Recherche:Pour une économie plus juste au sein du mouvement Wikimédia

Une page de Wikiversité.
Aller à : navigation, rechercher
Wikimedia-logo-circle.svg
Wikimedia-research-fr.png
Travail de recherche : Pour une économie plus juste au sein du mouvement Wikimédia

Cette page de l’espace Recherche, dépend de la faculté Philosophie. Consultez le portail de l'espace recherche ou pour plus de détails l'index des travaux de recherche par faculté.

Toutes les discussions sur ce sujet doivent avoir lieu sur cette page.


Par Lionel Scheepmans

Résumé – Introduction[modifier | modifier le wikicode]

Ce travail analyse les relations économiques positives et normatives établies entre les différents acteurs et groupes d'acteurs actifs au sein du mouvement Wikimedia. Son but est d'établir un ensemble de recommandations en vue de réduire les injustices économiques observées au sein du mouvement. Le contenu de ce travail se base à la fois sur une observation passive du mouvement (observation des activités en ligne ou hors ligne, lecture de communiqués ou de documents officiels), active (interpellation des acteurs du mouvement) et participante (en tant qu'acteur impliqué au sein du mouvement). Son développement éthique fera appel à différents concepts et théories tels que l'économie du don, la théorie marxiste, le principe d'égalité et le principe de justice linguistique.

Présentation du mouvement Wikimedia[modifier | modifier le wikicode]

Pour la plupart des internautes, la connaissance du mouvement Wikimedia se limite souvent à consulter une des versions linguistiques de l'encyclopédie Wikipédia. Pourtant, il existe au sein du mouvement des centaines d'autres lieux d'activités[1] tout aussi importants aux yeux des acteurs qui les développent. Toutes ces personnes actives au sein des projets forme ainsi le mouvement Wikimédia dans lequel se partage une vision commune du monde formulée en ces termes : « Imagine a world in which every single human being can freely share in the sum of all knowledge. »[2].

Description schématique du mouvement Wikimédia

De façon pragmatique, on peut distinguer parmi ces lieux d'activités :

Une autre façon de découvrir le mouvement consiste à regrouper ses acteurs selon les critères d'appartenances suivants :

1. Logos des principaux projets en ligne supporté par la fondation Wikimedia. Au centre se trouve le logo de la fondation et des chapitres.
  • la langue, par exemple le projet Wikipédia francophone ne fonctionne pas avec les mêmes acteurs ni les mêmes règles que le projet Wikipédia germanophone ;
  • la situation géographique, par exemple l'association Wikimedia France fonctionne différemment et séparément de l'association belge, suisse, ou canadienne, même si toutes les trois communiquent en français ;
  • le régime statutaire, par exemple les éditeurs du contenu encyclopédique de Wikipédia sont tous bénévoles. Parmi ceux-ci certain jouissent d'un statut leur offrant des droits d'administration des sites, d'autres font partie de comités divers chargés d'apporter conseil à la fondation, etc… Au niveau de la Fondation, apparaît de nombreux employés sous contrats hiérarchisés tandis qu'au sein des chapitres nationaux, se côtoie un mélange de salariés et des membres actifs ou administrateurs bénévoles ;
  • la mission, par exemple les administrateurs de Wikipédia ont pour mission principale de veiller à la maintenance du site alors que les membres de l'amicale Wikimedia ont pour but de « faire en sorte que l’ensemble du savoir humain soit aussi disponible en catalan ».

Au-delà de ces multiples distinctions possibles, il existe enfin la possibilité de séparer le mouvement en deux pôles d'activités d'une part, les activités centrées sur l'édition de connaissance tel que cela se fait sur Wikipédia et ses projets frères, et d'autre part, les activés centrées sur la gestion des moyens de production nécessaires au développement des projets éditoriaux, leurs promotions, comme cela se fait principalement au sein de la Fondation Wikimedia et de ses organisations nationales affiliées (chapitres).

Projets éditoriaux[modifier | modifier le wikicode]

Les activités éditoriales sont connues grâce au succès de l'encyclopédie Wikipédia bénéficiant de la 6ème place au classement de site les plus visités en date du 5 juin 2016[8]. En 2013 déjà, l'ensemble des sites Internet soutenus par la fondation Wikimédia étaient visités par plus d'un demi-milliard d'internautes chaque mois[9]. Aujourd'hui, c'est plusieurs millions d'éditeurs bénévoles qui produisent le contenu de ces sites, dont plus 70 000 éditent les projets plus de 5 fois par mois et 12 000 plus de 100 fois par mois[10]. Au niveau de Wikipédia, les éditeurs ont produit à ce jour environ 39 millions d'articles[10] répartis sur 292 langues différentes[3]. La création d'article au niveau du projet Wikipédia francophone suit une évolution régulière depuis 2005 (illustration n°2).

2. Evolution du nombre d'article au niveau du projet Wikipedia francophone.

Étant soumis à la licence libre CC BY SA 3.0, le contenu de ces articles publiés sur Wikipédia ou sur ses projets frères est pour le dire de façon simplifiée, la propriété de tout un chacun, avec pour seule restriction d'usage d'en citer les auteurs et de reproduire la licence d'utilisation pour tout produit dérivé[11]. De par l'accès gratuit à une production bénévole d'informations, les projets soutenus par la fondation semblent donc concrétiser ce célèbre adage résumant les principes d'une société socialiste telle qu'elle fut promue à la fin siècle XIX : « De chacun selon ses moyens, à chacun selon ses besoins ».

Sous un autre aspect, Wikipédia et ses projets frères peuvent aussi être perçus comme une des plus belles illustrations de l'économie du don appliquée à la production et à la consommation de biens non rivaux tel que l'on peut aussi l'observer aussi dans la production de logiciels libres[12]. Dans ces systèmes économiques basés sur le don, tous les acteurs se retrouvent en position gagnante. Au sein du projet Wikipédia par exemple, un contributeur aussi actif qu'il soit, ne pourra jamais dépasser en écriture ce qu'il consomme en lecture.

Projets de soutiens et de promotions[modifier | modifier le wikicode]

Pour qu'un projet tel que Wikipédia puisse fonctionner tel qu'il fonctionne aujourd'hui, il fut nécessaire de mettre en place, de maintenir et de développer une impressionnante batterie de serveurs informatiques pour y installer un ensemble de programmes informatiques permettant de développer l'encyclopédie. Il existe pour cela au sein du mouvement Wikimedia, tout un pan d'activités hors édition lié au maintien des infrastructures informatiques et institutionnelles. Enfin, il ne faut pas non plus oublier que les projets Wikimedia nécessitent parfois un suivi juridique en réponse aux plaintes ou litiges entamés au sujet de leur contenu. Toutes ces activités nécessitent donc une gestion budgétaire, logistique, administrative et juridique globale qui se situe principalement au siège de la fondation.

Bien qu'une part des activités hors édition soit réalisée par des bénévoles, la plupart de celles-ci seront réalisées par des employés ou prestataires de service. Contrairement aux éditeurs bénévoles des projets en ligne, ces travailleurs sous contrats devront en partie produire ou gérer des biens rivaux tel que serveurs informatique, locaux d'exploitation, etc..

