Supervision industrielle/Le fonctionnement

Une page de Wikiversité.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Le fonctionnement
Icône de la faculté
Chapitre no 3
Leçon : Supervision industrielle
Chap. préc. :L’utilisation de la supervision
Chap. suiv. :L’application
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Supervision industrielle : Le fonctionnement
Supervision industrielle/Le fonctionnement
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Un logiciel de supervision fonctionne généralement sur un ordinateur en communication, via un réseau local ou distant industriel, avec un ou plusieurs équipements : Automate programmable industriel, ordinateur, carte spécialisée.

La supervision possède des capacités étendues de communication pour pouvoir communiquer avec n’importe quel capteur.

En effet elle peut communiquer avec chaque capteur de l’entreprise pour collecter les données, les enregistres et les traiter pour nous donner une vision exacte de la ligne en temps réel ou sur un historique.

La supervision peut se résumer à cette formule :

  • Informations + Traitement = Supervision

Le protocole SNMP[modifier | modifier le wikicode]

La principale source d'informations va être SNMP (Simple network management Protocol). C’est un protocole qui permet le management d'équipement. SNMP est présent sur quasiment tous les équipements réseaux, ainsi que tous les systèmes d’exploitation. Il permet d'obtenir, de positionner des informations et de remonter des alarmes.


Voici son fonctionnement :

Sur chaque équipement on trouve un agent SNMP. Cet agent gère les informations relatives à l’équipement et sont stockées dans une base de données propre : la MIB (Management Information Base).

On positionne un manager SNMP sur l'unité qui va servir de console d'administration.

De là, quatre opérations sont possibles :

  • get-request / get-response : l’administrateur interroge une variable particulière de la MIB.
  • get-next-request / get-response : l’administrateur interroge toute une table de la MIB.
  • set-request / get-response : l’administrateur met une valeur à jour dans la MIB.
  • trap : l’agent prévient l’administrateur qu’un événement particulier s’est produit.


Le manager va interroger l'agent qui va fouiller dans la MIB pour positionner ou donner une valeur voulue. L'agent peut de lui-même remonter une information au manager via une trap. Si une carte réseau tombe, l'agent pourra en informer le manager sans que celui-ci en a fait la demande.

Ce protocole permet donc d'obtenir des informations variées sur un équipement à superviser.