Sociologies contemporaines/Présentation de la leçon

Une page de Wikiversité.
Aller à : navigation, rechercher

La sociologie de la seconde moitié du XXe siècle s'inscrit dans la prolongation des principaux paradigmes qui sont apparus au cours du XIXe siècle et au début du XXe siècle. Certes, sous l'influence de la sociologie américaine, d'autres champs d'étude seront explorés, notamment ceux du langage et de la cognition (bien que cette influence soit à nuancer car l'étude du langage se développe également de manière très pointue en Europe après la seconde guerre mondiale, avec le structuralisme et avec les travaux de Piaget et Foucault en philosophie de la connaissance), et ceux issus du courant très fécond de la systémique[1] et de la théorie de l'information, mais dans l'ensemble, la sociologie de l'après-guerre n'opère pas sur un bouleversement radical des anciens paradigmes. Notons que certains domaines d'étude prendront quant à eux leur essor essentiellement après la seconde guerre mondiale, alors qu’ils n'existaient que sous une forme larvée avant la seconde guerre mondiale, comme la sociologie phénoménologique. Aux États-Unis, le contact entre des penseurs issus de tous horizons va s'avérer très fécond. En Europe, l'évolution de la réflexion sociologique va suivre des voies assez différentes. Durant l'après-guerre, elle est fortement dominée par les sociologies marxistes et structuralistes, puis à partir des années 1960 et 1970, on assiste à une pénétration progressive par la pensée sociologique américaine qui conduit à un véritable éclatement. Cette dispersion est si importante qu'elle conduit à une révision des bases épistémologiques de la sociologie (accompagnée d'ailleurs d'une remise en cause de l'épistémologie classique) et à des conflits de méthodes indépassables, comme le débat entre les individualistes méthodologiques et les structuralistes. Aujourd'hui, cette tendance à la dispersion ne semble pas avoir faibli en intensité, à tel point qu’il devient difficile d'exposer de manière exhaustive l’ensemble des courants de pensée concurrents et des théories existantes en sociologie. Devant l'ampleur de la tâche, nous nous contenterons donc de dresser un panorama assez superficiel des courants théoriques actuels.

  1. Mais comme nous l'avons vu avec Spencer, le courant de la systémique a des racines profondes qui remontent au XIXe siècle.