Il faut savoir enfin que pour des raisons de responsabilité éditoriale, il est interdit aux employées de la fondation ou des chapitres nationaux en fonction, d'éditer l'espace principale ou de participer aux décisions prises au sein des projets éditoriaux destiné au tout publique. D'une part cela permet de limiter la responsabilité de la fondation au rôle d'hébergeur telle qu'il est décrit dans les textes de loi comme la directive 2000/31/CE adoptée par le parlement européen [13], et d'autre part, cela permet de préserver les communautés bénévoles tout comme les chapitres nationaux des risques d'ingérences étatiques au sein du mouvement. Cette protection contre l'ingérence fut parfaitement illustrée dans l'affaire de Pierre-sur-Haute où l'État français malgré ses intimidations n'a pas réussi à supprimer des informations contenues dans un article Wikipédia[14]. Puisque les activités éditoriales bénévoles s'organise dans de nombreux espaces séparés de la sphère d'activités contractuelle, la communication entre tout ces espaces fut rendue possible grâce au site Wikimédia Meta-Wiki fonctionnant sous la même architecture informatique que Wikipédia.

Le site Meta-Wiki[modifier | modifier le wikicode]

Entre les lieux d’activités précédemment décrits, pris donc naissance le site Wikimedia Meta-Wiki qui se destine à la coordination, la documentation, la planification et l'analyse du mouvement Wikimedia[15]. Dans cette espace multilingue majoritairement édité en anglais, se côtoient, contributeurs bénévoles issus de l'ensemble des projets, salariés de la fondation et des chapitres nationaux et plus exceptionnellement, certains représentants d'institutions partenaires au mouvement, ou désireuse de l'être. S'organise ainsi au sein de Meta-Wiki, la sélection et l'organisation de projets (par exemple La Bibliothèque Wikipédia[16]) , la publication de rapports divers, la publication de travaux de recherche au sujet du mouvement, la mise sur pied de consultations de la communauté bénévole [17], la constitution de comités divers, les élections de candidats bénévoles pour la fonction de stewards (administrateurs inter-projets), les élections des membres du conseil d'administration de la fondation, etc…

C'est aussi sur le site Meta-Wiki que les membres du comité de répartition des fonds évaluent les demande de financement des associations nationales, et que les membres du comité Ombudsperson gérerent les plaintes à ce sujet[18]. Sont aussi actifs dans cette espace le comité de subventions des projets et événement et quatre autres comités assurant chacun respectivement l'attribution de Bourses de participation et de voyage, de Bourses individuelles d’engagement, de Bourses de projet et d’événement et de Subventions de plan annuel[19]. Les attributions de bourses sont faites sur base de dépôts de candidatures qui seront évalués, sélectionnés et une fois retenu rapportés au niveau de leurs activités. Une autre activité importante sur Meta-Wiki est le dépôt des plans stratégique et des rapports de financement de la fondation[20]. Ce sera en partie au départ de ces rapports de financement que sera complété la section suivante de ce travail consacrée au financement du mouvement.

Le financement du mouvement Wikimedia[modifier | modifier le wikicode]

3. Évolution des revenus, dépenses et épargnes au sein du mouvement Wikimedia.

La première chose à savoir concernant le financement du mouvement Wikimedia, c'est que l'argent perçu est exclusivement constitué de fonds offert par des particuliers, des institutions privées ou étatiques lors de campagnes annuelles de fin d'année. Suite à une première récolte de fonds qui s'est élevée à un montant 20 000 USD en 2003[21], le budget récolté par la fondation n'a cessé d'augmenter chaque année pour atteindre en janvier 2015 un montant de 75,5 millions de USD (illustration n°3). Lors de cette dernière récolte de fonds, la moyenne des sommes versées à la fondation était de 15 USD par donateur avec dans 75 % des cas une somme était inférieur à 100 USD[22] (voir illustration n°4).

4 Réparation des financements offerts à la fondation en fonction de leurs montants.

Parallèlement à la récolte de fonds organisée par la fondation Wikimedia, d'autres récoltes peuvent être organisées au niveau des chapitres, soit sur leur propre site[23], soit encore au sein de projets soutenus par la fondation, comme c'est le cas aujourd'hui de l'association suisse et allemande[24]. Dans ce dernier cadre, l'association Wikipédia allemande nous informe que 77 % des fonds qu'ils ont reçus en 2014 – 2015 ont été offerts par moins d'1 % des personnes ayant vu la bannière de leur campagne de financement sur Wikipédia[25].

5. Répartition des fonds offerts au mouvement Wikimedia par continents (2015).

Lors de ces transactions, les connexions établies entre les ordinateurs privés et les serveurs de la fondation permettent via l'adresse IP de l'ordinateur hôte de déterminer le pays voir la région de provenance des fonds. La répartition géographique de ces connexions par continents nous informe ainsi que environ 61 % de l'argent offert à la fondation proviennent du continent nord américain, 31,5 % du continent européen, 3,6 % du continent asiatique, 3,6 % du continent australien, 0,2 % du continent africain et 0,1 % du continent sud américain (illustration n°5). Il est ensuite possible via les références bancaires inscrite lors des transactions monétaire de déterminer dans quelles devises se fait la transaction[26], quelle méthode de paiement a été utilisée et dans quelle version linguistique[27]. Tout cet argent récolté par la fondation sera ensuite géré selon les commodités expliquées dans cette prochaine section.

La gestion budgétaire du mouvement Wikimedia[modifier | modifier le wikicode]

Tous les utilisateurs de facebook ne le savent pas encore[28], mais la fondation Wikimedia est une organisation à but non lucratif. Cela signifie que, de par ses statuts, la propriété de cette Fondation est irrévocablement dédiée à des fins de bienfaisance et que aucune partie du revenu net ou de l'actif de cette Fondation ne pourra profiter à un administrateur dirigeant ou d'autres individus, exceptée une indemnisation d'un montant raisonnable à ses dirigeants, employés et sous-traitants pour les services rendus. Cela signifie aussi que lors d'une éventuelle dissolution ou de liquidation de cette Fondation, les actifs restants seront redistribués à une autre fondation ou entité œuvrant exclusivement à des fins charitables [29].

