Leçons de niveau 17

Troubles psychiatriques

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Département
Psychiatrie
Caduceus yellow.svg
 
Interwikis

Sur les autres projets Wikimedia :

Objectifs[modifier | modifier le wikicode]

  • Connaître les symptômes caractéristiques des troubles mentaux fréquents
  • Comprendre le rôle des changements neurologiques dans la génération de problèmes psychiatriques
  • Connaître les traitements actuels et proposés pour les symptômes de ces conditions et leurs causes

Troubles anxieux[modifier | modifier le wikicode]

Régions cérébrales impliquées dans les troubles anxieux, notamment le SSPS et les phobies.

Comme le nom l'indique, les troubles anxieux constituent une catégorie des conditions impliquant une anxiété ou une panique excessive et envahissante et interfère avec le fonctionnement normal. Ces conditions combinées constituent la plus grande source des maladies mentales. En plus de l'anxiété généralisée (qui est un sentiment chronique d'anxiété non lié à une situation spécifique) et les phobies (qui sont des peurs irrationnelles d'objets ou de situations non directement menaçants), ce groupe s'étend à d'autres diagnostics assez fréquents, notamment le trouble obsessionnel compulsif (TOC) et le syndrome de stress post-traumatique (SSPS). Les patient-e-s avec TOC sont incapables de briser des cycles répétitifs de comportements ou de pensées en raison de pressions accablantes, alimentées par des angoisses irrationnelles, comme la peur d'être contaminé ou blessé. Le SSPT touche en grande partie les personnes qui ont vécu un événement traumatisant, provoquant des sentiments persistants de peur ou de revivre des traumatismes passés.

Bien que les troubles anxieux englobent un large éventail de conditions différentes, il existe de nombreux points communs. Tous sont étroitement liés à la réponse au stress, qui engendre une activation de ce système à des moments inappropriés - conduisant à des sentiments disproportionnés de peur, d'anxiété ou de panique. Les causes réelles de ces nombreuses conditions sont mal comprises, bien qu'en termes cérébraux, certaines régions comme l'amygdale semblent hyperactives ou au moins trop sensibles aux hormones du stress. De plus, le manque de neurotransmetteurs inhibiteurs, comme le GABA, peut nuire à la capacité d'une personne à faire face au stress. Ces changements physiologiques peuvent être causés par des expériences passées et des associations (comme c'est particulièrement le cas dans le SSPT), mais généralement les angoisses, comme les phobies, n'ont aucun rapport avec une histoire spécifique en lien avec l'objet craint.

Les traitements appropriés pour les troubles anxieux peuvent dépendre du sous-type en question, bien que la plupart des traitements soient utilisés pour améliorer les symptômes -ou même soigner- un trouble anxieux. Comme le manque de GABA augmente la sensibilité du patient au stress, les médicaments qui imitent l'action du GABA peut diminuer la sévérité de l'anxiété. Une autre approche fréquente de traitement est la thérapie cognitivo-comportementale, qui tente d'exposer au patient le stimuli craint dans certaines situations, pour renforcer le message que cette peur est irrationnelle.

Dépression[modifier | modifier le wikicode]

Voies cérébrales impliquant les neurotransmetteurs de la dopamine et de la sérotonine.

Caractérisée par des sentiments persistants et intenses de tristesse, perte d'intérêts, et d'apathie, la dépression majeure est un trouble fréquent et handicapant. Bien que des épisodes d'humeurs dépressives puissent être fréquentes chez certains individus, ce qui distingue la dépression est le caractère intraitable de ces émotions négatives et la façon dont elles interfèrent avec tous les aspects de la vie du patient. Les individus faisant l'expérience d'une dépression sont souvent incapables d'éprouver des sensations de plaisirs, iels ont une baisse de motivations pour les tâches de tous les jours, et iels éprouvent des sentiments de culpabilité ou de désespoir si intenses que penser à quoi que ce soit devient difficile. Le retrait social, l'insomnie, et les pensées suicidaires sont également fréquents.

La biologie de la dépression suggère que ce sont certains facteurs qui peuvent augmenter le risque de dépression, et c'est l'interaction de ces facteurs avec les circonstances environnementales qui produit des situations où certain-e-s sont capables d'éviter la dépression malgré une importante adversité, d'autres feront seulement l'expérience de la dépression après un événement tragique, et d'autres encore seront dépressifs malgré des expériences de vie a priori positives. Quelle que soit son origine, la dépression tend à se corréler avec la surproduction d'hormones de stress par l'hypothalamus et la sous-production de neurotransmetteurs comme la dopamine et la sérotonine qui sont essentiels pour, entre autres, les voies de la récompense.

La dépression peut s'exprimer de plusieurs façons, et plus de 80 % des individus sont en mesure de parvenir à une guérison complète. Certaines des approches pharmaceutiques les plus courantes sont l'inhibition sélective de la recapture de sérotonine, qui améliorent l'humeur en augmentant les niveaux de sérotonine, qui se trouvent être épuisés chez de nombreux patients atteints de dépression. Le soutien psychologique peut également être utile pour certaines personnes. Ces programmes varient au niveau de la technique, mais beaucoup tentent d'améliorer la perspective de vie du patient et traiter les émotions négatives grâce à un regard rationnel sur elles. Pour les autres cas, d'autres options sont disponibles, comme la thérapie électroconvulsive.

Schizophrénie[modifier | modifier le wikicode]

Les régions préfrontales ont une activité anormalement basse chez les personnes avec schizophrénie.

Contrairement à certaines croyances populaires, la schizophrénie se définit par une incapacité à distinguer la réalité de l'hallucination, des pensées désordonnées, et d'une altération du fonctionnement social. Ces perturbations de l'imagination sont souvent si convaincants et puissants que les patients subissent de graves changements de personnalité, et ont un fonctionnement cognitif plus détérioré -ayant souvent des émotions inappropriées ou absentes, un manque de motivation et une perte de mémoire. Selon les symptômes, la schizophrénie peut être classée en plusieurs types, allant des délires occasionnels ou des hallucinations, à la désorganisation complète de la pensée, l'émotion et le comportement. Les hallucinations peuvent affecter n'importe quel sens ou plusieurs, peuvent suivre un thème commun ou être sans rapport, ou peuvent être remplacées par des illusions non sensorielles, qui sont entièrement fondées par la pensée.

La schizophrénie a une composante génétique assez forte, même si ce n'est qu'une des nombreuses causes. Les hypothèses expliquant pourquoi la schizophrénie émerge chez certaines personnes et pas d'autres, incluent une infection avant la naissance, une exposition à des substances toxiques, en particulier des médicaments, et d'autres troubles du développement fœtal. Sur le plan neurologique, il existe des différences cérébrales, chez les personnes avec schizophrénie, subtiles mais détectables. Il y a un léger rétrécissement du volume global, et certaines voies de la dopamine subissent également des altérations chimiques.

Des médicaments sont disponibles pour traiter plusieurs symptômes de la schizophrénie, mais les récupérations complètes sont assez rares. Une catégorie de médicaments connus sous le nom d'antipsychotiques sont généralement efficaces contre les symptômes hallucinatoires, mais beaucoup de troubles cognitifs persistent. La thérapie est parfois recherchée en conjonction avec des médicaments, bien qu'elle ne soit pas très fréquente malgré des résultats prometteurs. D'autres médicaments antipsychotiques sont en cours de développement et seraient plus efficaces pour contenir les symptômes, avec moins d'effets secondaires.