Leçons de niveau 15

Tissu nerveux/Neurones et cellules gliales

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Neurones et cellules gliales
Icône de la faculté
Chapitre no 3
Leçon : Tissu nerveux
Chap. préc. :La névroglie
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Tissu nerveux : Neurones et cellules gliales
Tissu nerveux/Neurones et cellules gliales
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Les Neurones[modifier | modifier le wikicode]

Histoire de la découverte des neurones[modifier | modifier le wikicode]

Les neurones ont été découvert accidentellement grâce à la technique de coloration découverte par Camillo Golgi. L'utilisation de cette technique dans les travaux de Ramon y Cajal, à la fin du XIXe siècle, a conduit à la représentation du neurone en tant qu'entité cellulaire anatomique et fonctionnelle. Ainsi est née la théorie du neurone, finalisée et ainsi nommée par Wilhelm von Waldeyer. Cependant Golgi et Ramon y Cajal avaient une vision différente du réseau de neurones. Golgi pensait que les neurones étaient constitués en réseau continu tout comme le réseau de veines. Cajal, en revanche, voyait une discontinuité entre les neurones.

Il a fallu attendre le développement de la microscopie électronique dans les années 1950 pour élucider la question et donner définitivement raison à Cajal. En effet, la microscopie optique ordinaire possède une résolution limite de 0,1 nm, or l'espace entre deux neurones n'est que de 0,02 nm ce qui ne permettait pas de trancher entre les conclusions opposées de Golgi et Cajal jusqu'à ce que la limite de 0,1 nm du microscope électronique permette de résoudre le problème.

Les neurones, sont donc indépendants les uns des autres et organisés en réseaux. De plus des impulsions électriques parcourent ces cellules. Au début du XXe siècle, Charles Scott Sherrington introduit le terme de synapse pour désigner la zone de discontinuité entre deux neurones suggérée par Ramon y Cajal.

Qu'est-ce qu'un neurone[modifier | modifier le wikicode]

Les neurones sont des cellules dites nerveuses.

Un neurone est composé d'un corps cellulaire (appelé soma), d'entrées et d'une sortie (les neurites : les dendrites et l'axone).

Le corps cellulaire possède un noyau comme toute cellule dans lequel est contenu l'ADN et sont synthétisées les molécules nécessaires au fonctionnement du neurone. Sa membrane est électrisée, c'est-à-dire que l'intérieur du neurone possède une certaine concentration en ions qui diffère de l'extérieur du neurone. Ceci implique une différence de potentiel entre l'intérieur et l'extérieur du neurone et donc une tension au niveau de la membrane.

Les neurites possèdent également une membrane électrisée. Les dendrites, afférentes (en entrée), permettent au neurone de recevoir des informations provenant d'autres cellules (neurones, cellules sensorielles).

L'axone, efférent (en sortie), envoie des informations vers d'autres cellules (neurones, muscles).

Les neurones traitent et transmettent de l'information essentiellement sous forme de messages nerveux. L'état de sortie du neurone dépend de son état interne qui dépend lui-même de ses entrées.

Le message nerveux, encore appelé Potentiel d'Action (PA), se propage le long de l'axone. La transmission de l'information à un autre neurone s'effectue au niveau de la synapse. La synapse est un petit espace entre une terminaison de l'axone d'un neurone dit présynaptique qui transmet une information, et une dendrite (voire un soma) d'un neurone dit postsynaptique qui va recevoir l'information.

À cet endroit le PA implique une libération de neurotransmetteurs qui vont se loger sur les récepteurs du neurone postsynaptique, ce qui modifiera le potentiel postsynaptique (la tension de la membrane).

L'idée générale est que le potentiel de membrane du soma varie en fonction des potentiels postsynaptiques intégrés au niveau de ses synapses afférentes dendritiques ou somatiques. Ces potentiels postsynaptiques peuvent être excitateurs ou inhibiteurs et vont respectivement augmenter ou diminuer le potentiel global du soma. Lorsque le potentiel de membrane atteint un certain seuil, la membrane se décharge, et un PA se propage le long de l'axone puis le long de ses ramifications jusqu'à atteindre les synapses et ainsi l'information sera transmise à un autre neurone.