Chaque année, une partie des fonds perçus lors des campagnes de financements est épargnée par la fondation dans le but de fournir un matelas financier en cas de crise budgétaire (illustration n°3). Le reste des fonds, à l'exception nous l'avons vu de ceux récoltés par la Suisse et par l'Allemagne, est distribué par la fondation au sein du mouvement sous le contrôle et l'approbation de son conseil d'administration. Grâce aux rapports d'audits financiers postés sur le site de la fondation chaque année[30], il est possible de savoir comment cette répartition s’opère (illustration n°6). Une analyse du dernier rapport financier couvrant la période du 30 juin 2014 au 30 juin 2015 nous informe ainsi que les 75 797 223 USD récolté par la fondation ont été attribués comme suite :

  • 6. Dépenses de la fondation par secteurs d'activité. Planification de 2014 et dépenses réelles de 2015.
    23 200 441 USB en épargne
  • 26 049 224 USD en salaires
  • 7 645 105 USD en dépense pour services professionnels
  • 4 522 689 USD en prix et bourse
  • 4 449 764 USD en autre charge d'exploitation
  • 2 289 489 USD en frais de voyage et de conférence
  • 2 656 103 USD en dépréciation et amortissement
  • 2 484 765 USD en donation et frais de traitement
  • 1 997 521 USD en frais d'hébergement Internet
  • 266 552 USD en dépense spéciales
  • 235 570 USD en frais de services

Dans ce décompte, l'argent dépensé en prix et en bourses représente donc environ 6 % du budget des dépenses, ou 14 % si l'on se réfère au contenu libellé « Grants » du graphique situé dans l'illustration 6. De façon plus détaillée l'illustration n°7 nous informe qu'une part importante de ce budget, ici évaluée à 8,2 millions de dollars, se destine au financement de projets annuels tel que le financement des chapitres reconnus par la fondation. A titre d'exemple 600 000 € fut attribué à l'association Wikimedia France pour l'année 2013-2014 alors que l'année précédente quand elle gérait elle-même la récolte des fonds au même titre que l'Allemagne et la Suisse, elle avait pu bénéficier de 1,6 millions d'euros[31]. Ainsi, au finale une très petite part seulement des fonds reçus par la fondation revient de façon substantiel aux acteurs des projets en lige, soit dans l'organisation du cycle de conférences Wikimania organisé annuellement au sein du mouvement, soit via le financement de projets individuels soumis par les bénévoles et sélectionnés par un ensemble de comités bénévole supervisés par des employés de la fondation. Au final, toutes les décision budgétaires sont soumise en dernier recours, et par obligation légale, au conseille d'administration de la fondation composé de Jimmy Wales qui siège en tant que fondateur, de trois personnes élues au niveau des associations nationales et thématiques de trois personnes élues au sein de la communauté de contributeurs et de quatre personnes cooptée pour des expertises spécifiques[32].

7. Répartition de la redistribution des fonds par subventions par types de projets et au fil du temps.

Dans la pratique, chaque année la fondation présentera un plan annuel qui divise les fonds en trois types[33] :

  • Les fonds destinés aux opérations de bases (informatique, juridique, récolte de fond, ressource humaine,gouvernance et communication) ;
  • Les fonds de réserve pour l'établissement du coussin financier ;
  • Les fond pour les autres dépenses diffusée dans toutes les autres entités du mouvement.

Cette dernière partie sera elle-même divisée en différent types de financements :

  • Les financement annuels (APG) attribués suite aux recommandations d'un comité de diffusion[34] composé dans sa partie votante d'une moitié de membres élus au sein et par la communauté bénévole[35]
  • Les financements d'événements et de projets ponctuels et collectifs (PEG) selon les recommandations d'un comité composés de membres portés volontaires parmi la communauté de bénévoles.
  • Les financement de soutien aux voyages de représentation active du mouvement (TPS) selon les recommandations faite par quatre employés de Wikimedia (2 de la fondation, 1 de l'Allemagne et 1 de la Suisse).
  • Les financements projets individuels (IEG) suite aux recommandations d'un comité composés de membres portés volontaires parmi la communauté de bénévoles.

Au terme de cette présentation du mouvement, passons maintenant dans le vif du sujet en abordant l'analyse éthique de l'économie Wikimédia en commençant par débattre d’emblée sur la question des dons fait au mouvement.

Analyse éthique de l'économie Wikimédia[modifier | modifier le wikicode]

Le mouvement Wikimedia face à la question du don[modifier | modifier le wikicode]

Contrairement à ce qui est dit, cette première analyse permettra de comprendre que les personnes répondant aux campagnes de récoltes de fonds organisées par la fondation ne sont pas les véritables donateurs au sein du mouvement. En fait, les véritables donateurs au sens inconditionnel du terme, ce sont les travailleurs bénévoles qui éditent Wikipédia et ses projets frères et l'agent offert par les lecteurs devrait être en fait considéré comme un contre-don monétaire rendu à la fondation en gratitude à l'accès gratuit et sans publicité aux sites qu'elle héberge.

Lors d'un premier communiqué de presse en 2004, « Jimmy Wales, co-fondateur du projet Wikipédia, attribue son succès à la présence d'une communauté très unie de contributeurs ouverts et responsables provenant du monde entier, qui en assurent la civilité, la qualité et la neutralité. »[36]. Dix ans plus tard, lors d'un nouveau record pour la campagne de collecte de fonds de Wikimedia, Sue Gardner, directrice exécutive de 2007 à 2013, expliquait que : « Les gens se servent de Wikipédia et l'apprécient, ils donnent donc un peu d'argent pour qu'elle continue de se développer »[37]. Mis février 2015, les lecteurs de Wikipédia confirment les dire de l'ancienne directrice exécutive de la fondation lors d'une enquête menée aux États-Unis, au Canada, en l'Australie/Nouvelle-Zélande et en l'Angleterre[38]. Respectivement par rapport au pays précités, à la question « Laquelle des propositions suivantes explique le mieux votre décision de faire une donation à Wikipédia ? », 73, 78, 54 et 75 % de personnes interrogées ont répondu en choisissant la phrase « J'utilise Wikipédia souvent et veux la supporter ». Dans cette même enquête et toujours respectivement au pays précités,, à la question « Selon vous, laquelle des propositions suivantes est la meilleure raison d'offrir une contribution financière à Wikipédia ? », 28, 36, 34 et 30 % des lecteurs ont choisi : « J'utilise Wikipédia et je voudrais voir cette source d'informations perdurer », 24, 23, 21, et 30 % ont choisi : « Wikipédia dépend de ses lecteurs pour survivre » et 4, 2, 4 et 1 % seulement ont choisi « Pour supporter le travail des contributeurs bénévoles ».

8. Illustration symbolisant le don de l'encyclopédie Wikipédia.

Sur base de ce sondage apparaît donc clairement que les revenus financiers de la fondation dépendent étroitement du travail des éditeurs bénévoles, même si cela n'est pas reconnu explicitement ni par les lecteurs, ni par la fondation. En comparaison à un organisme tel que Médecins Sans Frontières par exemple, le financement du mouvement Wikimedia ne repose donc pas sur un comportement 100 % altruiste et désintéressé. Lorsque l'on donne de l'argent à MSF, ce n'est généralement pas parce que l'on a reçu quelque chose, ni parce que l'on va recevoir quelque chose en retour. Par contre, l'argent offert à la fondation apparaît bien comme un geste de gratitude en retour d'un premier don que constitue un accès gratuit dépourvu de produit publicitaire à ce qui constitue aujourd'hui l'une des plus grandes sources d'informations du net. En ce sens, le « cadeau Wikipédia » offert par les contributeurs et les contributions financières offertes en retour par les lecteurs, peuvent donc s'assimiler à des « sortes de paiements et de repaiements, ou plutôt de dons et de contre-dons » tel que Marcel Mauss l'avait initialement conceptualisé dans son ouvrage intitulé : Essai sur le don[39].

