Leçons de niveau 16

Théorie des groupes/Examen/Licence math algèbre Université de Provence mars 1988

Une page de Wikiversité.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Licence de Mathématiques
Image logo représentative de la faculté
Cours : Théorie des groupes
Date : mars 1988
Lieu : Université de Provence
Épreuve : Algèbre
Durée : 2 heures

Examen de niveau 16.

Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Examen : Licence de Mathématiques
Théorie des groupes/Examen/Licence math algèbre Université de Provence mars 1988
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.



Aucun document n'est autorisé.

Exercice 1 )

Soit x un élément d'ordre rs d'un groupe G, où r et s sont premiers entre eux. Montrer qu’il existe dans G un élément a d'ordre s et un élément b d'ordre r qui commutent entre eux et tels que x = ab. Montrer que cette décomposition est unique.

Indication : On utilisera le théorème de Bezout (si (r,s) = 1, alors ∃ λ, μ ∈ ℤ tels que λ.r + μ.s = 1) et on cherchera a et b parmi les xλ.r + μ.s où λ, μ ∈ ℤ.


Exercice 2 )

Soit Sn = Sn(1,2,...,n) le groupe des permutations de n éléments.

Établir :

a) Pour que ζ ∈ Sn soit un élément du centre de Sn, il faut et il suffit que ζτ(i,j) = τ(i,j)ζ pour tout 1 ≤ i,j ≤ n.

b) Quel est le centre de s2 ?

c) Quel est le centre de Sn pour n ≥ 3 ?


Exercice 3 )

a) Soit G un groupe fini. S, T deux parties de G non nécessairement disjointes. Montrer que G = ST ou que ord G ≥ card S + card T.

Indication : On considérera une séquence d'éléments ti de G réalisant, quand c’est possible, l'assertion :

d'où la minoration par card S + (k - 1).

b) Soit F un groupe abélien fini (+,o). On suppose de plus qu’il existe une multiplication (.) qui fait un groupe multiplicatif de F* = F\{0} et qui est distributive par rapport à l'addition (bilatéralement).

Alors tout x ∈ F est somme de deux carrés (on suppose que g = -g ⇔ g = 0)

Indication :Prendre S = T = F*2 dans a).


Exercice 4 )

a) Soient g un groupe, K un sous-groupe normal de G, H un sous-groupe de K. Montrer que, si pour tout g ∈ G, il existe k ∈ K tel que gHg-1 = kHk-1 alors G = k.ƝG(H) où ƝG(H) est le normalisateur de h dans G.

b) On suppose que P est un p-sous-groupe de Sylow de K. Montrer (en utilisant la maximalité de P parmi les p-sous-groupes de K et le résultat du a)) que G = K.ƝG(P).

c) Soit Q un p-sous-groupe de Sylow de G de normalisateur N = ƝG(Q). Montrer que tout sous-groupe H de G qui contient N est son propre normalisateur (i.e H = ƝG(H)).

d) Montrer que le nombre de p-sous-groupes de Sylow de G est un diviseur de l’ordre de G.

Remarque : Les questions c) et d) sont indépendantes.


Exercice 5 )

Soit S4 = S4(1,2,3,4), le groupe des permutations de 4 éléments.

Soit K = {Id,τ(1,2),τ(3,4),τ(1,3),τ(2,4),τ(1,4),τ(2,3)}.

a) Montrer que K est un sous-groupe normal de S4.

b) Établir l’existence d'un isomorphisme entre S4/K et S3. (On considère S3(2,3,4)).

c) Si A4 représente l’ensemble des permutations paires, montrer que A4/K ≃ ℤ3, où ℤ3 ≃ ℤ/(3) = {Classe d'entiers modulo 3}.