Leçons de niveau 15

Tissu sanguin/Les cellules

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Les cellules
Icône de la faculté
Chapitre no 2
Leçon : Tissu sanguin
Chap. préc. :Généralités
Chap. suiv. :Les autres composants du sang
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Tissu sanguin : Les cellules
Tissu sanguin/Les cellules
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.
Les trois grands types cellulaires

Pour mettre en évidence ces cellules, on utilise le May Grunwald Giemsa.

  1. Les globules rouges, ou hématies, ou normocytes, ou érythrocytes

Ce sont des cellules hautement différenciées qui ont perdu leur noyau par un phénomène d’exclusion cellulaire (et non par pycnocitose), ce sont des cellules terminales. On ne trouve pas non plus de Golgi, de ribosomes, de centrioles... Ces cellules ont une forme arrondie, en disque biconcave, ce disque à un diamètre de 7,5 microns, et l’épaisseur varie de 0,8 à 2,6 microns. Pour maintenir l’érythrocyte dans cette forme, il faut de l’énergie, fournie par l’hydrolyse d’ATP. La membrane plasmique a une composition particulière, qui va contribuer au maintient sous la forme de disque biconcave. Cette structure spéciale va posséder une plus grande surface que si la cellule était arrondie, et donc une meilleure surface d’échange entre le milieu intérieur et le milieu extérieur.

Le diamètre des érythrocytes peut augmenter ou diminuer dans les cas pathologiques :

  • macrocytose si le diamètre est supérieur à 9 microns
  • microcytose si le diamètre est inférieur à 6 microns
  • l’anisocytose est le fait d’avoir une fréquence élevée de globules rouges pathologiques dans le sang (sous une des deux formes)

Les normocytes sont des cellules flexibles, ce qui permet de s’adapter à la taille des faisceaux. Si on place les GR dans un milieu hypotonique, ils gonflent, ils perdent leur aspect de disque biconcave, la membrane plasmique va éclater : c’est l’hémolyse.

Dans le cytoplasme des GR, il existe un pigment rouge, l’hémoglobine, et d’un hème, le fer (transport d’oxygène ou de

Début d’une formule chimique

CO2

Fin d’une formule chimique

). Oxyhémoglobine et Carboxyhémoglobine. L’oxyhémoglobine est un composé instable, ce qui permet un échange plus rapide et plus aisé de l’oxygène au niveau des tissus. La combinaison des tissus de l’hémoglobine avec le

Début d’une formule chimique

CO2

Fin d’une formule chimique

est beaucoup plus stable.

La concentration normale des GR dans le sang est de 3,9 à 5,5 millions par mm3 chez la femme et 4,1 à 6 millions par mm3 de sang chez l’homme.

L’anémie est la diminution de la concentration de GR dans le sang. La polyglobulie est l’augmentation de la concentration de GR dans le sang. La polyglobulie peut être pathologique ou physiologique (altitude).

La durée de vie des hématies est de 120 jours, ils sont détruits au niveau de la rate, du foie et de la moelle osseuse. Les hématies sont fabriquées dans la moelle osseuse, les hématies jeunes vont présenter un RNA ribosomal en quantité importante, coloré au bleu Crésyl. Ces cellules relâchées dans le sang vont prendre le nom spécifique de réticulocytes. Ils sont les témoins de l’activité de synthèse de la moelle osseuse, et représentent 1% des globules rouges circulants. La viscosité du sang est faible.

  1. Les globules blancs, ou leucocytes

Ils sont au nombre de 6000 à 7000 par mm3 de sang, leur noyau peut présenter de nombreux lobules et des granulations (polynucléaires granulocytes) ou un lobe et aucune granulation (mononucléaires agranulocytes).

Les leucocytes sont synthétisés dans la moelle osseuse et peuvent passer dans les organes lymphoïdes, acquérant ainsi leur spécificité (lignée lymphoïde), d’autres vont directement dans le sang (lignée myéloïde).

Leur rôle est la défense tumorale (immunoglobuline) et cellulaire

Ce sont des cellules capables de mouvements amaeboïdes, et de diapédèse (traverse les capillaires en passant entre deux cellules endothéliales).

    1. Granulocytes polynucléaires
  • les neutrophiles, 60 à 70 % des GB

Cellules à noyau unique à plusieurs lobes (2 à 5, en fonction de l’âge), d’un diamètre de 12 microns, le cytoplasme présente 50 à 200 granulations réparties régulièrement dans le cytoplasme, entourées d’une membrane, (granulations azurophiles et granulations spécifiques). Les granulations azurophiles apparaissent les premières (stade de promyélocytes) et vont diminuer en nombre en fonction de la maturation, mais elles persistent dans les cellules matures, puisqu’on les retrouve dans les neutrophiles, elles apparaissent denses au ME et contiennent des enzymes lysosomales (peroxydases, enzymes lysosomales et oxydases). Les granulations spécifiques apparaissent à un stade plus tardif (myélocytes) elles sont plus petites et contiennent un autre type d’enzyme : phosphatase alcaline et phagocytine. Quel que soit le type de granulations, elles sont capables de mouvements browniens, rapides, ils permettent leurs déplacements et leur redistribution dans le cytoplasme. Ces cellules ont une durée de vie limitée, ce sont des cellules terminales. Elles ont une capacité limitée de synthèse. Elles servent en première ligne de défense, et sont douées de phagocytose.