On pourrait aussi comparer cet échange éditeurs – lecteurs – fondation à celui qui s’opère lorsque l'on fait passer un chapeau parmi les spectateurs dans le but de gratifier un spectacle presté dans un bistro ou autre lieu d'accueil. Dans le rôle de l'hébergeur, nous aurions la fondation, dans celui de l'artiste, les contributeurs bénévoles et dans celui des spectateurs, les lecteurs de Wikipédia et de ses projets frères. Plus précisément encore, on pourrait comparer les contributeurs bénévoles aux artistes qui acceptent de prester gratuitement au bénéfice d'une œuvre caritative. Avec cette différence toute fois, c'est que les artistes bénévoles dans le cadre d'une « opération cœur et vie » par exemple, bénéficient d'un retour médiatique bénéfique pour leur image d'artiste, alors que les éditeurs de Wikipédia, anonymes pour la plupart, n'en bénéficie d'aucun.

Ainsi, si l'idée de passer le chapeau parmi les lecteurs de Wikipédia est une bonne idée en soi, se pose alors la question éthique de savoir comment redistribuer le contenu du chapeau entre la fondation hébergeuse et les prestataires éditeurs bénévoles. Pour tenter de répondre à cette question faisons appel à présent à la théorie marxiste afin de savoir notamment s'il serait possible de parler d’exploitation des travailleurs bénévoles au sein du mouvement Wikimédia.

L'économie Wikimedia face à la théorie marxiste[modifier | modifier le wikicode]

Dans cette section sera démontrée que l'économie du mouvement Wikimedia pourrait quelque part être qualifiée de néo-marxiste dans le sens ou elle répond aux attentes de Karl Marx en termes de justice économique tout en apportant quelques variantes spécifiques à nos sociétés de l'information telle que nous les connaissons aujourd'hui. Voyons cela au départ de deux questions incontournables à toute analyse marxiste. Tout d'abord, peut-on parler d'aliénation au sein du mouvement Wikimedia ? Ensuite, existe-t-il une forme d'exploitation du travail au sein du mouvement Wikimedia ?

Pour répondre à la première question, définissons tout d'abord le terme « aliénation » au départ d'un extrait d'ouvrage écrit par deux auteurs spécialisés en éthique économique et sociale :

« aliénation, comprise comme le fait que les activités humaines n'ont pas leur fin en elles-mêmes ou dans l'accomplissement de soi qu'elles permettent à ceux qui les exercent, mais dans la nécessité de subvenir à des besoins matériels. » [40]

Au départ de cette définition, aucune aliénation ne pourrait donc apparaître dans le chef des éditeurs bénévoles puis qu'ils ne reçoivent en retour de leurs travaux aucun retour leur permettant de subvenir à leur besoin matériel suite. En revanche, cela n'est pas le cas des personnes employées au sein du mouvement dont la provision de besoin matériel dépend directement de leur salaire. Il y a donc bien de l'aliénation au sein du mouvement Wikimédia, mais elle se trouve chez les employés et pas chez les bénévoles.

Posons-nous enfin la question de savoir il existe une forme d'exploitation au sens marxiste du terme au sein du mouvement Wikimédia. Partons pour ce faire d'un deuxième extrait du même ouvrage :

« Les travailleurs produisent tous les biens consommés dans cette société, à l'exception de ceux directement fournis par la nature. Une partie de ces biens sert uniquement à remplacer les moyens de production consommés dans le processus de production, à savoir les biens intermédiaires et les outils présents au début de la période. Le solde, c'est-à-dire le produit total diminué de ces biens, est appelé le produit net. La partie de ce produit net qui est (éventuellement) appropriée par des non-travailleurs est appelée surproduit, et le travail consacré à produire celui-ci sur-travail. Dans la conception marxiste habituelle, les travailleurs sont exploités si et seulement s'ils effectuent du sur-travail, c'est-à-dire si les non-travailleurs s'approprient une partie du produit net. »

9. Boite d'informations affichées sur une page utilisateur[41]

Si l'on reprend les éléments constitutifs de cette définition, on peut déjà dire qu'il existe bien un sur-travail au sein du mouvement Wikimedia. Celui-ci est en effet représenté par le produit restant après avoir puisé les fonds nécessaires au maintient de l'outil de production dans la totalité des fonds reçu par la fondation. La plus visible de ce sur-travail sera sans conteste les 82 753 985 USD épargnés par la fondation depuis le début de ses campagnes de financement.

Puisque la présence de sur-travail au sein du mouvement vient d'être démontrée, il faut maintenant chercher l’existence de non travailleurs au sein du mouvement pour voir ensuite s’ils profitent du sur-travail. Parmi les travailleurs, apparaissent d'une part, les contributeurs bénévoles qui fournissent le travail d'édition et d'autre part, les personnes employées au sein du mouvement qui assurent un ensemble de services périphériques à ces travaux d'édition. Apparaissent ensuite au sein des conseils d'administrations des non travailleurs, bien que la plupart d'entre eux soient actif au sein du mouvement en dehors de leur mandat d'administrateurs, mais pas tous. Sans être productif de biens ou de services, les administrateurs de la fondation et des associations nationales peuvent donc être considérés comme non travailleurs. Cependant, ils ne pourront toute fois pas profiter du sur-travail produit au sein mouvement, puisque cela se voit interdit par les statuts juridiques propres aux organismes sans but lucratif dans lesquels ils sont actifs.

Il résulte donc de cette analyse que le mouvement Wikimedia résiste à la critique marxiste et ne pourrait donc en aucun cas et malgré ses spécificités être assimilé au terme capitaliste. D'ailleurs, dans un espace Internet aujourd'hui contrôlé par des compagnies capitalistes, Wikipédia et le site BBC on line sont qualifiées de site « communistes » parmi le top 100 des sites Internet les plus fréquentés en 2012 [42].

Pour aller un peu plus loin, rappelons-nous aussi que Karl Marx préconisait de distribuer équitablement le produit du travail entre tous les travailleurs. Et c'est précisément ce qui se fait au sein du mouvement Wikimédia et mieux encore. En effet, grâce aux nouvelles technologie et grâce la licence appliquée à l'ensemble du contenu, le travail d'édition dont la valeur est bien connue par certains contributeurs (Illustration n° 9) et qui fut évalué globalement à 6,6 milliards USD de travail freelance[43] est non seulement partagée équitablement entre tous les travailleurs, mais aussi distribuée gratuitement à toute personne bénéficiant d'un ordinateur et d'une connexion Internet. C'est donc sous cette perspective que l'économie Wikimedia ferait office de figure néo-marxiste dans une perspective qui n'aurait jamais pu être imaginé dans la société où vivait Karl Marx au moment où il écrivit Le capital.

Reste enfin le fait que Marx préconisait aussi la répartition équitable de la propriété des moyens de production entre tous les travailleurs. Étant donné que le propriétaire de ces biens est la fondation et non les travailleurs la question se pose donc de savoir si le mouvement répond tout à fait aux inspirations de Karl Marx. Mais il se fait qu'en raison de ses statuts, la fondation n'est pas vraiment propriétaire des moyens de production. Elle en est en fait plutôt usufruitière. Car effectivement si la fondation venait un jour à se dissoudre, le produit de la vente de ces moyens de production et de son fond de commerce, devra légalement revenir à une autre fondation ou entité œuvrant exclusivement à des fins charitables. En conclusion, nous pouvons donc dire que les moyens de production n'appartiennent ni aux travailleurs, ni à la fondation, mais à un ensemble institutionnel constitué de fondations et d'organisme caritatifs. Voici donc qu’apparaît suite à ce raisonnement, un deuxième point de singularité dans la conception marxiste contemporaine que constitue le mouvement Wikimédia.

