purent être trois ou cinq. Déesses des Arts, chacune présidant à un art, elles inspirent les artistes et habitent le Mont Parnasse (le mouvement poétique français, le Parnasse, reprit cette référence antique). Pendant la Renaissance, Du Bellay écrit (sonnet 6, les Regrets) au sujet des Muses qu'il mène danser sous la Lune. Dans le langage courant, une Muse est une inspiratrice et le temple des Muses est à l'origine du terme "musée". L'ordre dans lequel seront présentées les Muses n’est pas déterminé, excepté pour la première, souvent jugée la plus importante.

  • Calliope, dont le nom signifie "belle voix", est la Muse la plus célèbre. Chef de la poésie épique et de l’ éloquence, elle tient une trompette et est couronnée de lauriers (il s'agit de ses attributs divins). Elle enfante plusieurs divinités, dont les Sirènes, aussi connues pour la qualité de leur chant. C'est la mère d'Orphée, objet du prochain chapitre.
  • Clio est la Muse de l' Histoire. Cette discipline est alors considérée comme un art (genre littéraire) davantage que comme une science. Elle porte un livre et un clepsydre (horloge à eau). La revue Clio, qui traite des femmes dans l'Histoire, porte son nom.
  • Euterpe est la Muse de la Musique, et notamment de la flûte à bec. Cet attribut serait de son invention. Elle joue aussi de la lyre.
  • Terpsichore est la Muse de la Danse. Son nom signifie "appréciant la danse". Elle porte une lyre.
  • Erato est la Muse du Chant lyrique et érotique. Son nom signifie désirée ou aimable. Une maison de disques porta son nom.
  • Melpomène est la Muse de la Tragédie. Solennelle dans son maintien et ses attributs, elle est accompagnée de Terreur et Pitié qui, selon Aristote, caractérisent la tragédie.
  • Thalie est la Muse de la Comédie. Son nom signifie la Florissante et provient du verbe grec verdoyer. Ses attributs sont le Masque et le Porte-Voix.
  • Polymnie est la Muse de la Pantomime. Elle préside aussi l'éloquence. Elle est vêtue de blanc et couronnée de fleurs.
  • Uranie est la Muse de l' Astronomie. La présence de l'Astronomie parmi les Arts peut surprendre, mais il s'agit d'un certain idéal cosmique. Coiffée d'une couronne d'étoile, elle est entourée des ouranies, les nymphes célestes. Elle a pour autres attributs des instruments de mesure ainsi qu'un globe terrestre.
Cette mosaïque constitue une représentation allégorique des neuf Muses, chacune étant symbolisée par un attribut.

Les divinités Olympiennes[modifier | modifier le wikicode]

Parmi le Panthéon olympien, deux dieux, Apollon et Dionysos (voir la leçon de mythologie grecque sur les Olympiens) président les arts. Leur opposition dans leur démarche artistique donne lieu à deux concepts souvent opposés, parfois réconciliés, l'art apollinien et l'art dionysiaque. Cette opposition est notamment exploitée par Nietzsche. On la retrouve en musique, en théâtre, en poésie. Cette leçon ne dresse pas les portraits d'Apollon et Dionysos en eux-mêmes, mais évoque leur rapport à l'Art.

Apollon est le dieu de la musique, notamment de la lyre, et de la poésie. L'adjectif "lyrique" provient de cet instrument. L'art d'Apollon est solaire, lumineux, mesuré et plein de technique, de proportions justes et harmonieuses. Musicalement, la lyre déjà évoquée et les cordes représentent Apollon.

Dionysos est davantage le dieu du théâtre (ainsi que de l'ivresse et de la fête). Le point commun entre théâtre, ivresse et fête réside dans l'excès. L'art dionysiaque se caractérise ainsi par sa démesure. Musicalement, les flûtes et percussions le représentent. La flûte est alors conçue comme moins noble que la lyre, car elle déforme le visage de qui en joue.

Trois autres divinités peuvent être citées au rang d'artisan de l'Art. Héphaïstos, dieu forgeron, fabrique de nombreux objets de la mythologie grecque. Certains ont, en plus de leur utilité, un intérêt esthétique. Rappelons, comme indique l'introduction, qu'art et artisanat sont alors solidaires. Athéna est la déesse, en plus de son rôle de stratège militaire qu'on lui connaît, de l'artisanat "féminin" (d'après la culture grecque antique), soit des arts de la couture et du tissage. Enfin, Hermès, qui créa de nombreuses choses, passe parfois pour inventeur de la flûte et de la lyre, qu'il vend à Apollon.