Utilisateur:Ambre Troizat/Famille Mirabeau Riqueti

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Mirabeau Riqueti (Famille)[modifier | modifier le wikicode]

Les deux frères, l'oncle et le père sont chevaliers de Malte. Jean-Antoine Joseph Charles Elzéar deviendra bailli, d'où son nom précédé du terme[1]. Marin habile, est préssenti pour le ministère de la Marine. Ses ambitions sont déçus. Il achète la charge de général des galères et sera gouverneur de la Guadeloupe de 1752 à 1755. Son neveu, André Boniface Louis, sera également chevalier de Malte.

Anne de Ferrière de Saulvebœuf, marquise de Vassan
2846. VASSAN (Anne de Ferrière de Saulvebœuf, marquise de), grand mère maternelle de Mirabeau. 1689-1770. 1° L. aut., a M. de Saint-George. 3 gr. p. in-4.
Ma fason de pancer monsieur et mon amitié pour monsieur de Mirabeau « ce confirme de ionr en ionr, celle que vous aues pour luy mauoit preueneu en « sa faveur auaut de le connaître il la mérité par le parfait attachement qu’il a « pour vous, madame la marquise de Saint-leorgc et tout ce qui vous est cher, « ie ne scauroit trop vous marquer monsieur, ma uiue reconnessance de manoir procuré un iandre ou pour mieux dire un fils ausy aimable dont le caractaire démontre beaucoup desprit et de probité... »
. Catalogue de la collection de lettres autographes manuscrits du comte de Mirabeau, documents historiques sur la Ligue, la Fronde, la Révolution, etc. de feu M. Lucas de Montigny: dont la vente aura lieu le mercredi 30 avril 1860 et jours suivants a 7 heurs du soir rue des Bons-enfants, 28, Maison Silvestre salle, Numéro 4.

Victor Riqueti de Mirabeau (1715-1789)[modifier | modifier le wikicode]

« Riqueti : Victor, Marqu. de Mirabeau & de Biran, Comte de Beaumont, premier Baron du Limoſin, Vicomte de S. Mathieu, né 4 octobre 1715. fils aîné de feu Jean-Antoine, mort en 1737. & de Françoise de Caſtellane-Norante, née en 1686, vivante en 1761. marié 11 avril 1743 à Marie Geneviève de Vassan, née en décembre 1725 dont

  1. Honoré-Gabriel, né 9 mars 1749
  2. André Boniface-Louis, né 30 novembre 1754
  3. Marie-Anne-Jeanne[2], née 10 juillet 1745
  4. Caroline-Eliſabeth[3], née 5 septembre 1747
  5. Marie-Louiſe[4], née 4 septembre 1752

Fère : Jean-Antoine Joſeph-Charles-Elzear de Riqueti, né 8 oct. 1717, Chevalier de Malte, Capitaine de Vaiſſeau du Roi, nommé Général des Glères de Malte.
Belle-ſœur : Julienne-Dorothée-Sylvie, née Comtesse de Kunſberg, veuve en juillet 1761. d'Alexandre -Louis de Riqueti, grand Chambellan du Margrave de Brandebourg Bareith »
François-Alexandre Aubert de La Chesnaye Des Bois, Calendrier des princes et de la noblesse : contenant l'état actuel des maisons souveraines, princes et seigneurs de l'Europe, et de la noblesse de France, par ordre alphabétique ; extrait du "Dictionnaire généalogique"... Avec des additions, changements et augmentations, pour l'année 1762, Nicolas-Bonaventure Duchesne (notice BnF no FRBNF36336245)Voir et modifier les données sur Wikidata[5]

  • Françoise de Castellane-Norante

Jean-Antoine Joseph Charles Elzéar, dit le Balli de Riqueti de Mirabeau (1717-1794)[modifier | modifier le wikicode]

André Boniface Louis Riquetti de Mirabeau[modifier | modifier le wikicode]

André Boniface Louis Riquetti de Mirabeau, vicomte de Mirabeau, dit « Mirabeau-Tonneau » puis « Mirabeau-Cravates », né à Paris, le 30 novembre 1754, mort à Fribourg-en-Brisgau, Allemagne, le 15 septembre 1792, est le fils de Victor Riqueti de Mirabeau, marquis de Mirabeau et de Marie-Geneviève de Vassan, frère cadet d'Honoré Gabriel Riquetti de Mirabeau.

Honoré-Gabriel Riqueti de Mirabeau (1749-1791)[modifier | modifier le wikicode]

Honoré Gabriel Riqueti, marquis puis comte de Mirabeau, appelé Mirabeau, surnommé « La Torche de la Provence » et « L’Orateur du Peuple ».

