Leçons de niveau 10

Union européenne/Limites et contrastes

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Limites et contrastes
Icône de la faculté
Chapitre no 5
Leçon : Union européenne
Chap. préc. :Économie
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Union européenne : Limites et contrastes
Union européenne/Limites et contrastes
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Limites de la puissance européenne[modifier | modifier le wikicode]

Limites de la puissance économique[modifier | modifier le wikicode]

Même si l'Union européenne est la puissance économique la plus riche de la triade (composée de l'Asie orientale, de l'Europe occidentale et de l'Europe du Nord), son rôle dans la politique mondiale est secondaire. Il est toutefois intéressant de noter la présence du président du Conseil européen et du président de la Commission européenne dans le G7 (groupe des sept plus grandes puissances économiques).

Les politiques sociales et fiscales ont du mal à être harmonisées. À cela, il faut ajouter le surendettement toujours plus important de certains États si bien que des débats sur l'exclusion de la Grèce de la zone euro ont eu lieu une première fois en 2010 puis en 2012.

Limites de la puissance diplomatique[modifier | modifier le wikicode]

La coopération des États membres de l'UE n'est pas parfaite et ceux-ci n’arrivent pas à parler d'une même voix sur les questions diplomatiques. Cette absence de politique étrangère commune, bien qu'il existe un Haut représentant de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, se traduit également par l'absence d'une armée commune.

Union à géométrie variable[modifier | modifier le wikicode]

Searchtool.svg Voir le cours Union européenne : frontières et limites ; une union à géométrie variable.

L'Union européenne est une union à géométrie variable car tous les États membres ne participent pas aux mêmes alliances et ne sont pas tous membres de la zone euro et de l'espace Schengen.


Ce diagramme montre les relations entre divers accords et organisations multinationaux européens.

Monnaie unique : vers l'euro[modifier | modifier le wikicode]

Image vectorielle des billets en euro de la première série.
Billets de 5 à 500 euros.

19 États membres de l'Union européenne représentant 338 millions d'habitants (2015) utilise l'euro (EUR €) comme monnaie unique et sont donc membres de la zone euro, créée le 1er janvier 2002. À noter que le Danemark a signé le deuxième volet du mécanisme de taux de change européen mais qu'il n’est pas obligé de rejoindre la zone euro ; le Royaume-Uni, possédant une dérogation, n’est pas dans l'obligation de rejoindre la zone, contrairement à sept autres États membres de l'UE (Bulgarie, Croatie, République tchèque, Hongrie, Roumanie, Pologne, Suède) qui n'ont pas encore adoptés l'euro.

Il est intéressant de noter qu'en plus des 19 États membres, 4 micro-États utilisent l'euro comme monnaie officielle légalement sans être membres de l'UE : Saint-Marin et le Vatican (à la suite d'un accord avec l'Italie), Monaco (à la suite d'un accord avec la France) et la principauté d'Andorre (à la suite d'un accord avec la banque centrale européenne). Cette situation leur permet d'avoir leurs propres faces nationales sur les pièces qu'ils émettent en euros.

Espace Schengen[modifier | modifier le wikicode]

L'espace Schengen, créé par la convention et les accords de Schengen en 1995, est un espace de libre circulation des personnes. Les contrôles aux frontières intérieurs sont supprimés mais la protection des frontières extérieures est renforcée.

Aujourd'hui, 26 États européens sont membres de l'espace Schengen représentant 422 millions d'habitants (2015) et 4 312 099 km2. Parmi eux, certains pays de l'espace Schengen ne font pas partie de l'Union européenne (Islande, Norvège, Suisse et Liechtenstein) alors que des États membres de l'UE ne sont pas membres de l'espace Schengen (Irlande, Royaume-Uni, Roumanie, Bulgarie, Chypre et Croatie).

Contrastes territoriaux à l'intérieur de l'Union européenne[modifier | modifier le wikicode]

Searchtool.svg Voir le cours Union européenne, dynamiques de développement des territoires : disparités et inégalités.

Il existe des écarts entre l'ouest de l'Europe et les pays de l'ancienne aire communiste européenne moins développés d'Europe centrale et orientale (PECO), entrés en 2004 et 2007 dans l'Union européenne. Ces régions se sont marginalisées à cause d'une industrialisation plus tardive due à leur isolement durant la période communiste. L'Europe méditerranéenne et septentrionale sont aussi dans ce cas.

La mégalopole européenne est l'ensemble urbain européen qui s'étend de Londres à Milan par la vallée du Rhin abritant des fonctions de commandement (par exemple : les institutions de l'Union européenne). Il existe alors de fortes inégalités de richesse entre l'Europe du nord-ouest et les PECO ainsi qu'avec le Portugal et la Grèce. Plus l'on s'éloigne vers le sud ou l'est, moins les périphéries sont riches. La crise économique et sociale renforce encore davantage ces inégalités.

Néanmoins, l'Europe véhicule des valeurs communes dans une grande diversité, par exemple, religieuse ou linguistique ; notons ici la devise de l'Union européenne : « Unie dans la diversité ».

Politique régionale de rééquilibrage[modifier | modifier le wikicode]

L'Union européenne met en place une politique régionale de rééquilibrage visant à aider les régions en retard économique ou en difficulté et notamment l'Europe orientale, centrale et méditerranéenne. Elle vise à réduire les disparités régionales en Europe en aidant les régions les plus pauvres à se développer afin de rattraper leur retard, à créer des emplois en favorisant la compétitivité et en renforçant l’attractivité des régions et aussi à encourager les relations entre les régions d'États voisins.