Utilisateur:Lionel Scheepmans/BlocNote

Une page de Wikiversité.
Aller à la navigation Aller à la recherche

Interview Wikiversité pour Wikimédia France[modifier | modifier le wikicode]

Pouvez-vous nous décrire Wikiversité ? quels sont ses objectifs ? Qui sont les contributeurs ? à qui s’adresse-t-on ?

La Wikiversité francophone est une communauté ouverte qui a pour but de produire du contenu pédagogique pouvant s’adresser à tous niveaux d’enseignement (de la petite enfance au post-doctorat et plus si cela existe). C'est aussi un lieu pour effectuer des travaux de recherche libres de sujet. Actuellement, la Wikiversité francophone a pour projet la mise en place d'une bibliothèque et d'une revue scientifique libre.

Tous le monde est cordialement invité à contribuer sur le site fr.Wikiversity.org, sans distinction d'âge ou de niveau de formation. On peut le faire de façon anonyme ou pas, peu importe. La seule contrainte est de s'exprimer en langue française et de respecter les décisions prises par l’ensemble de la communauté. Pour que votre avis soit pris en compte dans les processus de décision, il faut avoir un compte ouvert depuis plus d'un mois et 100 modifications à son actif au sein du projet.

Quel est votre parcours ? Comment êtes-vous devenu un contributeur actif de ce projet ? Quels intérêts y trouvez-vous ? Quelles sont vos motivations ?

J'ai un parcours de vie très varié et relativement atypique qu’il est possible de consulter sur une de mes sous-pages utilisateur. Pour le décrire en quelques mots, cela va de la sylviculture à l'anthropologue se spécialisant dans les questions d'éthique en passant par un parcours politique et artistique. J'ai professé dans les domaines aussi variés que la coopération internationale, la cartographie, l'animation, les concerts et spectacles en rue ou sur scène, etc.

Je suis devenu contributeur au sein de la Wikiversité francophone en 2011 à l'occasion d'un mémoire de fin de master en anthropologie. Le sujet de ce mémoire avait pour titre pompeux Monographie ethnographique de la communauté des contributeurs actifs sur l'espace francophone de Wikipédia. J'avais au départ en tête de rédiger mon travail directement sur le site Wikipédia, mon terrain anthropologique en fait, mais vu l'interdiction d'y faire des travaux inédits, je me suis redirigé vers le projet Wikiversité où j’ai trouvé un accueil très chaleureux assorti à une aide et des conseils très efficaces.

Suite à cette première expérience, je n'ai plus quitté le projet même si j'y ai été très peu actif durant certaines périodes, lors de voyages notamment. Wikiversité fut d'abord pour moi un lieu de publication pour tous les travaux de recherches que j’avais pu réaliser durant ma vie. Cela va du mémoire de qualification en sylviculture réalisé quand j’avais 17 ans aux récents travaux de recherche effectués dans le cadre d'un certificat universitaire en éthique économique et sociale.

Ma motivation était de partager tous ces travaux avec ceux qui pourraient trouver un intérêt à les lire ou mieux encore à les améliorer. Je me souviens qu’à l'époque un des administrateurs du site m'avait mis en garde sur le fait que publier mes écrits sur Wikiversité, c'était en faire cadeau à toute personne qui voudrait les utiliser ce y compris pour des fins commerciales. Je pense avoir répondu que c’est ce qui pouvait arriver de mieux. Mais honnêtement, je ne crois pas que cela puisse arriver un jour. Par contre, j’ai une fois vu un de mes travaux repris sur un site Internet consacré au théâtre. J'ai aussi trouvé sur certains sites des photographies que j’avais publiées sur Wikimedia commons et intégrée dans mes travaux. Ça ne rapporte rien mais ça fait plaisir, je trouve. Ça donne un sens à son existence.

Par la suite, je me suis de plus en plus intéressé et impliqué dans les questions de gestion du projet en participant à de nombreuses discussions ou en lançant de nouvelles prises de décision. Récemment, je suis devenu administrateur, mais je n'ai pas encore eu vraiment le temps d’utiliser les nouveaux outils qui m'ont été attribués pour améliorer le projet. Cela viendra, c’est une question de temps et de disponibilité.