  • Le Bignon-Mirabeau (Loiret) 9 mars 1749 – Paris 2 avril 1791.
  • Victor Hugo le dit « d’une laideur grandiose et fulgurante ».
  • Orateur. Politique. Révolutionnaire.Franc-maçon.
  • participe à la campagne de Corse en 1768 à1769
  • 1788 - Mirabeau fonde de la Société des Amis des Noirs avec Brissot, Clavière et Condorcet. La société milite pour l’abolition immédiate de la traite des Noirs et, plus largement, celle de l’esclavage dans les colonies. Cf. bibliographie[6].

Honoré-Gabriel Riqueti de Mirabeau.- Le Courrier de Provence[modifier | modifier le wikicode]

Auteur : Honoré-Gabriel Riqueti de Mirabeau Description : Publication de Honoré-Gabriel Riqueti de Mirabeau Alias : Lettres du comte de Mirabeau à ses commettans

  1. 1789 - Honoré-Gabriel Riqueti de Mirabeau, Courier de Provence, 1789 (lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata, IA ; Google Livres
  2. 1789 - Honoré-Gabriel Riqueti de Mirabeau, Courier de Provence, 1789, Tome I (lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata, IA ; Google Livres
  3. 1790 - Honoré-Gabriel Riqueti de Mirabeau, Courier de Provence, Tome VI, 1790 (lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata, IA ; Google Livres
  4. 1790 - Honoré-Gabriel Riqueti de Mirabeau, Courier de Provence, Tome VIII, 1790 (lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata, nos. 136-155, IA ; Google Livres
  5. 1791 - Honoré-Gabriel Riqueti de Mirabeau, Courier de Provence, Tome IX, 1791 (lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata, IA ; Google Livres
  6. 1791 - Honoré-Gabriel Riqueti de Mirabeau, Courier de Provence, Tome X, 1791 (lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata, IA ; Google Livres
  7. 1791 - Honoré-Gabriel Riqueti de Mirabeau, Courier de Provence, Tome XI, 1791 (lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata, IA ; Google Livres
  8. 1791 - Honoré-Gabriel Riqueti de Mirabeau, Courier de Provence, Tome XII (lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata, IA ; Google Livres

Textes publiés dans Le Courrier de Provence[modifier | modifier le wikicode]

  1. 1791 - Lettre à tous les hommes de couleur libres, dans Honoré-Gabriel Riqueti de Mirabeau, Étienne Dumont et Jacques Duroveray, Courier de Provence, Lettre (dix-neuvième lettre) du comte de Mirabeau, à ses commettans, Paris, Imprimerie du Patriote français (notice BnF no FRBNF32806045, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata
  2. 1791 - Étienne Clavière et Société des Amis des Noirs et des colonies, Adresse de la Société des Amis des Noirs, à l'Assemblée nationale, à toutes les villes de commerce, à toutes les manufactures, aux colonies, à toutes les sociétés des amis de la Constitution : adresse dans laquelle on approfondit les relations politiques et commerciales entre la métropole et les colonies, Le Patriote français (OCLC 24600104, notice BnF no FRBNF37243734, lire sur Wikisource, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata, Google Livres ; Google livres2 ; Gallica ; IA ; IA2 ; Adresse de la Société des amis des noirs, à l'assemblée nationale

Journal de la maladie et de la mort d'Honoré-Gabriel-Victor Riquetti Mirabeau[modifier | modifier le wikicode]

In Pierre-Jean-Georges Cabanis.- Du degré de certitude de la Médecine[7], 1803, page 231

André Boniface Louis Riqueti, vicomte de Mirabeau, dit "Mirabeau-Tonneau"[modifier | modifier le wikicode]

Caricature of Louis Joseph de Bourbon (1736-1818) and André Boniface Louis Riquetti de Mirabeau (Mirabeau-Tonneau) (1754-1795)

Saint-George cite André Boniface Louis Riqueti, vicomte de Mirabeau, dit "Mirabeau-Tonneau" puis « Mirabeau-Cravates », 1754-1792, frère cadet d'Honoré Gabriel Riquetti de Mirabeau, parmi les "traîneurs obstinés des deux soi-disant ordres renversés"

« J’ai vu, et je ne crois pas m’être trompé, que parmi les pères de la patrie, il y a trois partis bien formés, bien aisés à distinguer.
Les deux principaux sont assez connus. L’un, et celui-là mérite bien l’avantage de paroître le premier, est composé des traîneurs obstinés des deux soi-disant ordres renversés. Un abbé Maury, un Cazalès, un vicomte de Mirabeau, se montrent à sa tête, et conduisent ceux qui ne valent pas la peine d’être nommés. »
— Joseph Bologne de Saint-George.- Nous sommes donc trois ? ou le Provincial à Paris, 1790[8]

« Anglais : Caricature of Louis Joseph de Bourbon (1736-1818) and André Boniface Louis Riquetti de Mirabeau (Mirabeau-Tonneau) (1754-1795).