À terme, cette analyse marxiste nous rassure donc sur le fait que l'argent offert à la fondation Wikimedia tombe en de bonnes et propres mains. Malheureusement, l'histoire du marxisme nous a démontré que cette doctrine ne mettait pas les mouvements à l'abri de toutes autres dérives étiques. Au sein des nations communistes, par exemple il serait impossible d'occulter les nombreuses dérives qui ont mené à la persécution de certains êtres humains, à leur privation de liberté, et plus généralement aux inégalités de traitement appliquées entre les citoyens. Si l'on ne peut évidemment pas parler de persécution et de privation de liberté au sein du mouvement Wikimédia, on peut toute fois parlé d'inégalités dans l'utilisation du contenu du chapeau d'artiste dont nous parlions précédemment.

Wikimedia face au principe d'égalité[modifier | modifier le wikicode]

Sur son site internet[44], la fondation Wikimedia prône la non-discrimination au sein du mouvement et s'engage dans le principe de l'égalité des chances, en particulier dans tous les aspects des relations avec les employés, y compris l'emploi, l'administration des salaires, le perfectionnement des employés, la promotion et le transfert. Cette phrase en elle-même, appliquée à tous les acteurs du mouvement, pourrait servir de garantie éthique quant au principe d'égalité. Mais ce qui est voulu en écriture, n'est pas forcément mis en pratique. Et malheureusement, la gestion budgétaire du mouvement telle qu'elle fut décrite précédemment laissait déjà entrevoir certaines inégalités au niveau des répartitions des budgets.

Inégalité en défaveur de la sphère éditoriale[modifier | modifier le wikicode]

10. Nombre d'administrateurs actifs sur le projet Wikipédia anglophone au fil des ans.

« Par-dessus tout, la Fondation Wikimedia existe pour soutenir et accroître le vaste réseau de bénévoles qui écrivent et modifient Wikipédia et ses projets frères ». Voici ce que nous indique la page de questions réponses publiée sur la site de la fondation[45]. Malheureusement, il sera facile de démontrer qu'au niveau budgétaire en tout cas, les souhaits exprimer par la fondation ne se vérifiaient pas dans la pratique.

Comme nous l'avons vu précédemment, sur l'ensemble des fonds reçus par la fondation une petite partie seulement (6 ou 14 % selon les sources) est concrètement réinvestie au bénéfice des contributeurs bénévoles sous forme de subsides. Ce que nous pouvons observer au sein du mouvement est donc un développement économique à deux vitesses, avec une sphère d'activité contractuelle florissante d'un côté où l'on voit un nombre d'employés en plein expansion (illustration n°7), et de l'autre côté, une sphère d'activité éditoriale bénévole stagnante, dont le nombre global de contributeurs bénévoles est en léger déclin, le nombre de visiteurs global en diminution plus importante[10], et le nombre d'administrateurs actifs de certain projet en forte diminution (Illustration 10).

11. Agrandissement du personnel de la fondation au fil du temps.

Dans cet état de fait, justifier un favoritisme financier en faveur des activités contractuelles semble donc quelque peu difficile. Tout d'abord par ce que, malgré la croissance du contenu éditoriale, le prix d'hébergement Internet de l'ensemble des projets diminue depuis l'année 2013 (illustration n°12). Ensuite par ce qu'il est difficile de justifier un engagement de personnel « pour soutenir et accroître le vaste réseau de bénévoles » alors que la population de ce réseau bénévole est stable ou décroissante depuis des années déjà. Par ailleurs, aucun employé de la fondation ne fut engagé pour apporter une aide directe à la communauté de bénévoles, puisque l'édition leur est interdite. Et puis enfin, si l'on divise les 26 049 224 USD consacré au paiement des salaires pour l'année 2015[46] par 280 employés[47] (240 selon l'illustration n°11), on obtient une dépense mensuelle moyenne de 7 753 USD par employé. Un tel salaire moyen semble donc quelque peu excessifs.

Une analyse plus détaillée relatives aux employés de la fondation (illustration n°11), nous montre aussi que le personnel destiné à la redistribution des fonds au sein des communautés bénévoles est resté relativement stable, alors que le personnel destiner à l'élaboration du programme a par contre triplé d'effectifs et le personnel destiné à l'ingénierie et au développement des produits a presque quintuplé. Si le travail ingénierie indirectement profitable aux communautés de bénévoles peut se justifier vu la vétusté des wikis en termes de confort d'édition, il est plus difficile de justifier par contre trois fois plus d'employés pour l’élaboration du programme. Quant à la stagnation du personnel dédié à la distribution de subsides au sein des communautés bénévoles elle ne semble pas justifiée non plus.

12. Évolution des dépenses de la fondation par rubrique et par an (voir tableau des chiffres en annexe)

D'autre par il pourrait être envisagé de rétribuer les éditeurs les plus actifs au sein des projets dans le but de rendre plus équitable la répartition budgétaire au sein du mouvement. Mais cette idée ne semble pas souhaitable pour plusieurs raisons. D'une part, les fonds récoltés seraient insuffisants pour payer décemment le travail de tous les éditeurs. Ou alors il faudrait décider de payer uniquement les 12 000 contributeurs les plus actifs (plus de 100 éditions par mois) avec la moitié des fonds reçu en 2015, soit 37 898 611 USD, ils recevraient chacun un brut de 3158 USD pour l'année, soit 2,63 USD par édition s’ils en faisaient tout juste 100 par mois. Mais cela ne ferait que déplacer la question d'injustice à une autre échelle. D'autre part, s’il serait relativement facile de rémunérer le travail des éditeurs sur base d'une analyse quantitative, il serait beaucoup plus compliqué de le faire au départ d'une analyse qualitative. Et pour dernier argument, payer les éditeurs au sein du mouvement dénaturerait profondément celui-ci et risquerait de faire apparaître des conséquences imprévisibles et néfastes au sein des projets.

Rétribuer les éditeurs ne semble donc pas une bonne chose, mais il faut par contre attirer l'attention sur le fait que aujourd'hui, le travail d'édition peut être financé par des fonds extérieurs au mouvement. En effet, suite à l'apparition d'entreprise tel que Racos[48] pour n'en citer qu'une dans la sphère francophone, un éditeur bénévole, ou même un employé de la fondation comme cela s'est vu en 2014[49], peut être payé pour éditer Wikipédia selon les désirs d'un client. Il le fera donc non plus pour partager un savoir de façon désintéressée, mais bien pour défendre les intérêts de telle personne ou de telle entreprise. Voici donc apparaitre un nouveau questionnement éthiques liée à la neutralité des informations produites sur les sites de la fondation. Puisque ce sujet est abordé en détaille dans un travail annexe à celui-ci, évitons de nous éloigner du cadre de ce travail et abordons maintenant plus en détailles les questions d'injustice dans la répartition des fonds récoltés par la fondation.