Au niveau de la partie pédagogique, j’ai actuellement très peu d'éditions. J'ai une fois importé un travail d'élève publié sur le net pour en faire une leçon sur les sondages et c’est tout, je crois. Enseigner est pour moi une démarche bien plus compliquée et bien plus exigeante que de faire des travaux de recherche. Je pourrais bien sûr contribuer partiellement sur des leçons en améliorant celles qui sont déjà existantes (je me souviens maintenant d'avoir fait quelques modifications dans un cours de portugais), mais il se fait que le projet ne contient actuellement aucune leçon dans mes domaines de compétences. Me connaissant, j'aurais vraiment du mal à commencer un travail pour le laisser inachevé. Pourtant, cela serait une très bonne chose et parfaitement acceptée par la communauté. Un travail commencé par une personne peut parfaitement être terminé par de nombreuses autres.

Actuellement sur la Wikiversité francophone, il y a beaucoup de domaines qui ne sont pas du tout enseignés. Toute la structure est en place : facultés, départements, jusqu'à l’existence de multiples pages de cours dans tous les domaines. Mais beaucoup de ces pages ne représentent qu'un cadre sans contenu ou presque. On n’est pas du tout ici dans le cas de figure de Wikipédia où il devient parfois difficile d'améliorer un article sans être connaisseur. Sur la Wikiversité, il y a encore beaucoup à faire et c’est quelque part là aussi une source de motivation.

Que diriez-vous à une personne pour l’inciter à contribuer ? Faut-il des compétences spécifiques ? Existe-t-il des freins à la participation au projet pour un nouveau contributeur ?

Si vous avez du temps à gagner, si vous voulez vous sentir utile dans une activité, si un ordinateur ne vous effraie pas, alors la Wikiversité pourrait être un projet épanouissant pour vous. Le projet est en perpétuel état de construction et toute bonne volonté est la bienvenue pour en faire quelque chose de bien.

On a tous quelque chose à enseigner, à apprendre, à partager et il ne faut aucune compétence particulière pour participer au projet. Il n'y a pas non plus de tâche ingrate ou inutile. Je suis pour ma part dys-lexique, dys-orthographique et même excessivement dys-trait. Lorsqu'une personne corrige une simple faute d'orthographe ou une erreur syntaxique au niveau de mes écrits, vous n'imaginez pas quel bonheur cela suscite. La Wikiversité est une communauté d'entraide. Il ne faut pas avoir peur de se présenter aux autres contributeurs dans l'espace forum que nous intitulons « salle café » pour demander de l'aide ou proposer ses services.

Quel est l'intérêt pour vous de contribuer en français sur les projets Wikimédia ? Allez-vous prendre part / organiser quelque chose pour le mois de la contribution ?

Le français est ma langue natale. Je peux aussi contribuer en anglais et en portugais sur les projets linguistiques voisins, je l'ai déjà fait d'ailleurs, mais ce sera forcément moins bien écrit et puis surtout beaucoup plus inconfortable pour moi.

Cette année, je n'envisage pas d'organiser quelque chose pour le mois de le contribution. Je l'ai fait deux années de suite auparavant pour promouvoir le projet Wikipédia, mais il y a un moment où l’on s’essouffle. J'ai par ailleurs décidé de ne plus être actif sur Wikipédia suite à une expérience éditoriale très déplaisante.

Je pourrais cette année bien sûr lancer un atelier Wikiversité. Cela me motiverait nettement plus d'ailleurs. Mais dans la galaxie des projets de la fondation Wikipédia, le focus est souvent mis sur l'encyclopédie et pas seulement en termes de visibilité. Aussi comme l'organisation du mois de la contribution se fait en grande partie sur le site de Wikipédia, et que j’ai décidé de bloquer mon compte en édition pour ne plus y être actif, cela devient compliqué pour moi. Mais je pourrais faire cette promesse : si quelqu'un me demande de parler de Wikiversité dans le cadre du mois de la contribution francophone, je suis partant ! A une condition seulement : Lors de la première édition du mois de la contribution, j’ai organisé l'activité à mes propres frais. La deuxième année j’ai été remboursé un an plus tard. Cette année je trouverais bien d’être remboursé dès mon arrivée Clin d'œil.

J'aimerai terminer cette interview en disant que si les projets Wikiversité sont déficitaires en termes de visibilité, il n'en sont pas moins prometteurs en termes de potentialité. On peut y être beaucoup plus libres et créatifs que sur l'espace Wikipédia par exemple, où les travaux inédits sont interdits et où aucune information n'est censée exister sans faire référence à une source reconnue et secondaire de préférence. Je vois de plus en plus de contributeurs débarquer sur le projet, surtout ces derniers temps, des enseignants, des chercheurs, actifs ou retraités, et même récemment un projet de formation issu d'un financement public. J'espère que la publication de cette interview fera découvrir le projet à un grand nombre de gens. Franchement, il en vaut la peine.

