Utilisateur:Ambre Troizat/Guerre d'indépendance des Etats-Unis d'Amérique/François Claude de Bouillé, Gouverneur des colonies françaises des îles du vent

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

François Claude de Bouillé, Gouverneur des colonies françaises des îles du vent

Critiques contre Bouillé, organisateur de la fuite à Varennes[modifier | modifier le wikicode]

« J'en étois là et j'allois me livrer avec quelque force à tous les développemens de mon sujet lorsque dans le fond d'une campagne bien solitaire j'appris avec certitude la nouvelle inespérée de l'évasion du Roi : mon premier soin fut d'accourrir ici et certes ce n'étoit pas pour y faire des phrases.
Et moi aussi je partois mais à peine avois-je eu le loisir de me tracer mon itinéraire que je fus étourdi de l'arrestation de Varennes Cette honteuse reprise s'est exécutée avec tant de grâce et de facilité que dans ce beau projet il m est bien difficile d'y voir maintenant autre chose qu'une boutade mal concertée dont le succès a été confié comme de coutume à gens également incapables d'intelligence et de résolution[1]
Et M de Bouillé lui-même se croit-il donc bien justifié par toutes ces bravades qu'il décoche avec tant de sécurité du fond d'une retraite inaccessible C'est à mon sens un étrange courage que celui qu'on a la bonté d'admirer dans son cartel !

Dans les champs de Pharsale il eût fallu l'avoir

Quand tout est perdu même l'honneur ne sied-il pas bien de s'escrimer en rodomontades ? quelle est donc cet charlatannerie d'usurper une attitude menaçante quand on a fui honteusement sans rendre aucun combat ?[2] »
— Journal de M. Suleau[3], 1791, 1/4[4].


Louis-Antoine-Ange-Élysée, vicomte de Suleau, préfet et homme politique français du XIXe siècle, naquit à Saint-Cloud (Seine-et-Oise) le 11 mars 1793. Il est décédé le 24 janvier 1871 à Aix-les-Bains. Est-il le fils du précédent ?

Critiques contre Bouillé émigré : caricature "Bouillé dit Sacrogorgon, général de l'armée noire"[modifier | modifier le wikicode]

L'armée de Condé[modifier | modifier le wikicode]

Le général Jean-François Thérèse Louis de Beaumont, marquis d'Autichamp, (1738-1831), émigré, organisateur de "l'armée de Condé", devant le "Fort de la Constitution".

Armée de Condé

Description de l’estampe : Louis-Joseph de Bourbon, prince de Condé, 1736-1818 (dit Son altesse contre-révolutionnaire le petit Condé), émigré, venant de reconnaître le fort de la Constitution, commende : halte ! Le général Jean-François Thérèse Louis de Beaumont, marquis d'Autichamp, (1738-1831), également émigré, organisateur de "l'armée de Condé". proposant la retraite.}} |date=1791

Bouillé dit Sacrogorgon, général de l'armée noire[modifier | modifier le wikicode]

Bouillé dit "Sacrogorgon, général de l'armée noire"

Cette caricature semble être une allusion au rôle de Bouillé dans l'armée de Condé[5], armée des émigrés. Bouillé en uniforme, le visage et oreilles de faune, lance un commandement à un soldat maigre qui répond : Eh comment diable voulez-vous que je porte mon arme : je ne puis me porter moi-même ?[6]

«  Caricatures sur le marquis de Bouillé La qualification de Général de l'Armée noire donnée au marquis de Bouillé ne voudrait-elle point dire qu il commandait à une armée fantastique dont les soldats imaginaires étaient du domaine des ombres chinoises, de ces sombres découpures inventées par M de Silhouette ?
Nous retrouvons à l'appui de notre interprétation le mot de fantoccini appliqué au même moment aux émigrés de Coblentz sur une caricature mise au jour comme la précédente après la fuite de Varennes[7] et lors de la formation de l'armée de Condé[8] : La foire de Coblentz ou les grands fantoccini français (pièce coloriée). Une autre charge de la même époque reproduit encore ce mot de Noirs s'appliquant à l'émigration : La Contre Révolution ne serait elle qu une caricature dédiée au Cul de sac des Noirs, eau-forte par Villenenne Le Sacrogorgon dont je ne connais point le sens ne fut point la seule protestation du crayon contre la défection de Bouillé en voici une autre Bouille Klinglin et Heyman brûlés en effigîe à Strasbourg pièce coloriée[9]. »
— (Oued Medjedel[réf. nécessaire]), H. Viennel.- L'intermédiaire des chercheurs et curieux, Volume 1, 1864[10]


Notes & Références[modifier | modifier le wikicode]

  1. Journal de M. Suleau, page 25
  2. Journal de M. Suleau, page 28
  3. Cf. Suleau in Eugène Hatin.- Histoire politique et littéraire de la presse en France: avec une introd. historique sur les origines du journal et la bibliographie générale des journaux depuis leur origine, Volume 7,1861
  4. Journal de M. Suleau, 1791, 1/4
  5. Analyser "Les Condé, une famille au service des rois : le père Louis V Joseph de Bourbon-Condé". Au service de qui peuvent-ils être à cette époque ?
  6. Société académique du Puy et de la Haute-Loire.- Bulletin historique, scientifique, littéraire, artistique et agricole illustré, Volumes 31 à 36, 1953
  7. Fuite de Louis XVI & de sa famille des 20 et 21 juin 1791
  8. Armée de Condé, 1791-1801.
  9. Voir également Catalogue d'estampes, portraits et pieces historiques, règne de Louis XVI, aérostats, revolution de 1789, composant le cabinet de M. L..., Éditeur Renou, 1858, Original provenant de la Bibliothèque Nationale d'Autriche
  10. L'intermédiaire des chercheurs et curieux, Volume 1, 1864, page 301