Injustice géographique[modifier | modifier le wikicode]

Nous avons vu qu'il est techniquement possible d'identifier la provenance géographique des fonds reçu par la fondation et pour s'en convaincre, il nous est possible de voir cette répartition au sein du rapport de financement de 2012[50]. Nous avons aussi vu que l'association Wikimédia Suisse et Allemande géraient la collecte de fonds et sa répartition budgétaire à leur niveau. Nous avons enfin vu que l'association Française avait profité de cette prérogative jusqu'en 2013 pour finalement voir son budget annuel réduit d'un million d'euros une fois la gestion reprise par la fondation. On peut donc se demander maintenant pourquoi, alors que des fonds proviennent de pays identifiés, ils ne pourraient pas être systématiquement gérés par une association Wikimédia à buts non lucratifs situées dans ces mêmes pays ? En effet, des récoltes de fonds organisées par les associations locales qui maîtrise la langue et la culture de leur pays serait certainement plus efficace. Et de plus, la redistribution de ces fonds serait, en raison des facilités de language et d'une proximité géographique, certainement plus facile et plus efficace en termes de contrôle et de suivi des subsides octroyés. Un ensemble d'argument peuvent toute fois apparaître à l'encontre de cette idée de décentralisation de la gestion financière du mouvement. Abordons les maintenant pour tenter de les déconstruire.

La décentralisation risquerait de provoquer un bouleversement budgétaire fatale au niveau de la fondation. Ce n'est pas vrai, car il faut savoir que en 2015, les deux tiers des fonds provenaient du continent nord américain[22]. De ce faite, la Fondation Wikimedia, qui deviendrait en toute logique l'organisme responsable de la récolte et de la gestion des fonds récolté sur le continent américain, pourrait poursuivre ses activités en tant que siège centrale du mouvement. De plus, les fonds reçus en provenance des États-Unis devraient aussi en toute logique être complété par un pourcentage des fonds perçus dans les autres pays étant donné que la fondation assume un travail profitable pour l'ensemble des pays sans que cela ne soit réciproque. Ce pourcentage pourrait donc être calculé afin d'atteindre le budget nécessaire au bon fonctionnement de la fondation.

On ne peut faire confiance aux associations nationales. Ce serait bien dommage, car il faut garder à l'esprit, d'une part, qu'aucune association nationale Wikimédia ne pourra être reconnue si ses statuts ne garantissent pas une finalité non lucrative et une soumission à un contrôle budgétaire gouvernemental. D'autre part, les associations des pays économiquement pauvres où les risques de corruptions sont le plus à craindre seront aussi les pays qui recevront le moins de fond. Avec cet aspect positif toute fois c'est qu'une quantité de fond pouvant apparaître dérisoire et insuffisante pour une association de pays riche pourrait par contre suffire au fonctionnement d'une association dans un pays pauvre.

Il y a un risque d'ethnocentrisme et de voir le mouvement déchiré par des intérêts égoïstes et nationaux. Pour contredire cette pensée, nous pouvons faire appel à l'exemple de la France, de l'Allemagne et de la Suisse qui malgré leur indépendance financière se sont soucié, pour le moins autant que la fondation, d'investir leur fonds pour d'autre cause que des causes ethnocentrique ou nationaliste. D'autre par, il faut aussi se rendre compte que le système actuel pose déjà un biais ethnocentrique puisque les fonds récolté dans certains pays sont gérés par une institution américaine étrangère. La fondation est bien sur ouverte au financement de projet du monde entier, elle manifeste développe aussi des programmes tel que Wikipedia Zero pour apporter une aide aux nations les plus nécessiteuses, mais aucune contrainte légale ou structurelle ne garantit la poursuite de ces actions même s’il serait juste de compter su la contrainte morale.

En conclusion, nous pouvons donc penser que puisque les outils d'analyses statistiques au niveau de la récolte des fonds existent, autant s'en servir pour rendre plus éthique la répartition budgétaire au sein du mouvement. Pour se convaincre de cette idée voyons maintenant l’existence d'un autre type d'injustice au sein du mouvement qui pourrait disparaître dans le cadre d'une décentralisation financière.

Injustice linguistique[modifier | modifier le wikicode]

13. Réponse à la question « Comment la fondation supporte-t-elle la vesion anglaise de Wikipedia » lors d'une enquête fait parmi les éditeurs en 2012.
14. Résultat d'un enquète au près des éditeurs sur la question « Comment la fondation supporte-t-elle les autres versions linguistiques de Wikipédia.

L'utilisation de l'anglais comme lingua franca au sein d'un mouvement multiculturel est inévitable, mais elle suscite aussi un biais, culturel d'une part, en faveur des personnes de culture anglo-saxonne et socio-économique d'autre part, en faveur des personnes maîtrisant l'anglais pour des raisons professionnelles ou autre. Si le biais linguistique n'avait pour seule conséquence de limiter les interactions entre les acteurs du mouvement, nous n'en parlerions pas dans ce travail. Mais il se fait que la maîtrise de l'anglais apporte un avantage indiscutable dès lors qu'il s'agit d'influencer la répartition budgétaire au sein du mouvement.

Pour s'en convaincre, il suffit de visiter le site de la fondation dont les pages, et c'est bien normal pour une institution anglophone, sont en grande majorité accessible en anglais uniquement. Ce site n'est pas non plus l'endroit où se discute et se décide la récolte et la répartition des fonds, mais il n'en reste pas moins un lieu d'information officiel important. Ensuite, nous avons vu que la répartition des subsides destinés aux projets bénévoles et en provenance de la fondation et des associations nationales s'organisait au sein site Meta-Wiki. Malheureusement et malgré un travail de traduction considérable[51], la majorité des interactions s'y déroule en anglais et il serait illusoire de penser qu'un jour tout ce qui s'y passe pourrait être traduit dans les 292 langues pratiquées au sein du mouvement.

On pourrait bien sûr considérer cette situation normale dans le cadre d'une plate-forme multiculturelle. Mais ce qui est normal et acceptable dans la pratique ne doit pas pour autant échapper aux règles éthiques et à une Justice linguistique qui d'ailleurs se fait de plus en plus entendre au niveau mondial et Européen[52]. Est-il juste que les fonds perçus du monde entier sur base d'un travail fait par des bénévoles répartis dans toute les nations du monde[53], soit redistribués dans un système où la connaissance de l'anglais favorisera l'accès et la participation aux prises de décisions ? La réponse est non, et d'ailleurs si elle ne trouve pas sa réponse explicitement au sein des éditeurs, ces derniers sont pour le moins d'accord de dire que la fondation Wikimedia plus de soutien à la version anglophone de Wikipédia qu'autres versions linguistiques (illustration n°13 et 14). Cet avis des éditeurs, le mouvement et plus particulièrement les dirigeant de la fondation devrait peut-être en tenir compte pour ne pas refaire les mêmes erreurs stratégiques qui fait naitre cette récente crise au sein du mouvement en début d'année 2016.