Lionel Scheepmans Contact Désolé pour ma dysorthographie 9 mars 2016 à 22:45 (UTC)

Intégration de travaux d'étudiants de Master sur Wikiveristé[modifier | modifier le wikicode]

Résumé du projet[modifier | modifier le wikicode]

L'espace Wikiversité, projets communautaires au sein de la galaxie wikimédia, se voit de plus en plus investie par des chercheurs et enseignants de diverses universités de France et du Québec de Suisse pour ne parler que de la partie francophone. Au niveau de la Belgique, la participation reste faible. Pourtant des projets très prometteurs se mettent en place au sein de cette communauté dynamique tel que la création d'une bibliothèque et le lancement d'un journal scientifique libre.

En termes de travaux étudiants, voire de mémoires de fin d’étude, la Wikiversité offre des possibilités intéressantes face à une série de questions pédagogiques soulevées à au sein de l'UCL et particulièrement en sciences humaines. Parmi celle-ci figurent : la capacité d’édition de travaux en ligne, identification des auteurs et collaborateurs dans la production de ces travaux, le suivit, le partage et l'évaluation d’une publication au fur et à mesure de son élaboration.

Cette problématique charrie des questions lancinantes de plagiat, du contrôle de qui énonce quoi, des questions d’évaluation des apports de chacun dans un travail de groupe, du peer reviewing, de la visibilité des travaux étudiants, de leur diffusion et de la qualité de leurs référencements. Toutes ces questions trouvent des solutions techniques au sein du projet Wikiversité.

L’objectif du projet viserait à tester le potentiel d’utilisation de la plate-forme fr.Wikiversité.org pour des travaux individuels, de groupe et des mémoires de fin d’études. Un premier mémoire de fin de master a été rédigé sur fr.wikiversité par Lionel Scheepmans en 2011. Sur base de cette première expérience, et suite à la publication de tous ses travaux d'études et de recherches, il s’agirait de tester dans plusieurs enseignements et sur une année académique, la possibilité d’utiliser les limites/avantages des ressources mises à disposition au sein du projet fr.wikiversité.

Concrètement, les travaux d’un séminaire, d’un cours magistral et d’une série de mémoires de fin d’études seront mis en œuvre vie la plate-forme fr.wikiversité.org

Le projet prévoie à la fois un encadrement pédagogique et technique, des enseignants et des étudiants. Sur base de l’évaluation de fin de projet, il pourrait être envisagé une extension à l’échelle de plusieurs commissions de programme.

Description du projet[modifier | modifier le wikicode]

Objectif du projet[modifier | modifier le wikicode]

  • Évaluer le potentiel pédagogique et technique de la plate-forme Wikiversité francophone pour l’encadrement de travaux et mémoires en sciences sociales à l’UCL.
  • Pour se faire, développer 3 dynamiques d’apprentissages différentes sur la plate-forme Wikiversité francophone : un séminaire de Bac nécessitant un travail final, un cours magistral en y incluant un travail avec peer review de la communauté Wikiversité, et une série de mémoire en Anthropologie du numérique.

État de l'art[modifier | modifier le wikicode]

La réflexion pédagogique du présent projet est partie de discussion dans le contexte de la venue du co-fondateur de Wikipédia, de J. Wales à l’UCL. En 2011, Lionel Scheepmans avait produit une étude ethnographie au sujet de la communauté des contributeurs actif au sein de la Wikipedia francophones (Scheepmans 2011). Ce travail avait déjà donné l’occasion d’une première discussion sur les potentialités pédagogiques offerte par l'utilisation de Wikipedia en tant que lieu d'observations sociétales et Wikiversité en tant que lieu de production du savoir. Il ne s’agissait pas du premier exercice ethnographique, car des travaux anglophone existait déjà (voir par ex. Friesen & Hopkins, 2008), mais pour l’univers francophone, l’UCL était précurseur.

Bien entendu, de manière plus large, cette réflexion s’ancre dans les grands mouvements de transformation des dispositifs pédagogiques communautaires en lien avec les mutations du web. On songe notamment aux travaux sur les wiki académiques (Bachelet, 2008), à ceux sur les nouveaux services internet (Anderruthy, 2008), voire les avancées plus globales des nouveaux modes de recherche ou de recherche action à l’ère d’un internet 3.0 (Nentwich, König, 2012).

A cet égard, un travail fondateur de Lawler mettait en lumière l’importance de la dynamique de recherche-action dans le cas de Wikiversité (Lawler 2008), déployé non comme un seul outil informatique, mais comme avant tout une communauté articulée à un dispositif technique. Cela signifie donc, qu’ancrer un projet dans Wikiversité, c’est aussi établir un partenariat avec une communauté de contributeurs et pas seulement utiliser des services en ligne de façon instrumentale. Au cours des premier mois d'exécution du projet, une étroite collaboration et implication de la communauté Wikiversité est donc plus que souhaitable. Cette collaboration internationale et inter-universitaire au sein de la francophonie sera sans aucun doute le théâtre d'un enrichissement mutuel.

