Leçons de niveau 16

Système d'information global de l'entreprise (IT/IS)/Pour aller plus loin

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Pour aller plus loin
Icône de la faculté
Chapitre no 7
Leçon : IS)
Chap. préc. :Les conditions pour la mise en œuvre du système
Chap. suiv. :Sommaire
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « IS) : Pour aller plus loin
Système d'information global de l'entreprise (IT/IS)/Pour aller plus loin
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Pour aller plus loin[modifier | modifier le wikicode]

L’explosion combinatoire… des données issues de tous les appareils connectés…

Le ‘big data’.

Le raisonnement probabiliste, le raisonnement révisable ; la logique floue, le raisonnement bayésien,…

Informatique + téléphonie (image et son) + drones (déplacement)…


Solutions propriétaires ou progiciels plus ou moins adaptés. L’externalisation est-elle possible ?

La technologie du logiciel libre, le copyleft, l’initiative, le partage, l’auto organisation,… afin d’éviter ‘l’emprisonnement dans la rente « type Microsoft »’ et s’ouvrir aux idées des autres (libérer des espaces, ouvrir des intervalles, créer des niches,…).

Le système expert, l’intelligence artificielle, la réalité augmentée…

Les systémiciens ont maintenant l’habitude de considérer que : la structure et l’état du système complexe ne sont pas suffisants pour décrire et modéliser le système complexe à l’étude. Il y a des émergences (exaptations) qui apparaissent (les changements de phases par exemple) et aussi des circularités, que d’aucuns appellent des récursions, internes et externes (avec l’écosystème !) qui changent l’ordre des causalités. ==> Il faut y ajouter à la structure et à l’état du système : la « forme » (« ce qu’il est » dans « là où il est » !) et le processus (« où il en est »)…

Entre les agents d’un processus, le temps c’est de l’argent : il faut privilégier le pragmatisme, la simplexité, les circuits courts, la prise de décision rapide et la réactivité / événement, l’absence d’intermédiaire,…

La décentralisation, la subsidiarité,… ==> et l’inévitable mise en réseau. Les impacts de cette évolution sont de toutes natures (stratégique, organisationnel,…).

Intérêt du cloud… mais risque conséquent inhérent.

Du multimédia à l’unimédia capable de véhiculer toute information, quel que soit son format… en lien avec le Web sémantique… Les MOOC’s et les webinars ont cette volonté…

Les solutions matérielles de sécurité :

  • Le personnel recruté pour ces finalités
  • Les matériels de sécurité : la protection des acquis, de l’avantage concurrentiel, de la valeur client,… vis-à-vis d’un piratage ; et aussi la sécurité par rapport à la malveillance des hackers.
  • Les logiciels de cryptage et de sécurisation de l’information. : La nécessité de crypter les données afin de les protéger ou de retarder le dévoilement, la diffusion, l’espionnage industriel, le piratage,... mais les contraintes réglementaires…


Joël de Rosnay dans 2 livres nous décrit ce qu’il considère comme l’étape ultérieure de ce monde où l’être humain et ses artefacts (usines, agricultures, piscicultures, etc., réseaux d’ordinateurs, etc.), en lien avec l’écosystème de la planète Terre, créent un nouvel organisme vivant et planétaire, de niveau d’organisation supérieur à ceux connus à ce jour : le cybionte … Le futur être humain et la « société fluide »… de Joël de Rosnay… Du « système D » (la débrouillardise) au « système Co »… ex : Le covoiturage, Wikipédia, le crowd funding…

Du « rapport de forces » au « rapport de flux »… Surfer la vie !… La société de partage, la société collaborative…

Il nous invite à nous méfier de l’action des GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft) qui veut changer l’ADN d’internet en nous volant nos données personnelles pour faire du business...

La « petite Poucette » de Michel Serres… : « Il ou elle n’a plus le même corps, la même espérance de vie, n’habite plus le même espace, ne communique plus de la même façon, ne perçoit plus le même monde extérieur, ne vit plus dans la même nature ; né sous péridurale et de naissance programmée, ne redoute plus la même mort, sous soins palliatifs. N’ayant plus la même tête que celle de ses parents, il ou elle connaît autrement. »

Veillons à lire aussi ‘1984’ de George Orwell et ‘le meilleur des mondes’ d’Aldous Huxley pour nous prémunir des dangers inhérents à une ‘modernitude’… Lire aussi « la ferme des animaux »…

Quant au « transhumanisme » : l’être humain amortel (seul l’accident peut l’anéantir !), possédant les technologies qui évitent les conditions de la vieillesse, du handicap et de la dépendance, les systèmes repoussant les incertitudes et les risques et maximisant les plaisirs,… Lire « la zone du dehors » d’ Alain Damasio

Notre part de liberté appartient au domaine de l’éthique et de la pratique de la connaissance. L’être humain est d’autant plus libre qu’il connaît les causes réelles des phénomènes. Il se libère des contraintes de la Nature en connaissant les causes qui les produisent . Exemple de la médecine : la connaissance des causes d’une maladie permet de la combattre.

De fait, la modernité a infligé à l’être humain 3 grandes « humiliations ». Pour ceux d’entre vous qui ne veulent pas « vivre au moyen âge » :

  • Copernic, en révélant que le système géocentrique était erroné, a annoncé à l’être humain qu’il n’était pas le centre de monde.
  • Darwin, en découvrant que l’être humain est issu d’un processus d’évolution biologique, lui a révélé qu’il n’avait pas été créé par un dieu.
  • Freud, en découvrant l’inconscient, a montré que l’être humain n’était pas maître de toutes ses décisions.

Alors cette chère liberté ! -chère car elle a coûté le sang qui a coulé dans l’Histoire pour que nous soyons libres, et aussi chère car c’est une Valeur pour laquelle nous avons un sentiment particulier – Alors cette chère liberté qu’en faire, maintenant que nous l’avons gagnée !?

Pour être heureux, l’être humain libre aime expérimenter le pouvoir de se savoir capable d’accepter un devoir qu’il se définit personnellement et s’engager volontairement.

C’est fini ??? Non tout continue avec ou sans nous…