Des leçons à tirer de la crise de 2016[modifier | modifier le wikicode]

Des analyses graphiques et statistiques ont rendu visible une stagnation du lectorat dès 2010 suivit d'une baisse à partir de 2012. Cette observation inquiéta la fondation dont le financement dépend directement du taux de fréquentation des projets qu'elle soutient. Dans un communiqué public de février 2016, la directrice exécutive Lila Tretikov en parle en ces termes :

« De nombreuses entreprises copient nos connaissances dans leurs propres bases de données et les présentent à l'intérieur de leurs interfaces. Bien que cela soutienne une diffusion plus large, il sépare également nos lecteurs de notre communauté. Wikipédia est plus que du contenu brut, réorienté par quiconque comme il aime. Il est une plate-forme pour la connaissance et l'apprentissage, si nous ne répondons pas aux besoins des utilisateurs, nous allons les perdre et finalement échouer dans notre mission. »[54]

Dans le but sans doute de réagir à ce problème, la fondation réfléchit à la mise sur pied d'un moteur de recherche plus éthique et aussi rapide que les moteurs de recherche commerciaux. Malheureusement, et par peur sans doute de la résistance au changement des communautés bénévoles, les démarches faite pour le lancement de ce moteur de recherche ont été faites avec un manque de transparence inacceptable aux yeux de la communauté bénévole[55]. De plus, peu de temps avant que le projet de la fondation soit révélé au grand jour, un ancien directeur des ressources humaines de Google estimé peu recommandable par la communauté fut coopté au sein du conseil d'administration de la fondation[56]. Découlera de ces faits, probablement liés entre eux, une perte de confiance général au sein du mouvement qui sera à l'origine d'un bon nombre de démissions au sein de la fondation Wikimédia et de certaine associations nationales [57].

Pourtant, la directrice exécutive dans son communiqué avait quelque peu annoncé la couleur d'une vision technophile du mouvement en affirmant son intention de transformer l'organisation Wikimédia en une high-tech des ONG, axée sur les besoins des rédacteurs et lecteurs dans le but de mettre à jour la technologie âgée[54]. Dans cet objectif, le moteur de recherche devait être une bonne idée en soi. Malheureusement, le lancer sans l'aval de la communauté des éditeurs était visiblement une erreur stratégique.

Cette crise, il est possible de l’interpréter au travers une dérive très répandue dans le secteur de la bienfaisance dans lequel la recherche de financements est parfois mis en avant au détriment de la mission[58]. L'argent est bien sûr nécessaire au sein du mouvement, mais aux yeux d'une institution sans but lucratif, il ne devrait pas apparaître tel un facteur prioritaire. La mission première de la fondation, n'est pas de récolter de l'argent ni de se développer elle-même, mais bien de promouvoir un libre partage de la connaissance en soutenant l’accroissement d'un vaste réseau d'éditeurs bénévoles répartis au sein de toutes le versions linguistique de Wikipédia et ses projets frères[45].

Conclusion – recommandations[modifier | modifier le wikicode]

Au terme de ce travail et face au soulèvement de toutes ces questions éthiques, il est maintenant intéressant de conclure en recherchant des réponses à toutes ces questions. C'est donc ce que nous allons tenter de faire dans les deux sections suivantes. La première proposera de résoudre la question d'injustice géographique ; a deuxième répondra à la question d'injustice linguistique, et les deux ensemble apporteront une réponse à la question du favoritisme en faveur de la sphère contractuelle.

Décentraliser la gestion budgétaire du mouvement au niveau géographique[modifier | modifier le wikicode]

15. Temps passé dans les candidature aux subventions annuelles

Une décentralisant de la gestion financière du mouvement au niveau des institutions nationales pourrait être une solution aux questions d'injustice géographique. Depuis toujours, la fondation a veillé à impliquer les éditeurs dans les processus décisionnels du mouvement. Pour s'en assurer il est possible de citer, la dernière consultation au sujet de la distribution des bourses de 2016[59], un second au cours de la même année pour définir la stratégie du mouvement[60], la constitution de nombreux comités bénévoles[61], sans oublié bien sûr l'élection de membres de la communauté par la communauté pour siéger au sein du conseil d'administration de la fondation[62].

Mais suite aux problèmes éthiques qui viennent d'être soulevés précédemment, il pourrait être souhaitable d'aller plus loin dans le processus d'implication des éditeurs. Cette idée était d'ailleurs déjà présente en 2015 dans un rapport du conseil d'administration de la fondation[63] Le temps est peut-être venu aujourd'hui de mettre ses intentions en pratique dans le but de simplifier les démarches administratives. Décentraliser la gestion financière du mouvement aux niveaux d'association nationales pourrait de plus être solution doublement gagnante, car elle limiterait les frais administratif lié aux transactions monétaires tout en libérant du temps (illustration n° 15) que les employés des associations pourront consacrer à d'autres tâches.

Décentraliser la gestion budgétaire au niveau linguistique[modifier | modifier le wikicode]

Tom Simonite soutient que « La fondation ne peut ordonner la communauté des volontaires pour changer la façon dont elle fonctionne. Mais en ajustant le site et le logiciel de Wikipédia, elle espère orienter l'encyclopédie sur une voie plus durable. » [64] dans cette optique la fondation pourrait dès lors créer au sein des projets éditoriaux bénévoles un nouvel espace nom Wikimédia dans lesquels la gestion des fonds récolté au départ de ces sites pourrait se faire. Cette gestion pourrait dès lors se faire dans la langue natale des contributeurs avec un encadrement assuré par les associations nationales œuvrant dans la même sphère linguistique et un ou plusieurs employés de la fondation connaissant la langue du projet. Un telle solution aurait pour effet de dissoudre les questions d'injustices linguistiques tout en simplifiant la vie des éditeurs et des associations locale. N'étant plus confrontés à une langue étrangère et un autre environnement de travail le temps gagné à ce niveau pourra être investit dans l'édition ou dans les tâches associatives. On peut aussi attendre d'un telle réorganisation un rapprochement entre tous les acteurs du mouvement et un renforcement des liens de confiances entre les deux. Voici donc pour terminer ce travail une perspective réjouissante suite à la récente crise qu'a connu le mouvement ?

Notes et références[modifier | modifier le wikicode]