D’un point de vue technique, la Wikiversité offre tout un panel de ressource permettant de donner des réponses aux questions de départ à l’origine du projet : Historique des pages avec indication au niveaux des auteurs d'éditions et aperçu des différence entre chaque version , moteur de recherche interne et externe, suivit des nouvelle éditions des pages pré sélectionnées, possibilité d'utilisation d'hyper liens dans les discussions, signatures des messages avec date et heure, reproductibilité de page par apposition de modèle, suivit des actions de tous les contributeurs, création de répertoire alphabétique de pages par un système de catégorisation, statistique instantanée au sujets des pages et utilisateurs, système de notification par email pour les messages et suivit de page, possibilité de création d'un espace projet, possibilité de création de bot pour accomplir des tâches automatisées, etc.

En France, en Suisse ou au Québec, cette plate-forme a déjà permis de déployer des projets aux multiples facettes dont voici quelques exemples :

Cours Master 1 et Master 2 en Sciences de Gestion

Cours Master HSQE et Licence Pro ECPI

Travail de recherche doctorale

Préparation de conférence

Formation doctorale

Formation continue et participative à l'accessibilité numérique

Retombée attendues/souhaitées du projet[modifier | modifier le wikicode]

  • Une évaluation par la pratique de l’utilisation de la plate-forme wikiversité pour les 3 dispositifs d’apprentissages évoqués.
  • Une visibilité des travaux étudiants de l’Ecole PSAD sur Wikiversité et une expérience partagée d’une communauté d’enseignant UCL avec la communauté internationale active sur Wikiversité.
  • Un document balises pour l’utilisation de tels dispositifs communautaires à destination des enseignements universitaires.
  • Une feuille d’orientation pour l’École PSAD balisant les possibilités de développement pour les 5 années à venir, en lien avec les défis actuels auxquels est confrontés l’enseignement des sciences politiques et sociales.

Ébauche de mise en œuvre (calendrier)[modifier | modifier le wikicode]

Le projet entend se déployer sur une année avec la possibilité d’être renouvelé avec des objectifs de diffusion et de formation selon l’évaluation de la première année.

MOIS Activités
Septembre Lancement du projet ; coordination opérationnelle des 3 enseignements ou et modules concernés ; présentation et mobilisation de la communauté Wikiversité.
Octobre Brainstorming à l’UCL et dans Wikiversité sur les possibilités d’usages et première conception du dispositif.
Novembre Conception de la formule Wikiversité à destination des 3 dispositifs pédagogiques (séminaire POLS1326, cours et mémoire).
Décembre Rédaction des consignes précises et mise en place finale du site web ; Formation des enseignants.
Janvier Dernières vérifications.
Février Formation des étudiants et lancement de la mise en œuvre.
Mars Suivi de la mise en œuvre des trois sous-projets. (séminaire, cours et mémoire)
Avril Suivi de la mise en œuvre des trois sous-projets (séminaire, cours et mémoire)
Mai Suivi de la mise en œuvre des trois sous-projets (séminaire, cours et mémoire) et dépôt des travaux finaux
Juin Evaluation des 2 enseignements avec les étudiants et avec les enseignants
Juillet Evaluation générale et rédaction d’un rapport sur la totalité du projet et de pistes d’extension
Août Evaluation générale et rédaction d’un rapport sur la totalité du projet et de piste d’extension

Développements technologiques que nécessiterait le projet[modifier | modifier le wikicode]

Tout est en place du point de vue technique sur la plate-forme Wikiversité. Par ailleurs, la personne envisagée pour coordonner le projet maîtrise l'ensemble des dispositifs techniques et décisionnel soutenu par la Fondation Wikimédia. Elle possède le statuts d'administrateur au sein de la Wikiversité Francophone et bénéficie de la reconnaissance et d'une accréditations au sein de la communauté Wikimédia pour pouvoir mener à bien le projet.

Voir :

Sa page de présentation sur Wikiversité.

Sa page de présentation sur Meta-Wiki

Son parcours de vie détaillé.

