Utilisateur:Yug

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Utilisateur "Yug"[modifier | modifier le wikicode]

Salut à toi, contributeur volontaire ! Je suis connue ici comme Yug. Au quotidien, je suis un étudiant lambda en Licence 3 d'Hitoire et en Licence 2 de Chinois. Voilà une longue et partisane présentation de mes projets passés et proches pour la diffusion des connaissances universitaires. C’est parti !

La promesse des Lumières, le Web, et la trahison des Universitaires de France[modifier | modifier le wikicode]

J’ai été l'un des étudiant-wikipédien "pionnier" dans les projets de collaboration "Étudiants/Universitaire/Wikipédia", j’ai vu les débuts du projet Wikiversité, j’y ai partagé mes cours d'histoire de la Chine (ensuite migré sur wikipédia vu la faible visibilité de Wikiversité à l'époque), j’ai tenter de convaincre les universitaires de Bordeaux III (Histoire) de prendre possession de cet intéressant outils[1], sans grand résultat.

Suite aux petites résistances des professeurs et à leur mollesse (« trop occupé »), j’avais élaboré une solution intermédiaire sur-mesure, un wiki autonome sous licence CC-by-nc-nd[a] qui aurait même été économiquement avantageuse pour les professeurs. La migration de l’ensemble des cours de Licence L1, L2 et L3 sur ce wiki de l'université était [et est encore] faisable en 3 mois !, gratuitement. Mais l’intérêt des élèves et des professeurs s'est brisé sur le système universitaire. Après discussion, il est apparut que le responsable de l'enseignement à distance était bien informé et conscient de la possibilité du wiki, des licences CC, mais qu’il n'avait lui (responsable) aucun intérêt à une migration rapide. C’est donc dans 4 ans (c.à.d 2011, 21 ans après le lancement du web) que les universitaires-historiens de Bordeaux commenceront (!) à mettre en ligne leur ressources, cours, et résultats de recherches.

Suite à cette discussion, et m'apercevant que l’on jouait poliment au ping-pong avec moi, j’ai cessé de me battre pour cette collaboration. Si les universitaires[2] ne comprennent pas qu’ils doivent être des pionniers, qu’ils doivent se maintenir comme référents. S'ils ne voient pas vers où ils doivent se positionner maintenant sur l'échiquier intellectuel en migration vers le web. Si les universitaires n'ont pas la vision de voir ce qui est bon pour eux, et ce qui est de l’ordre de leur devoir moral, alors je n'ai pas à tenter de bouger cette bande de loosers « trop occupé »[2]. Mon énergie sera mieux employé ailleurs.

L'initiative des particuliers palliant à l'inaction Universitaires[modifier | modifier le wikicode]

Aussi, je suis finalement le Bureaucrate-administrateur d’un Wiki-chinois officieux pour les étudiants de Bordeaux III qui devrait tôt ou tard migrer vers Wikiversité. L'idée étant :

  1. une sorte de "site et aide personnalisé sur un site personnel", j’y aide mes camarades à se familiariser avec le système wiki ;
  2. puis familiariser mes professeurs au système wiki, leur donner le statut d'admin ? ;
  3. organiser la migration vers wikiversity.

Notre wiki roule bien : 100% de nos cours sont mis en ligne sur notre wiki, grâce au bon accueil de mes camarades. J'ignore pour l'instant comment vont réagir mes professeurs, et s'ils accepteraient d’être de simples "utilisateurs" sur wikiversité.

Je vais donc probablement prendre en charge la Faculté de Chinois et prochainement demander le poste d'admin pour faciliter ma tache, et être autonome.

Je suis également en train de monter une version française du "sucessfull" Free Chinese-Deutsch dictionary HanDeDict (voir http://www.chdw.de , 90.000 entrées en 8 mois ; cf. Utilisateur:Yug/CFDICT Fr) mais ceci est prévu lentement, sur 6 mois.

Affaires à suivre.

Qu'est-ce que la Licence CC-by-nc-nd, et intérêt pour la publication[modifier | modifier le wikicode]

[ceci est une ébauche de mail à mes professeurs d'histoire]
Diffuser une œuvre partisane, culturelle ou publicitaire 

Si vous préparez un livre partisan, ou un livre culturel, ou tout œuvre qui est davantage destiné à être lu qu’à être acheté. Dans ce cas, je vous encourage à :

  • Mettre une version de votre livre en ligne ;
  • publier votre livre sous contrat/licence CC-by-nc-nd (Voir : ce lien)

Cette licence à l'appellation ésotérique est à mi-chemin entre le monde du gratuit et celui du commercial pur, c'est-à-dire :

CC = l'œuvre est librement imprimable, copiable, distribuable,

mais, les copistes et diffuseurs s’engagent à :

nc = interdiction d’en faire profit (sauf avec votre autorisation écrite. L'auteur à toujours la possibilité d’en faire profit, avec ses associés, et son propre éditeur.)
nd = interdiction de modifier l'œuvre
by = et obligation de citer l'auteur.

Selon moi, toute œuvre publicitaire, partisane ou érudite, visant à être diffusée le plus largement possible et sans but commercial direct, à tout intérêt à être publier sous cette licence. C’est pourquoi —tant pour vos cours, ici, à Bordeaux III, que pour la publication de livres— je vous encourage à publier sous cette licence.
Dans le cas probable où votre éditeur rejettera cette proposition, merci en tout cas de vous renseigner sur ces contrats largement utilisés par les entreprises de logiciels libres, entreprises qui sont également à mi-chemin entre le monde du gratuit et celui du commercial.
Je vous encourage ensuite à fournir tous les effort nécessaire à la mise en ligne de vos travaux (déjà 17 ans qu'Internet existe !), et nécessaire à l'amélioration des politiques de publication de vos éditeurs actuels, dans le but final que l'édition ne soit plus au service d'Elle-même, mais soit au service des auteurs et lecteurs.

