Leçons de niveau 14

Équation différentielle linéaire/Exemples et intérêt

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Exemples et intérêt
Icône de la faculté
Chapitre no 3
Leçon : Équation différentielle linéaire
Chap. préc. :Généralisation, notation matricielle
Chap. suiv. :Changements de variable
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Équation différentielle linéaire : Exemples et intérêt
Équation différentielle linéaire/Exemples et intérêt
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Introduction[modifier | modifier le wikicode]

Nous avons développé un arsenal mathématique pour résoudre ces équations, espérons que c’est utile ! Fort heureusement, ça l'est. En effet, pour beaucoup, la physique regorge d'équations différentielles, et on peut parfois les approcher par des équations linéaires.

On présente ici quelques exemples et rappelons les avantages de ces méthodes.

Rappels utiles[modifier | modifier le wikicode]

Ces quelques résultats nous seront utiles dans les exemples, bien que probablement connus du lecteur. Tout d’abord sur l’existence de racines :

Début d’un théorème
Fin du théorème


En particulier, le cas des polynômes d'ordre deux est simplissime :

Début d’un théorème
Fin du théorème


Rappelons enfin une propriété immédiate pour ces polynômes :

Le fait d’utiliser la notation complexe, pour un problème qui ne traite que de quantité physiques réelles, permet de restreindre les solutions complexes. Démontrons un résultat utile :

Début d’un théorème
Fin du théorème


Début d'une démonstration
Fin de la démonstration

Enfin, un théorème d'équivalence, parfois utile :

Début d’un théorème
Fin du théorème


Début d'une démonstration
Fin de la démonstration

Exemple : décroissance radioactive[modifier | modifier le wikicode]

L'équation régissant la décroissance radioactive d'un ensemble de N particules est :

D'après le chapitre sur les équations différentielles ordinaires linéaires d'ordre un, la solution est :

Avec N₀ le nombre de particules à l'instant t = 0.

Exemple : ressort libre[modifier | modifier le wikicode]

Soit une masse m, assimilée à un point, astreinte à se déplacer selon un axe x. Elle est retenue par un ressort de raideur k, de longueur à vide nulle. Mettons cela en équation à partir des lois de Newton :

Réécrivons-la sous une forme similaire à celle étudiée dans le chapitre précédent :

Remarquons qu’il s'agit d'une équation homogène. Le formalisme introduit au chapitre 5 simplifiera l'étude de ce cas, mais on peut dors et déjà résoudre complètement cette équation avec les outils développés jusqu'ici.

Méthode 1 « astucieuse »[modifier | modifier le wikicode]

Supposons que la solution est une simple exponentielle : . Alors :

Ce qui est solution si . Les deux solutions qu'on en tire étant linéairement indépendantes, toute solution à l'équation différentielle est de la forme :

Pour des raisons physiques, la position doit être un nombre réel. On a donc, en fin de compte, une fonction sinusoïdale :

Méthode 2 « matricielle »[modifier | modifier le wikicode]

Posons, toujours comme dans le chapitre précédent, le vecteur

On a alors l'équation différentielle :

Les valeurs propres de la matrice carrée sont :

  •  ;
  • .

La solution finale est :

Le même argument physique que dans la première méthode impose des solutions réelles :