Bibliographie[modifier | modifier le wikicode]

Anderruthy, Jean-Noël, 2009, Du Web 2.0 au Web 3.0: Les nouveaux services Internet. Editions ENI. URL : https://books.google.be/books?id=ooeJKCE468cC&pg=PT218&dq=wikiversité&hl=en&sa=X&ved=0ahUKEwiRrZDPhvbKAhXHuRQKHfV8DWgQ6AEILjAC#v=onepage&q=wikiversité&f=false)

Bachelet, Rémi, 2008, Mettre En Oeuvre Un Wiki Académique. In Questions de Pédagogie Dans L’enseignement Supérieur Pp. 99–106. Brest, France. URL : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00325678.

Friesen, Norm, and Janet Hopkins, 2008, Wikiversity; or Education Meets the Free Culture Movement: An Ethnographic Investigation. First Monday 13(10). Ethnographic research; convenience sampling. http://firstmonday.org/ojs/index.php/fm/article/view/2234

Lawler, Cormac, 2008, Action Research as a Congruent Methodology for Understanding Wikis: The Case of Wikiversity. Journal of Interactive Media in Education 2008(1): 6. URL : http://jime.ubiquitypress.com/articles/10.5334/2008-6/

Nentwich, Michael, and René König, 2012, Cyberscience 2.0: Research in the Age of Digital Social Networks. Campus Verlag. URL : https://books.google.be/books?id=tAf4FhXWS0kC&printsec=frontcover#v=onepage&q&f=false

Scheepmans Lionel, 2011, Monographie ethnographique de la communauté des contributeurs actifs sur l'espace francophone de Wikipédia, Louvain-la-Neuve : UCL, Master en Anthropologie. URL : https://fr.wikiversity.org/wiki/Recherche:Culture_fr.wikipedia.

Comparaison avec d'autre mouvement[modifier | modifier le wikicode]

Au terme de cette présentation, il est à présent intéressant de comparer le mouvement Wikimédia à d'autre mouvement d'envergure international. Cela peut se faire par exemple avec le mouvement Greenpeace qui se développa autoure de l'ONG de même nom niveau de la répartition géographique par exemple

Tableau comparatif entre le mouvement Wikimédia et d'autres mouvement supporté par un ONG
Date de création Domaine Nombre de volontaires Nombre d'employés Budget annuel
Wikimédia Connaissance
Greenpeace Écologie
Amnestie internationnale Droit humain
Rotary International 1905 Service altruisme
Médecin sans frontière Médecine
Carte des pays où Greenpeace est opérationnel
Carte des pays où Greenpeace opérationnel
États membres en 2013 de l'Union interparlementaire
États membres en 2013 de l'Union interparlementaire
Présence de l'Organisation internationale du Rotary dans le monde
Présence de l'Organisation internationale du Rotary dans le monde

Voyons à présent comment vingt ans selement auront suffit pour qu'au départ d'un simple site web encyclopédique se développe une telle organisation.

Utilisation de TXM[modifier | modifier le wikicode]

Pourquoi la liste de diffusion Wikimedia comme corpus linguistique ?

Une des raisons pour lesquelles j'ai choisi la liste de diffusion de Wikmedia comme corpus est liée au fait que le mouvement de Wikimedia constitue la thématique principale de ma thèse de doctorat. Une autre raison fut la facilité de constitution du corpus par un copié collé des archives publiée sur le Net. Il me fut donc facile de constituer, mois par mois, des fichiers séparés au format.txt pour qu'il soient directement utilisables par le logiciel TXM. Un autre argument taille, c'est que les archives de cette liste de diffusion sont publiées sous licence CC-BY 3.0 license[1], ce qui simplifie grandement les questions d'autorisation d'usage et de diffusions des informations contenues dans les archives.

Description de la liste de diffusion

La liste de diffusion de la communauté Wikimedia intitulée "Wikimedia-l"[2] est un lieu de communication au sein mouvement Wikimédia entre différent acteur tel que la Wikimedia Foundation, ses chapitres et autres organisations affiliées, ses partenaires institutionnels, les contributeurs au sein des projets, etc.

Cette liste de diffusion peut, par exemple, être utilisée pour :

  • La planification des nouveaux projets ou initiatives au sein du mouvement.
  • Les questions d'organisation de la Wikimedia Foundation, des sections locales, d'autres organisations affiliés, etc.
  • Discuter de la mise en place des nouveaux chapitres locaux de Wikimedia.
  • Élaborer et évaluer des programmes d'octroi de subventions.
  • Électricité de planification
  • Planification des élections, des scrutins et des votes
  • Discussion sur les projets qui n'ont pas déjà une liste de diffusion
  • Trouver des moyens de collecter des fonds
  • Autres questions liées à Wikimedia

Description du corpus

Le corpus est constitué d'un dossier contenant X fichiers (un fichier par mois d'avril 2004 à avril 2018) pour un taille de X Mo et X mots.

