Aller au contenu

Souffrance psychique et comportements inhabituels/Comportements inhabituels

Leçons de niveau 11
Une page de Wikiversité, la communauté pédagogique libre.
Début de la boite de navigation du chapitre
Comportements inhabituels
Icône de la faculté
Chapitre no
Leçon : Souffrance psychique et comportements inhabituels
fin de la boite de navigation du chapitre
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Souffrance psychique et comportements inhabituels : Comportements inhabituels
Souffrance psychique et comportements inhabituels/Comportements inhabituels
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Définition[modifier | modifier le wikicode]

Personne adoptant un comportement inhabituel.

Un comportement inhabituel est la manifestation d’une souffrance ou d’une détresse psychique. Cette détresse traduit une altération, voire une rupture du contact habituel entre cette personne et la réalité. Elle signe la rupture du sujet avec lui-­‐même (« On ne le reconnaît plus » ; « Il n’est plus lui-­‐même »...). Des comportements inhabituels peuvent être le motif de l’intervention des secours ou survenir secondairement au cours de la prise en charge d’une victime qui présente une aggravation brutale d’une maladie, d’un traumatisme ou autre.

Causes[modifier | modifier le wikicode]

Plusieurs causes peuvent être à l’origine d’un comportement inhabituel :

  • des causes physiques, comme :
    • les maladies, particulièrement celles qui entraînent :
      • une baisse du taux de sucre dans le sang (malaise hypoglycémique) ;
      • un manque d’oxygénation du cerveau (par exemple une détresse respiratoire) ;
      • une fièvre élevée ;
      • une baisse excessive de la température corporelle de la victime (hypothermie) ;
      • une tumeur cérébrale, un accident vasculaire cérébral, la maladie d’Alzheimer...
    • les traumatismes, comme :
      • le traumatisme crânien ;
      • les hémorragies graves ;
      • les douleurs intenses...
    • la prise de toxiques (volontaire ou involontaire, associée ou non) comme :
      • l’alcool (intoxication aiguë ou sevrage) ;
      • les stupéfiants ;
      • les médicaments...
  • les causes psychiques, comme :
    • les troubles psychiques tels que la panique, les états dépressifs ou d’autres affections psychiatriques plus graves ;
    • le stress dépassé.
  • les causes psychiatriques, comme :
    • des états aigus.

Ce sont des états transitoires, néanmoins certains peuvent être un mode de révélation d’une maladie psychiatrique (par exemple, une dépression en réaction à un deuil ou à une séparation, un état d’agitation temporaire, une bouffée délirante aiguë, une attaque de panique, etc.) ;

  • des états chroniques.

Ce sont des troubles plus profonds de la personnalité comme les psychoses, les démences ou d’autres maladies psychiatriques. Ces personnes ont une altération sévère du rapport à la réalité, qu’ils transforment par leur délire ou leurs hallucinations.

Risques et conséquences[modifier | modifier le wikicode]

La personne qui présente un comportement inhabituel ne sait plus distinguer ce qui est dangereux pour elle ou pour son entourage. Elle peut être incapable de prendre soin d’elle et avoir besoin d’aide tout en s’opposant et en refusant les soins ou le transport en milieu hospitalier. En effet, les troubles mentaux rendent parfois impossible le consentement et compliquent l’action de secours.

Signes[modifier | modifier le wikicode]

Un comportement inhabituel peut s’exprimer par une perturbation de la communication et des troubles de la relation aux autres sous la forme : • d’une altération du langage (par exemple un discours incohérent, un mutisme ou à l’inverse un flot de paroles incontrôlable) ; • de gestes, de mouvements inappropriés (par exemple un comportement inhibé, ou à l’inverse une agitation psychomotrice). Ces difficultés sont souvent difficilement tolérées par la victime elle-­‐même ou par son entourage, car la personne à secourir peut avoir une conduite inadaptée voire agressive.

Le secouriste peut se trouver face à : • une victime agitée. Cette agitation se traduit par une hyper activité de la victime, d’intensité et de durée variables. La personne tient des propos incohérents, parle beaucoup, bouge dans tous les sens, ne parvient pas à fixer son attention ou à se contrôler. Cette agitation suscite souvent une réaction d’intolérance de l’entourage. Un des risques de cet état est que, par ses actions non coordonnées, irréfléchies et incontrôlables, la personne mette en danger autrui et elle-­‐ même. On remarque souvent que la personne : • ne veut pas ou ne peut pas parler ; • refuse la présence du secouriste ; • refuse la parole de l’autre ; • refuse de l’aide. • une victime en état de stupeur. Ce que la victime nous donne à voir et à « en-­‐ tendre », c’est son silence. Elle n’a pas l’envie ou la possibilité de parler. Bien souvent, en parallèle, elle n’a pas l’envie ou la possibilité de bouger. Elle s’exprime alors avec son regard et par son mutisme. On remarque souvent qu’elle accepte : • la présence du secouriste ou d’un tiers ; • les paroles du secouriste ; • de l’aide. • une victime anxieuse. La victime présente un fort sentiment d’insécurité, de danger immédiat, de peur de devenir folle ou de mourir prochainement. Elle est le plus souvent agitée ou à l’inverse présente une stupeur. Une victime anxieuse peut commettre un geste auto-­‐agressif (blessures, comportement à risques, tentative de suicide). On remarque souvent qu’elle ne s’oppose pas toujours à ce qu’on l’aide. • une victime agressive ou violente. La victime présente une agitation ainsi qu’une instabilité dans son humeur ou son comportement à l’encontre de son entourage ou des secours. Elle a du mal à rester en place et tient des propres inadaptés, injurieux ou obscènes.

Principe de l’action de secours[modifier | modifier le wikicode]

L’action de secours doit permettre : • d’adopter une attitude humaine et professionnelle lors de la prise en charge de toute victime ; • d’adopter une attitude favorable à l’expression de la victime qui ressent le besoin de s’exprimer et de partager ce qu’elle éprouve ; • d’assurer la sécurité de la victime et de son entourage, leur réconfort et leur information ;

• de demander un avis spécialisé, si nécessaire.

'