Library of Congress description : "Print shows the Prince de Condé as Don Quixote on a white horse and vicomte de Mirabeau (Mirabeau Tonneau) as Sancho Panza riding on a barrel-shaped ass on wheels, surrounded by a ragged group of counterrevolutionaries forming Condé's army, riding to the defence of the mill of abuse, a windmill situated in the center background, topped with a bust of Louis XVI. The mill is propelled by gusts of flatulence issuing from an allegorical Fame without trumpet, dressed as a jester." Caption: "Marche du Dom Quichotte moderne pour la deffence du Moulin des Abus." ("Don Quixote's modern march in defence of the windmill of abuses.")[9]
Français : Caricature de Louis Joseph de Bourbon (1736-1818) et André Boniface Louis Riquetti de Mirabeau (Mirabeau-Tonneau) (1754-1795)

Description de la Bibliothèque du Congrès : L'estampe montre le Prince de Condé en Don Quichote sur un cheval blanc et le vicomte de Mirabeau (Mirabeau Tonneau) en Sancho Panza chevauchant un cheval de bois sur roulette en forme de tonneau, entourés par d'enragés contre-révolutionnaire formant l'armée de Condé se portant à la défense du moulin des abuse, un moulin à vent situé au centre du deuxième plan, avec au sommet un buste de Louis XVI en guise de girouette. »

Jean-Marie-Nicolas Lucas de Montigny (1782-1852)[modifier | modifier le wikicode]

Jean-Marie-Nicolas LUCAS DE MONTIGNY, né à Paris le 44 février 1782, conseiller de préfecture, était le fils naturel de Mirabeau, premier éditeur du Discours de Mirabeau contre la traite des Noirs[10]. Un "fragment" du manuscrit est conservé à la Bibliothèque de Genève.

Sibylle Gabrielle Riquetti de Mirabeau, dite Gyp, 1849 - 1932[modifier | modifier le wikicode]

« Notice sur la Maison de Riqueti Mirabeau
Une erreur grave s'est glissée dans la Biographie universelle, Tomee XXIX, et dans lHistoire généalogique des pairs de France, de M. de Courcelles, Torne IV, et dans lAnnuaire de la noblesse de 1845. Selon ces ouvrages, le vicomte de Mirabeau serait mort sans avoir été marié, vers la fin de 1792. C'est à tort; le vicomte de Mirabeau, colonel de la légion de Touraine, frère du comte de Mirabeau l'orateur, et par conséquent fils du marquis de Mirabeau, l'Ami des hommes[11], épousa en 1788, dans la commune d'Argentilly en Touraine, la comtesse de Robien, native du diocèse de Hennés. De ce mariage naquit, en 1789, paroisse de Sainl-Sulpice, à Paris, Victor-Claude Dymas de Riqueti de Mirabeau, qui perdit son père pendant l'émigration, à Fribourg en Brisgau. Il hérita du titre de colonel ; mais étant trop jeune pour commander la légion de son père, il fut remplacé par le marquis de la Féronnière. Au retour de Louis XVIII, il reçut un brevet de colonel de cavalerie. Il épousa en 1817 Éléonore-Louise Danthon, fille d'un chirurgien-major mort en Espagne, et décéda à Vannes en 1831, à l'âge de quarante-deux ans. De ce mariage sont issus :

  1. MarieAntoinette de Riqueti de Mirabeau, née en 1818, mariée le 19 avril 1836 au comte Treouret de Kerstrat ;
  2. Gabriel-Vielor Claude de Riqueti de Mirabeau, né le 18 octobre 1819, aujourd'hui chef de la famille, qui a épousé en 1841 Ernestine-Xavierine, fille de Charles-Philippe-Auguste duc d'Esclignac, lieutenant-colonel des lanciers de la garde en 1830, et de Georgine-Louise de Talleyrand-Périgord, fille du comte de Talleyrand-Périgord, gouverneur de Saint-Germain ;
  3. Arundel-Joseph de Riqueti de Mirabeau[12] ;
  4. Edouard-Albert de Riqueti de Mirabeau.