TXM User Manual Version 0.7 ALPHA.

Pourquoi le logiciel TXM comme outil d'analyse ?

De la même manière que certaines personnes adhère au végétarisme et ne mangent pas de viande, je prétends pour ma part adhérer au mouvement 'libriste et refuse de "manger" ou plutôt de me faire manger par du logiciel propriétaire et donc d'utilisé exclusivement et autant que possible des logiciels libres tes qu'ils furent définis par Richard Stallman. Le logiciel TXM répondait à mes attentes à cet égard. De plus il est développé par une équipe de chercheurs français qui produisent une bonne documentation en français diffusée sur le site Internet du projet [3] notamment sous forme d'un manuel[4] tutorial vidéo[5]. Enfin, le projet a une liste de diffusion [6] et un Wiki[7] qui me donnent la possibilité de recevoir en français le soutien de l'équipe TXM [8] et des membres de la communauté.

Description du logiciel TXM[9]

TXM est un environnement d'analyse de texte/corpus et d'analyse graphique gratuit, open-source, Unicode, XML & TEI compatible et basé sur CQP et R. Il est disponible pour Microsoft Windows, Linux, Mac OS X et comme portail web J2EE. Il prévoit.

Analyse qualitative

  • Concordances de modèles lexicaux basées sur le moteur de recherche plein texte CQP efficace et son langage de requête CQL
  • Listes de fréquence des motifs CQL pour n'importe quelle propriété de mot (type, lemme, pos...) grâce à l'intégration de l'intégration TreeTagger pour la lemmatisation et le tagging de pos.
  • Graphiques d'occurrence de motif CQL
  • Les modèles lexicaux sont exprimés dans le langage de requête CQL, basé sur les propriétés au niveau du mot et de la structure.
  • Navigation riche en édition de texte basée sur HTML avec des liens de tous les autres outils

Analyse quantitative

  • Analyse factorielle des correspondances
  • Spécificités constratives des mots
  • Classification hiérarchique
  • Analyse de mots cooccurrents ou de modèles lexicaux

Modèle de données du corpus

  • Indexe les mots et leurs propriétés ainsi que la structure hiérarchique des textes.
  • Répertorie les métadonnées externes ou internes des textes ou des locuteurs.
  • Permet la construction de différentes sous-corpores et partitions (pour l'analyse de structures de texte ou de groupes de mots)

Retour sur l'installation, l'importation et l'utilisation des fonctions

Avant TXM, j'avais utilisé très peu de logiciels textométriques et toujours de manière très ponctuelle. Se familiariser avec ce logiciel ne m'a pas semblé excessivement difficile, mais l'aurait peut-être été si je n'avais pas acquis auparavant quelques connaissances en analyse de corpus en linguistique. Sans cette formation préalable, j'aurais dû assimiler en même temps que la découverte du logiciel tout un ensemble de concepts tels que occurrence, lemme, tolken, etc. Ceci dit, au départ du manuel en français et avec l'aide de la communauté, il me semble tout à fait possible de partir de zéro dans l'utilisation de ce logiciel.

Au final, les seuls problèmes que j'ai rencontrés dans cette expérience ont été l'installation et l'utilisation du logiciel d'automatisation Treetagger, qui, contrairement au logiciel de traitement statistique R, n'était pas pré-installé dans TXM. Ces problèmes étaient liés à des erreurs de configuration de ma part et un autre problème probablement lié à un fichier téléchargé et corrompu. Ce problème a cependant disparu depuis la dernière version 0.7.9 du logiciel qui intègre automatiquement le logiciel Treetagger.

Il est à noter que le processus d'importation de mon corpus menant à la création d'un fichier XML contenant les informations de catégorisation et de lemmatisation a pris plus de trois heures sur un ordinateur de bureau ( i5 3.40 GHz 64 bits). A la fin du processus, une surcharge de ma RAM de 8 Go oblige l'ordinateur à utiliser l'espace d'échange sur le disque dur. Enfin, le dossier en format binaire du corpus produit en plus d'une heure de calcul, avait une taille de 6,5 Go et ne pouvait être chargé sur mon ordinateur portable faute d'espace disque alors que plus de 15 Go étaient disponibles.

Il me semble donc important de souligner qu'avant de se lancer dans l'analyse d'un corpus avec TXM, il est nécessaire de s'assurer que le matériel informatique est suffisamment puissant en fonction de la taille du texte. Autre exemple, après avoir créé deux partitions au sein de mon corpus, le démarrage du logiciel est passé de quelques secondes à près de cinq minutes.

