Leçons de niveau 18

Analytique 2/Logique

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Logique
Icône de la faculté
Chapitre no 21
Leçon : Analytique 2
Chap. préc. :Modalités
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Analytique 2 : Logique
Analytique 2/Logique
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Logique de 2[modifier | modifier le wikicode]

    La logique moderne se présente comme impersonnelle, comme si elle n’avait pas besoin de logicien pour la construire, alors que la logique de 2 est une logique personnelle dans laquelle le logicien (2 lui-même) est présent. Ainsi A et B sont distincts (ᐃ) ou indistincts (≈) : A ᐃ B ou A ≈ B, c’est le fondement de l’architecture de la mémoire. Mais indistinct ne veut pas dire identique (=), (sauf si 2 les a dupliqués) car ce qui est indistinct pourrait être distingué plus tard comme les tourterelles des pigeons et peut être distingué par un autre. Y(D7dj 2) est avant tout soucieuse de sa propre cohérence et se méfie des vérités collectives. Si : B=B=Bdu, AᐃB, non (A≈B) <=> AᐃB sont des certitudes logiques. A≈B, non (AᐃB) <=> A≈B, non (B=Adu) => (AᐃB) ou (A≈B) ne le sont pas, c’est dans le flou de l’indistinction et l’indistinction du flou que réside le devenir de 2. Comme 2 ne juge pas ce qu’il fait, la valeur de A et B pour le vivant est qualifié par 7j. (Suite : voir Leçon Logique analytique)