Leçons de niveau 18

Analyse DMS de l'hypnose/Une induction

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Une induction
Icône de la faculté
Chapitre no 1
Leçon : Analyse DMS de l'hypnose
Retour auSommaire
Chap. suiv. :Les EMC
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Analyse DMS de l'hypnose : Une induction
Analyse DMS de l'hypnose/Une induction
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Une induction[modifier | modifier le wikicode]

L'hypnose est un état mental encore mal défini, qui demande à être expliqué davantage, selon Wikipédia, d'autant plus que le terme d'état de conscience modifié est confusionnel, ref ː https://fr.wikipedia.org/wiki/Hypnose. La connaissance de nos fonctions et états mentaux nous permet de dire que :

a) L’état hypnotique se caractérise par l’absence de dominance de la fonction volontaire 7, induite par la suggestion du praticien sur le patient, ce que nous appelons le “lâcher prise”, et à partir de là, recouvrir un grand nombre d’états dits “modifié de conscience’ (EMC), qui vont du songe en somnolence légère au sommeil profond, avec un phénomène de réponse résolutoire provoquée de l’analytique 2, et la présence attestée de l’activité d’autres fonctions mentales, principalement la conscience 5 et le joker 9.

b) Le terme d’hypnose qualifie une relation précise, plus ou moins dirigée et invasive, entre un praticien et son patient pendant ce que nous appelons la transe hypnotique, mais ne peut pas à mon avis être étendu à l’ensemble des états mentaux oniriques manifestant une situation de servitude, de fable vigilance, ou d’absence de la fonction volontaire 7.

c) Les personnes, qui pour diverses raisons, ne sont pas manipulables, qui sont imperméables à la suggestion et aux tentatives confusionnelles d’autrui, ne sont pas sujettes à l’hypnose, ce qui ne veut pas dire qu’elles ne connaissent pas d’état mentaux comparables à ceux rencontrées dans l’hypnose.

d) Les praticiens ont tendance à qualifier d’hypnose, un peu n’importe quoi, toute perte de vigilance de la fonction volontaire 7, en particulier l’hypnose conversationnelle, qui n’est autre qu’une manipulation mentaliste.

Si je ne suis pas sujet à l’hypnose, c’est que je suis en permanence dans un état mental distinct de l’état de veille ordinaire en présence de nos fonctions mentales, que les praticiens de l’hypnose qualifieraient d’hypnose. Dans cet état de surconscience harmonique, je suis imperméable à la suggestion comme aux tentatives confusionnelles d’induction hypnotique de Milton, mais je peux accomplir les mêmes choses que d’autres en hypnose, en veille, en méditation ou en rêve lucide, et en perceptuel mental sensible plutôt qu’en verbal. Ce qui est nouveau, c’est l’induction, c’est à dire de permettre à des personnes qui n’ont jamais appris à travailler sur elles-même dans ces états mentaux, de le faire sous la direction d’un hypnotiseur, voire en auto hypnose. Sinon, ce que les spécialistes de l’hypnose désignent par état hypnotique à été pratiqué depuis fort longtemps pas les yogis, les mystiques, les mentalistes et les grands méditants. L'induction hypnotique est donc un outil facilitateur qui met à la portée de tous des techniques de transformation de soi d'un haut niveau, encore faut-il leur ajouter des techniques d'exploitation efficaces des états mentaux auxquels l'induction conduit, ce dont les thérapeutes qui utilisent principalement les langages fallacieux et rudimentaires de la psychanalyse et de la PNL manquent cruellement, d'où le grand amateurisme des spécialistes, qui nuit à des pratiques qui demandent à être améliorées.