Les armes sont: dazur, à une bande d'or, accompagnée en chef d'une demi-peur de lis fleuronnée du même, el en pointe de trois roses d'argent en orle. Tenants : deux anges: couronne de marquis. Devise : Jurât pielas. ( Planche XXVI.) »
André Borel d'Hauterive, Revue historique de la noblesse,, Paris, Bureau de la publication (notice BnF no FRBNF38776739, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata[13]


Lucas de Montigny

Bibliographie[modifier | modifier le wikicode]


11-1789/3-1790 - 1834-1999 : Les bières flottantes des négriers[modifier | modifier le wikicode]

  • 1834 - Victor Hugo, Étude sur Mirabeau (Honoré-Gabriel de Riqueti, Cte de), 1834, Paris, A. Guyot et Scribe (notice BnF no FRBNF30625196, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata
    • 1834-1835 - Honoré-Gabriel Riqueti de Mirabeau, Victor Riquetti de Mirabeau, Jean-Antoine Riqueti de Mirabeau et Jean-Marie-Nicolas Lucas de Montigny (dir.), Mémoires biographiques, littéraires et politiques de Mirabeau écrits par lui-même, par son père, son oncle et son fils adoptif, Tome 7 (notice BnF no FRBNF30842595, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata, Publication d'une version des "Les bières flottantes des négriers Bières flottantes des négriers" dans le volume 7.
    • 1999 - Honoré-Gabriel Riqueti de Mirabeau, Victor Hugo, Société française d'étude du XVIIIe siècle et Marcel Dorigny (dir.), Mirabeau.- Les Bières flottantes des négriers, un discours non prononcé sur l'abolition de la traite des Noirs, novembre 1789 - mars 1790, Contient aussi deux lettres à Mirabeau dont une de Bacon et une étude sur Mirabeau par Victor Hugo, Saint-Étienne, Université Jean-Monnet - Saint-Étienne (ISBN 978-2-86272-184-2, OCLC 43984275, notice BnF no FRBNF37100970)Voir et modifier les données sur Wikidata
    • 2001 - Serge Bianchi, Les Bières flottantes des négriers, un discours non prononcé sur l’abolition de la traite des Noirs (ISSN 0003-4436 et 1952-403X, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata, juillet 2001

Notes & Références[modifier | modifier le wikicode]

  1. Nicolas Viton de Saint-Allais, L'Ordre de Malte, ses grands maîtres et ses chevaliers, Paris, l'auteur, 362  p. (notice BnF no FRBNF31278600, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata 1839, p. 320.
  2. Marie-Anne-Jeanne Riquetti de Mirabeau
  3. Caroline-Eliſabeth Riquetti de Mirabeau
  4. Marie-Louiſe Riquetti de Mirabeau
  5. François-Alexandre Aubert de La Chesnaye Des Bois, Calendrier des princes et de la noblesse : contenant l'état actuel des maisons souveraines, princes et seigneurs de l'Europe, et de la noblesse de France, par ordre alphabétique ; extrait du "Dictionnaire généalogique"... Avec des additions, changements et augmentations, pour l'année 1762, Nicolas-Bonaventure Duchesne (notice BnF no FRBNF36336245)Voir et modifier les données sur Wikidata, page 329
  6. Provence 7, Mirabeau en Provence A Vivre, A Voir, A Visiter, A Connaître
  7. Pierre-Jean-Georges Cabanis.- Du degré de certitude de la Médecine, 1803, page 231
  8. * 1790 - Joseph Bologne de Saint-George, Nous sommes donc trois ? ou le Provincial à Paris : Texte établi par Saint-Georges, soldat citoyen de la ville de***, Inconnue, 1790 (OCLC 458867481, notice BnF no FRBNF36303655, lire sur Wikisource)Voir et modifier les données sur Wikidata
  9. Description : Louis Joseph de Bourbon-Condé cartoon 1791.jpg
  10. Anja Bandau, Marcel Dorigny et Rebekka v. Mallinckrodt, Les mondes coloniaux à Paris au XVIIIe siècle : circulation et enchevêtrement des savoirs, Paris, Karthala (ISBN 978-2-8111-0380-4, notice BnF no FRBNF42234718)Voir et modifier les données sur Wikidata, 2010
  11. Victor Riqueti de Mirabeau, l’Ami des hommes, économiste & philosophe, 1715-1789
  12. Arundel-Joseph de Riqueti de Mirabeau est le père de Sibylle Gabrielle Riquetti de Mirabeau, dite Gyp (1849 - 1932)
  13. André Borel d'Hauterive, Revue historique de la noblesse,, Paris, Bureau de la publication (notice BnF no FRBNF38776739, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata, page 408