Leçons de niveau 11

Éthologie/Communication

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Communication
Icône de la faculté
Chapitre no 6
Leçon : Éthologie
Chap. préc. :Sélection de l'habitat
Chap. suiv. :Accouplement
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Éthologie : Communication
Éthologie/Communication
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.


La communication est à la base de tout. Certains communiquent par gestes (les abeilles vont des 8 dans le ciel pour indiquer qu’il y a une source de pollen), d'autres par paroles (les hommes se parlent en usant de la parole), il y en a qui communiquent aussi par le biais d'odeurs (les fourmis utilisent des phéromones pour se passer des messages et indiquer le chemin à suivre pour atteindre une source de nourriture), et puis encore d'autres qui communiquent par le toucher (les fourmis se touchent également les antennes pour communiquer).

La communication par gestes est limités, car on ne peut par décrire tous les détails par gestes. Mais elle a un avantage, elle est silencieuse (n'est-ce pas pour cette raison que nos militaires l'utilisent en mission ?).

La communication par paroles est sûrement la meilleure, non parce que les hommes l'utilisent, mais car c’est celle qui permet de décrire le plus de détails possibles. Elle peut prendre des milliers de tournures différentes, des tons différents, des façons de compter différentes, des détails qui ne seront jamais deux fois les mêmes, ....

Les odeurs peuvent aussi être assez complètes, car il existe aussi des milliers de mélanges que peut prendre une odeur, même si elle ne peut changer d'intonations et ne peut sûrement pas ou très peu narrer des détails d'une situation.

La communication par le toucher est certainement compliqué, je n'ai qu'un exemple à vous donner : les fourmis et leurs antennes. Effectivement, leurs antennes sont composées de douze petits segments qui servent à communiquer. Voilà à quoi sert chacun : -Le 1er : -Le 2e : -Le 3e : -Le 4e : -Le 5e : -Le 6e : -Le 7e : -Le 8e : -Le 9e : -Le 10e : -Le 11e : -Le 12e :

Les fourmis possèdent une autre façon pour désigner quelque chose : le gout. En effet, une fourmi ayant trouvé une source de nourriture, va s'en gaver. Non pour elle, tout va dans son jabot social. Ensuite, elle revient parmi les siennes et fait goûter à plusieurs ouvrières sa précieuse découverte pour que ceux-ci se rendent compte de la qualité de la substance qu'elle a découverte et la suivent. C'est comme cela qu'une exploratrice ayant découvert une source de nourriture fonde une équipe qui va ensuite la rechercher et faire comme la première, s'en gaver et tout mettre dans son jabot social mais pour cette fois vraiment nourrir ses congénères.

La communication permet aux membres d'une même espèce ou d'une même colonie (si les différentes sous-espèces d'une espèce ne s'entendent pas) de se comprendre, mais il existe parfois des communications entre deux espèces différentes. Je prends l'exemple des fourmis qui élèvent les pucerons pour leur succulent miellat. Pour dire à leur pâturage qu’il souhaite que celui-ci produise son miellat, elle les tapote de leurs antennes. N'est-ce pas là une communication entre deux espèces ? Vu que les pucerons comprennent ce que les fourmis leurs demandent.

Sans communication, une espèce est vouée à s'éteindre.