Annotations[modifier | modifier le wikicode]

  1. Cité ainsi par le Conseil, Recherche, Innovation (C.R.I.), qui y voit la possibilité d’un outils pédagogique efficace. Voir Analyse et proposition d'adaptation du logiciel Wiki au système de l'enseignement.
  2. 2,0 et 2,1 Je remercie tout de même les universitaires m'ayant encouragé à améliorer la situation: M.Pino (Histoire du Monde chinois), M.Lachaise (Histoire Contemporaine), M.Bouquet (Géographe), M.Bouneau (Histoire économique). Je regrette qu’ils n'aient put s'impliquer davantage. Je regrette également le manque de connaissance sur les Licences Libres, qui prive le monde universitaire d’un outils décisif. Erreur de référence : Balise <ref> non valide ; le nom « Merci à » est défini plusieurs fois avec des contenus différents

Liens et articles récemment lus[modifier | modifier le wikicode]

Le Forum économique mondial (FEM) a déclaré la Wikimedia Foundation l'un des Pionniers de la technologie de 2008 […] pour « le développement d'innovations technologiques qui changent la vie » avec « le potentiel d’avoir un impact sur le commerce et la société, démontrant un leadership visionnaire et ayant une technologie bien établie, ». Les Pionniers de la technologie 2008 feront de grands partenaires innovateurs pour toute organisation qui compte s'associer à eux, » dit le directeur technologie, Matt Bross.
« "Votre première mission, écrivait Nicolas Sarkozy, en août 2007, à Christine Albanel sa ministre de la culture et de la communication, sera de mettre en œuvre l'objectif de démocratisation culturelle (qui) a globalement échoué." »
« En décembre 2007, M. Sarkozy invitait d'ailleurs le ministère de la culture à "changer", au motif que "la révolution numérique (était) la mutation la plus forte de la dernière décennie et (que) son impact (se ferait) durablement sentir dans le champ artistique et culturel »
Très bonne synthèse de Wikipédia et de son fonctionnement : c’est un outil intermédiaire, vulgarisateur, oscillant mais surveillé, guidant vers des sources plus fiables.
« […]en 2006 […] l’historien américain Roy Rosenzweig qui, au terme d’une étude très fouillée des articles de sa spécialité, ne trouvera que quatre erreurs de détail dans vingt-cinq biographies, ce qui est minime et se compare très avantageusement aux ouvrages du même genre. L’historien déplore assurément que l’écriture soit souvent de piètre qualité, mais il constate que ce défaut affecte surtous les entrées les plus récentes et les moins retravaillées. En revanche, Wikipédia est d’une étonnante précision en matière de noms, dates et évènements de l’histoire des États-Unis. L’historien souligne aussi l’intérêt supplémentaire que présente le fait que, contrairement à beaucoup d’autres contenus accessibles en ligne, la totalité du contenu de cette encyclopédie peut être téléchargée, manipulée et cherchée par des outils informatiques. En conclusion, il souhaite que les historiens s’intéressent sérieusement à Wikipédia et même y contribuent pour la simple et bonne raison que leurs étudiants s’en servent.
Compte tenu de ces études, il y a lieu de s’interroger sur l’hostilité que Wikipédia continue de susciter en France, particulièrement dans les milieux pédagogiques. […]
Ce qui frappe dans cette condamnation, c’est à la fois son radicalisme – comment peut-on rejeter en bloc un ouvrage aussi considérable ? – et le fait qu’elle ne repose pas sur une étude attentive du contenu. Ces condamnations rituelles ne manquent pas d’évoquer les clichés qui circulaient au XIXe siècle sur les dictionnaires et encyclopédies»

« Le gouvernement américain met en valeur des activités aussi diverses que les collections de la Library of Congress, ses recherches scientifiques, ses parcs naturels ou ses missions spatiales en publiant largement ses documents et en n’exigeant aucune droit de reproduction. Nos services publics pratiquent largement la rétention d’information, truffent leurs sites de mentions « reproduction interdite, tous droits réservés » […] Pour obtenir une photographie officielle du Ministre français de la défense, le plus simple est d’attendre qu’il fasse une visite au Pentagone et de prendre la photographie américaine.  »

«  3 Les réactions 3.1 Aux États-Unis, la volonté d’ouverture domine 3.2 En France, l’attentisme domine 3.3 Les conséquences : dans le monde, l’invisibilité de la France, en France, la fracture culturelle. »

Dans un pays qui se gargarise de son exception culturelle et où des éditorialistes et des intellectuels posent aux esprits forts en tapant à tour de bras sur Google (l'ancien président de la BNF, Jean-Noël Jeanneney, dont la vision du savoir est pour le moins restrictive), sur Wikipédia (le journaliste Pierre Assouline) ou plus généralement sur Internet (Philippe Val et son fameux "Internet, la kommandantur libérale") et un prétendu "tout gratuit" (Claude Allègre), l’idée que les œuvres et les connaissances ne soient plus l'apanage de quelques élites mais partagées et accessibles à tous a du mal à faire son chemin.

Visually
« Visually Encyclopedia of Life [compare to Wikipedia] wins by a country mile. »
Philip Greenspun: « “In comparing the Web versions to the print versions [of my book], I noticed that the publishers’ main contribution to the quality of the books was in adding professionally drawn illustrations,” he wrote in an e-mail message.“It occurred to me that when the dust settled on the Wikipedia versus Britannica question, the likely conclusion would be ‘Wikipedia is more up to date; Britannica has better illustrations.’”»
« I haven’t heard a peep from anyone since the check cleared! »

w:user:Yug