Ambre, Magnétite et Lumière : histoire de l’électromagnétisme/L´induction

Une page de Wikiversité, la communauté pédagogique libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Ambre, Magnétite et Lumière : histoire de l’électromagnétisme : L´induction
Ambre, Magnétite et Lumière : histoire de l’électromagnétisme/L´induction
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Le Danois Hans Oersted avait observé que si un courant électrique transitait dans un fil de métal, alors une boussole placée à proximité déviait du Pôle magnétique. Le Français Adrien-Marie Ampère (dont le nom constitue l´unité d´intensité de courant électrique A)continuera les expériences d´Oersted et proposera sa théorie des courants moléculaires: les courants électriques génèrent du magnétisme, et le magnétisme naturel de certains matériaux est dû à des courants électriques ayant lieus au sein de leurs molécules.

De son coté l´Anglais Michael Faraday (cette fois son nom désigne le farad l´unité de capacité électrique) met en évidence un phénomène inverse: le mouvement d´un aimant le long d´un fil conducteur induit un courant électrique. Il nomme ce phénomène Induction électrique. Cette découverte lui permettra de mettre au point la dynamo: un dispositif où une bobine de fil conducteur est entrainée au sein d´un aimant, ce qui par induction génère un courant électrique. La dynamo est au cœur de toute les techniques de production de courant car elle permet de transformer l´énergie mécanique en énergie électrique.