Le logiciel m'a semblé relativement stable lorsque vous n'effectuez qu'un calcul à la fois. Face à la taille du corpus et à la puissance de mon ordinateur de bureau, certains processus peuvent atteindre des temps d'exécution élevés, voire excessifs. Lorsque le logiciel se bloque et que son arrêt doit se faire via le système d'exploitation de l'ordinateur, une partie du travail effectué avant l'arrêt peut être perdue. Il est donc conseillé de redémarrer l'application après avoir effectué un travail important.

Fonctionnalités de TXM utiles pour l'ethnographe

Une à une, nous discuterons ici des fonctionnalités offertes par le logiciel TXM, et de leur capacité à fournir des informations utiles à l'ethnographe. Pour chaque fonctionnalité utile, nous donnerons un exemple appliqué à l'analyse des archives de la liste de diffusion Wikimedia-l.

Édition

La fonction d'édition vous permet de parcourir l'ensemble du corpus en affichage html avec l'affichage d'une bulle d'information sur chaque mot indiquant sa catégorie lexicale. La navigation se fait fichier par fichier avec le nom du fichier comme en-tête de l'onglet et un menu contextuel par clic droit permet l'envoi d'un mot vers le concordancer. Sans quitter le logiciel TXM, cette fonction permet de parcourir l'intégralité du texte pour appréhender sa structure et lancer des recherches plus approfondie sur base de mots clefs choisis. Il est par exemple possible de parcourir facilement toutes les interventions d'un acteur que vous souhaitez suivre dans ses intervention au niveau de la liste de diffusion. Nous reviendrons plus tard sur la fonctionnalité du concordancier..

Lexique

Une analyse lexicale (liste des mots classés par fréquence) donne déjà de bonnes informations à l'ethnographe concernant les mots qui sont le plus souvent utilisés par les acteurs de la liste de diffusion, un chercheur peut par exemple obtenir des informations sur :

  • Les principaux sujets de discussion au sein de la communauté et les mobiliser dans les entretiens individuel semi-directif ;
  • Les membres les plus actifs de la liste de diffusion dans le but de choisir des personnes à interviewer ;
  • Les fournisseurs d'adresse courriel les plus utilisés dans le but de connaître les canaux de communication les mieux adapter pour entrer en contact avec les acteurs du mouvement.

Ressources théoriques

  • Interaction stratégique et partage des connaissances dans la liste de diffusion des développeurs KDE [10].
  • Que peuvent nous dire les listes de diffusion OSS ? A Preliminary Psychometric Text Analysis of the Apache Developer Mailing List[11].
  • Analyse de complexité des textes coutumostratiques[12]
  • Aperçu du traitement du langage naturel [13]
  • Manuel utilisateur français TXM [14]

Papiers à explorer

  • Explorez, jouez, analysez votre corpus avec TXM[15]
  • Analyse de la littérature anthropologique pourrait être un travail très intéressant en mobilisant par exemple l'archivage numérique fait par la plateforme ODAS[16].
  • Texte à investiguer[B 1][B 2][B 3][B 4]

Ressources externes

Notes du cours humanité numérique[modifier | modifier le wikicode]

Le droit d'auteur apparait avec l'imprimerie et le fait que le texte devient une source de profit. Avant le plagiat n'existait pas jusqu'au 18 eme siecle. La fontaine puise ses textes chez d'autres auteurs différence entre droit d'auteur et autorité c'est l'importance adopté à un texte lié à l'auteur. Parfois ligné faussement au nom d'un auteur connu. l'important est que le document soit reconnu et lu. Plus récemment auterité (emmanuel) auteureté : l'écrit appartient l'auteur et c'est lui qui doit être respecté pas le texte et le texte ne peut être changé. Avant l'imprimerie la production était liée à un mescenat et l'imprimerie Johny aliday n'est pas auteur mais interprête sa famille ne reçois rien. Arrivée du web 2.0 échange et collaboration devient la clef du système. Le Jazz utilise des mélodie sans auteur Licence CC ne fait objet d'aucun texte de loi. C'est un droit d'usage. Monopole des presses de la Sorbone de la publication ou reproduction d'un texte ancien et réclame des droits d'auteurs mais guerre juridique insoluble. Transposition du droit d'auteur dans les musés. Payer 50 € pour faire une copie d'un manuscrit. Vol d'auteureté pour raison lucrative. Voir la question des oeuvre d'art qui appartienne au propriétaire qui l'a acheté. Distinction entre œuvre et support l'accès au support est monayé en fonction de son futur usage. Plus chère pour une publication publique ou sur internet. Google book ne donne accès qu'au livre qu'il ont numérisé eux-même. complet si libre de droit. Ne demande pas l'autorisation à l'auteur. Fait un scanne du livre trouvé dans une bibliothèque et le publie incomplet pour respecter le droit de reproduction et de citation. Voir avec Maxime. Voir Gallica autre Voir consortium typiquement français : Groupe de chercheurs financé par l'état pour centraliser le travail. Voir « Archives des ethnologues » ethnologia.hypotheses.org Humanum.hypotheses.org : liste de consortium par discipline ou type de source. Seul contrainte licence libre et open data. Belgique mal placé. peu de cours, pas de consortium, besoin d'interface humaine entre informaticiens et anthropologue. on refile le boulot de base de données aux informaticiens mais il manque quelqu'un qui discute avec l'informaticien.

