Leçons de niveau 14

Sémiologie biologique/Numération de la formule sanguine

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Numération de la formule sanguine
Icône de la faculté
Chapitre no 1
Leçon : Sémiologie biologique
Retour auSommaire
Chap. suiv. :Examen cyto-bactériologique des urines
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Sémiologie biologique : Numération de la formule sanguine
Sémiologie biologique/Numération de la formule sanguine
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

La NFS, ou Numération de la Formule Sanguine, plus connue sous le nom vulgaire d'"Analyses de sang" est l’ensemble des données chiffrées des cellules du sang. Le principe repose sur le nombre total d'hématies, de leucocytes ou encore de thrombocytes, ainsi que des caractéristiques plus détaillées telles le Volume Globulaire Moyen (VGM) ou encore les différents taux d'Hémoglobine, par exemple. Toutes les données sont importantes pour établir des diagnostics, notamment en cas d'infections, d'anémies ou encire de thrombocytopénies par exemple. Ces données sont donc essentielles.

1 : Hématies[modifier | modifier le wikicode]

Le nombre d'hématies (ou érythrocytes) sera donné pour une quantité de 1 mm3, soit à peu près une goutte de sang. On compte en moyenne pour un être humain sans maladie particulière entre 4.5 et 5.5 millions de globules rouges dans un millimètre cube de sang. En dessous de cet intervalle numérique, on parlera d'anémie , souvent combiné à une carence en fer ou en Acide folique. L'anémie est d'ailleurs une raison pathologique pouvant expliquer dans certaines maladies un essoufflement et une fatigue générale et chronique. Au delà de cet intervelle, on parlera de polyglobulie. La polyglobulie est caractérisée par une élévation du nombre d'hématies, du à une surproduction de celles-ci par la moelle rouge osseuse.

Dans tous les cas, plusieurs maladies peuvent être suspectées. C'est pour cela qu'un simple taux d'hématies n'est en rien déterminant. Il doit être mis en relation avec d'autres taux et d'autres symptômes.

2 : Leucocytes[modifier | modifier le wikicode]

Les leucocytes sont les cellules les moins nombreuses du sang, entre 4.000 et 10.000 par mm3 de sang, destinées à combattre les agents pathogènes. Ils sont divisés en trois grandes catégories :

  • Les lymphocytes : B, T et NK mais cela n’est pas préçisé dans une NFS. Les lymphocytes regroupent 25 à 40% des lecuocytes. Ceux-là sont spécialisés dans la lutte des grosses infections (maladies virales, bactériennes…) et leur nombre augmente dans ce cas. Dans certains cas d'immunodéficience - comme dans le cas du Sida - le nombre de lymphocytes augmente face à l'infection puis redescend progressivement sur une période plus ou moins longue puisque ceux-ci sont tués par les virus.
  • Les polynucléaires : encore dénommés à tort "polynucléaires", le nom scientifiquement exact est "granulocyte". Cette dénomination de "polynuclaires" était utilisée pendant plusieurs années dans la mesures où l’on pensait que ceux-ci possédaient plusieurs noyaux : aujourd'hui, on sait qu’il n'en est rien et que ceux-là possèdent en réalité un noyau polylobé. Les polynucléaires sont eux-mêmes divisés en trois catégories :
    • Les neutrophiles : 40 à 75% des leucocytes. Ceux-là sont présents en cas d'infections bactériennes de plus ou moins grande ampleur. Leur mort après une infection constitue avec un amas de bactéries mortes le pus.
    • Les éosinophiles : 1 à 5% des leucocytes. Ils réagissent surtout en cas d'infections parasitaires.
    • Les basophiles : 0 à 1% des leucoytes. Leur rôle est mal connu, mais il semblerait que les basophiles soient responsables de réactions allergiques.

3 : Thrombocytes[modifier | modifier le wikicode]

Les plaquettes, éléments essentiels dans les mécanismes de la coagulation, sont au nombre de 150.000 ou 200.000 à 400.000 par mm3 de sang. Là encore, à l'instar des "polynucléaires", leur nom n’est pas tout à fait exact dans la mesure où ce ne sont pas des cellules à part entière mais des fragments de cellules de base (mégacaryoblastes). Une thrombopénie (taux de thrombocytes anormalement bas) peut expliquer des troubles coagulatoires tels les hémorragies. À l'inverse, une thrombocytose peut entraîner la formation de thrombus anormaux dans le sang (thrombose). Dans les deux cas, le problème non traité peut devenir très dangereux. En fonction d'autres symptômes, d'autres maladies peuvent également être mises en cause.

4 : VGM[modifier | modifier le wikicode]

Le Volume Globulaire Moyen est l'unité de mesure volumique des hématies. Celui-ci doit être compris entre 82 et 98 µ (microns) pour être considéré comme normal. En dessous de ce seuil, on parlera de microcytes, pouvant traduire des problèmes d'anémie avec notamment carence en fer. On notera que le VGM bas est souvent associé à une concentration en hémoglobine faible. Au dessus de ce seuil, on parlera de macrocytes, pouvant traduire certains troubles (carence en vitamines B12, par exemple) mais aussi pouvant révéler un alcoolisme certain.

Par ailleurs, chez le nouveau-né, le VGM se situe aux alentours des 105 µ et descend jusqu'à 75-80 µ dès l'âge de six mois et ce jusqu'à l'âge de dix ans.

5 : TCMH et CCMH[modifier | modifier le wikicode]

Les CCMH et TCMH respectivement "Concentration Corpusculaire Moyenne en Hémoglobine" et "Taux Corpusculaire Moyen en Hémoglobine" n'ont pas un réel intérêt diagnostic sinon que le CCMH bas confirme une hypochromie (déficit en fer).

6 : Hématocrite[modifier | modifier le wikicode]

C'est le pourcentage du volume des cellules circulant dans le sang par rapport au volume total du sang. On se base sur le pourcentage d'hématies, compris entre 37 et 47% pour la femme et entre 40 et 52% pour l'homme.