Le phénomène de phagocytose : il n’est pas exclusif aux polynucléaires, des filaments de hyaloplasmes, les pseudopodes, sont émis en direction d’une bactérie, elle va alors se trouver à l’intérieur de la bactérie, dans une vacuole : le phagosome. Les granulations vont s’accrocher au phagosome et déverser leur contenu à l’intérieur de la vacuole, on se retrouve avec un phagolysosome : la bactérie est détruite. Le contenu de la vacuole va être le même que celui du milieu extérieur. Tous les phénomènes se déroulent à l’intérieur du phagosome, sans qu’il y ait de relation avec le milieu intracellulaire.

Les neutrophiles sont des cellules métaboliquement actives et sont capable de glycolyse aussi bien aérobie qu’anaérobie

  • les éosinophiles (nombre restreints : 2 à 4% des GB).

Ils ont un diamètre de 12 à 15 microns, et agissent dans des phénomènes allergiques. Il existe un nombre important de grains de glycogène au niveau du cytoplasme. Le noyau peut être bi ou trilobé, les cellules sont colorées par l’éosine, ce qui montre qu’elles sont acidophiles. Les granulations de ces cellules sont de taille plus important que chez les neutrophiles, et présentent une structure cristalline. Les granulations contiennent des ribonucléases et de la phosphatase alcaline, mais les celles ne possèdent pas de lysosomes (!), les éosinophiles sont capables de phagocytose (mouvements amaeboïdes). Ces cellules produisent les substances ayant une action neutralisante sur les leucotriènes, et l’histamine.

  • les basophiles.

Les cellules constituent 1% des leucocytes, elles ont un noyau en forme de trèfle, leur cytoplasme contient des granulations basophiles de grande taille, elles sécrètent l’histamine (vasodilatation), l’héparine (coagulation), et les leucotriènes, qui ont une action dans la contraction lente d’un muscle lisse. En réponse à certains antigènes, les basophiles libèrent une partie de leurs granules. Ces cellules exercent leur action au niveau des tissus, elles passent très rapidement dans ces tissus, on les appelle alors des mastocytes. Réactives dans l’hypersensibilité immédiate, elles sont également capable de mouvement amaeboïdes, et de phagocytose (peu actives néanmoins).

    1. Agranulocytes : leucocytes hyalins
  • Les lymphocytes : 25 à 30% des GB, ce sont des cellules sphériques, de tailles variables : petit, moyen et grand.

Le petit lymphocyte a un diamètre de 6 à 8 micron, il possède un noyau avec une chromatine condensée, le noyau est unique et sphérique, il occupe toute la surface de la cellule, le cytoplasme est très basophile, il contient des granulations en faibles quantités, de types azurophiles. Ces cellules sont terminales et sont capables de se transformer en présence de la PHA (phytohémaglutinine), ils vont alors devenir des lymphoblastes (possibilité de mitoses). Les grands lymphocytes présentent un cytoplasme plus abondant, avec un grand nombre d’organites. Les lymphocytes intermédiaires sont capables de se mouvoir, ils constituent une population hétérogène, variable en taille et en morphologie. Ils sont également différenciables. - Le plasmocyte : cellules ovoïdes, diamètre de 8 à 20 microns, le noyau est excentré, et rond, le cytoplasme est rugueux, impliqué dans la production d’immunoglobulines. La production se fait après stimulation antigénique. On en distingue deux types majeurs : les lymphocytes B (production d’immunoglobulines) et les lymphocytes T (défense immunitaire de type cellulaire).

  • Le monocyte : le noyau est ovale, on dit qu’il est réniforme, en position excentrique, la chromatine est peu condensée, ce noyau présente un aspect fibrillaire, on parle d’une chromatine peignée. Le cytoplasme est et contient des granulations azurophiles (lysosomes). Les cellules sont capables de traverser la barrière endothéliale, prenant alors le nom de macrophages. Les macrophages ont une fonction de macrophagocytose importante au niveau des tissus. Il s’agit du système des phagocytes mononucléaires. Il existe des sites récepteurs spécifiques.

Rôle de reconnaissance et d’interaction avec l’antigène.

  1. Plaquettes, ou thrombocyte

Pas de noyau, 2 à 5 microns, ils proviennent d’une cellule géante, le mégacaryocyte. Leur durée de vie est de dix jours, on observe que dans le cytoplasme de ces cellules, il y a présence de tubules et de vésicules. Ces tubules sont formés par une invagination de la membrane plasmique dans le cytoplasme. L’intérieur des plaquettes est directement en contact avec le milieu extracellulaire. Elles contrôlent l’intégrité du système vasculaire.

Quand il y a mur endothélial, le contenu sanguin va être en contact avec le tissu conjonctif sous-jacent, dans ce tissu conjonctif il existe du collagène. Les plaquettes vont adhérer rapidement au collagène par l’intermédiaire du collagène binding protéine.

Il s’agit de la première phase du phénomène de coagulation, de très nombreuses plaquettes vont adhérer au niveau du mur endothélial et vont entraîner le phénomène de cascade hémostatique. Ces plaquettes vont former le clou hémostatique qui va combler la brèche qui va se former au niveau du mur endothélial. Leur durée de vie est de dix jours. Le mégacaryocyte perd son noyau, son cytoplasme se divise et forme les plaquettes qui se répartissent dans le tissu sanguin.

La cellule pluripotente va se diviser en cellules multipotentes, dans deux lignées : cellule souche myéloïde et cellule souche lymphoïde.