Emancipation citoyenne[modifier | modifier le wikicode]

L'Émancipation Citoyenne se calcule selon la formule Émancipation = Mouvements Citoyens (E=mc²) ...

  • La réforme des systèmes politiques selon les principes de la démocratie directe, participative et Référendaire.
    • Le tirage au sort des représentants citoyens au niveau politique où la démocratie directe n'est plus possible.
    • L'instauration de règles de transparence dans les sphères publiques et politiques tout dans le respect de la vie privée de chacun.
    • Le renforcement de la liberté déontologique de la presse par un financement citoyen collectif et direct exclusif permettant la diffusion, l'analyse et la critique des informations publiques et politique préalablement rendues transparente.
  • Le sevrage économique du citoyen par rapport aux systèmes financier et économie :
    • La mise en place d'un revenu de base universel.
    • La promotion et la mise en place d'un système financier et économie respectueux des êtres humains et autres êtres vivants.
    • La promotion et la mise en place d'un système de marketing et publicitaires respectueux des êtres humains et autres êtres vivants.
    • La promotion et la mise en place d'un système médiatique.
    • Le lancement et la promotion d'alternatives permettant le libre accès au savoir, à la culture et à tout autres productions immatérielles.
    • La réforme des droits d’auteurs et des systèmes de brevets en commençant par l'abolition des licences et des brevets sur le vivant et le logiciel.
  • Le respect de la diversité
    • Le respect de la diversité naturel par la protection des équilibre écologique au niveau de l’ensemble des être vivants.
    • La protection des diversités culturelles par le maintient de la paix et des droits humains entre les peuple qui composent l'humanité.
  • Les principes organisationnels fondamentaux
    • Le mouvement est ouvert à tous citoyens sans distinction aucune et ne pourra se transformer en parti, association, ou tout autre institution.
    • Le mouvement existe dans le seul but de répondre aux objectifs présenté ci-dessus ( démocratie, sevrage économique, respect de la diversité) et rien d'autre.
    • Le mouvement veille au respect profond :
      • De la liberté d'expression.
      • Des être humains de toute situations sociales et de toutes cultures confondues.
      • Da nature en générale et tout êtres vivants en particulier.
    • Le mouvement utilisera uniquement le logiciel MediaWiki dans le cadre des ses communications via le Net.
  1. Source : https://lists.wikimedia.org/mailman/listinfo/wikimedia-l
  2. Source : https://lists.wikimedia.org/pipermail/wikimedia-l/
  3. Projet Textométrie
  4. Manuel de TXM 0.7 FR, 2018-02-26
  5. Atelier d'initiation à TXM de Bénédicte Pincemin du 27 septembre 2012
  6. txm-users - TXM users mailing list - subrequest
  7. index[Le wiki de la liste txm-users]
  8. L'équipe TXM - Projet Textométrie
  9. Présentation - Projet Textométrie
  10. George Kuk, « Interaction stratégique et partage des connaissances dans la liste de diffusion des développeurs KDE », Science de la gestion, vol. 52, 2006-07, p. 1031-1042 (ISSN 0025-1909) [texte intégral lien DOI]
  11. Purchase : Que peuvent nous dire les listes de diffusion OSS ? A Preliminary Psychometric Text Analysis of the Apache Developer Mailing List
  12. Recherche:Analyse de complexité des textes coutumostratiques - Wikiversité
  13. « Outline_of_natural_language_processing&oldid=863062167 », Wikipedia, 2018-10-08
  14. Manuel de TXM 0.7 FR, 2018-02-26
  15. Explore, jouez, analysez votre corpus avec TXM | DHd-Blog
  16. https://www.odsas.net.


Erreur de référence : Des balises <ref> existent pour un groupe nommé « B », mais aucune balise <references group="B"/> correspondante n’a été trouvée