  1. Complete list of Wikimedia projects - Meta. Consulté le 2016-05-07
  2. Source : Page « Vision » sur meta.wikimedia.org. Consulté le 2016-05-26
  3. 3,0 et 3,1 List of Wikipedias - Meta. Consulté le 2016-05-07
  4. Wikimedia chapters - Meta. Consulté le 2016-05-17
  5. Wikimedia user groups - Meta. Consulté le 2016-05-17
  6. Amical Wikimedia - Meta. Consulté le 2016-05-17
  7. Comités de Wikimédia — Meta. Consulté le 2016-06-09
  8. Alexa Top 500 Global Sites. Consulté le 2016-06-05
  9. Wikipédia et projets Wikimedia : nouveau record, Génération-NT. Consulté le 2016-06-05
  10. 10,0, 10,1 et 10,2 Limn. Consulté le 2016-05-07
  11. Creative Commons — Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 3.0 non transposé — CC BY-SA 3.0. Consulté le 2016-05-07
  12. Lazaro 2007
  13. EUR-Lex - 32000L0031 - FR, Journal officiel n° L 178 du 17/07/2000 p. 0001 - 0016;. Consulté le 2016-06-07
  14. Wikipédia:Affaire de Pierre-sur-Haute — Wikipédia. Consulté le 2016-05-30
  15. Meta, a Wikimedia project coordination wiki. Consulté le 2016-05-30
  16. La Bibliothèque Wikipédia - Meta. Consulté le 2016-06-05
  17. 2015 Community Wishlist Survey - Meta. Consulté le 2016-06-05
  18. Wikimedia Foundation elections - Meta. Consulté le 2016-06-05
  19. Subventions:Accueil - Meta. Consulté le 2016-06-05
  20. Fundraising — Meta. Consulté le 2016-05-30
  21. Fundraising meeting, September 2004/Log - Meta. Consulté le 2016-05-20
  22. 22,0 et 22,1 2014-2015 Fundraising Report - Wikimedia Foundation. Consulté le 2016-05-07
  23. Wikimedia France demande un dernier geste, Génération-NT. Consulté le 2016-05-17
  24. Fundraising/Chapters — Meta. Consulté le 2016-05-30
  25. Fundraising/Chapters/WMDE 2014 Report - Meta. Consulté le 2016-05-18
  26. 80 devises acceptées par la fondation.
  27. Fundraising — Meta. Consulté le 2016-05-30
  28. Polls — Meta. Consulté le 2016-06-12
  29. Bylaws - Wikimedia Foundation. Consulté le 2016-04-22
  30. Financial reports - Wikimedia Foundation. Consulté le 2016-06-06
  31. Les dons qui financent Wikipédia du 28 novembre 2014, France Inter. Consulté le 2016-06-19
  32. Board of Trustees - Wikimedia Foundation. Consulté le 2016-06-07
  33. Grants:APG/Funds Dissemination Committee/Overview of Board of Trustees funds allocation process — Meta. Consulté le 2016-06-07
  34. Grants:APG/Funds Dissemination Committee — Meta. Consulté le 2016-06-07
  35. Grants:APG/Information — Meta. Consulté le 2016-06-07
  36. Press releases/Premier communiqué de presse de Wikimédia - Wikimedia Foundation. Consulté le 2016-05-07
  37. « Nouveau record pour la campagne de collecte de fonds de Wikimedia », dans Le Monde.fr, 2012-01-04 [texte intégral (page consultée le 2016-05-07)]
  38. {{harvsp|Lake|Mermin|Vewton| 2015|p=9)
  39. (Mauss 1923 -1924, p. 56)
  40. Arnsperger et Van Parijs 2003, p. 43-55
  41. "Utilisateur:Hégésippe Cormier". Wikipédia. (2016-04-13). Retrieved on 2016-05-29.
  42. Fuchs 2014, p. 247
  43. Sans profit, combien peut valoir Wikipedia ?. Consulté le 2016-05-07
  44. Non discrimination policy - Wikimedia Foundation. Consulté le 2016-06-06
  45. 45,0 et 45,1 Question fréquemment posées - Wikimedia Foundation. Consulté le 2016-06-06
  46. Cover - Audit_Report_-_FY_14-15_-_Final.PDF. Consulté le 2016-06-19
  47. "Wikimedia Foundation". Wikipedia, the free encyclopedia. (2016-06-15). Retrieved on 2016-06-19.
  48. Pour améliorer Wikipédia, faites confiance à des Wikipédiens, Racosch*. Consulté le 2016-06-07
  49. Les Inrocks - Une employée de Wikipédia débarquée pour avoir monnayé ses articles, Les Inrocks, 2014-01-16. Consulté le 2016-06-19
  50. Fundraising 2012/Report — Meta. Consulté le 2016-06-07
  51. Language statistics - Meta. Consulté le 2016-06-21
  52. Van Parijs 2011
  53. Statistiques Wikipédia - Sitemap. Consulté le 2016-06-21
  54. 54,0 et 54,1 Lila Tretikov's statement on Why we've changed — Meta. Consulté le 2016-06-12
  55. Morgane Tual, « Un projet de moteur de recherche sème la discorde chez Wikipedia », dans Le Monde.fr, 2016-02-16 [texte intégral (page consultée le 2016-06-12)]
  56. « Wikimedia : la controverse sur un projet de moteur de recherche provoque une nouvelle démission », dans Le Monde.fr, 2016-02-26 [texte intégral (page consultée le 2016-06-12)]
  57. A timeline of recent events surrounding the Wikimedia projects. Consulté le 2016-06-10
  58. Dérive de la mission : comment éviter la pente glissante. Consulté le 2016-06-12
  59. Grants:IdeaLab/Reimagining WMF grants/Consultation/fr - Meta. Consulté le 2016-06-21
  60. 2016 Strategy/Community consultation/fr - Meta. Consulté le 2016-06-21
  61. Wikimedia committees - Meta. Consulté le 2016-06-21
  62. Wikimedia Foundation Board of Trustees - Meta. Consulté le 2016-06-21
  63. Wikimedia Foundation Board of Trustees/Thinking about the WMF Board composition/fr - Meta. Consulté le 2016-06-21
  64. « The foundation can’t order the volunteer community to change the way it operates. But by tweaking Wikipedia’s website and software, it hopes to steer the encyclopedia onto a more sustainable path. » ([[#|]])

Bibliographie[modifier | modifier le wikicode]

  • Fuchs (2014) Christian Fuchs, Digital Labour and Karl Marx, Routledge, 2014-01-03 (ISBN 978-1-134-74713-9) 
  • Lake, Mermin et Newton (2014) Celinda Lake, David Mermin, and Liesl Newton, « Wikimedia English Fundraiser Survey 2014 », 2014. Consulté le 2016-05-30
  • Lazaro (2008) Christophe Lazaro, La liberté logicielle : Une ethnographie des pratiques d'échange et de coopération au sein de la communauté Debian, Louvain-la-Neuve, Editions Academia, 2008-10-08 (ISBN 978-2-87209-861-3) 
  • Mauss [1923-1924) Marcel Mauss, Essai sur le don : Forme et raison de l'échange dans les sociétés archaïques, Presses Universitaires de France - PUF, 2007-10-05 (ISBN 2-13-055499-7) 
  • Scholz (2013) Trebor Scholz, Digital Labor: The Internet as Playground and Factory, Routledge, 2013 (ISBN 978-0-415-89694-8) 
  • Simonite (2013) Tom Simonite, « The Decline of Wikipedia », MIT Technology Review, 2013. Consulté le 2016-06-21
  • Vandendorpe (2008) Christian Vandendorpe, « Le phénomène Wikipédia : une utopie en marche », dans Le Débat, vol. 148, no  1, 2008, p. 17 (ISSN 0246-2346) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2011-04-13)]
  • Van Parijs (2011) Philippe Van Parijs, Linguistic Justice for Europe and for the World, Oxford ; New York, Oxford University Press, 2011-10-15 (ISBN 978-0-19-920887-6) 

Annexes[modifier | modifier le wikicode]

Tableau récapitulatif des dépenses de la fondation Wikimédia par rubriques et par années entamées.[modifier | modifier le wikicode]

Le chiffres contenus dans ce tableau sont issus des rapports financier publiés sur le site de la fondation Wikimedia (Financial reports - Wikimedia Foundation. Consulté le 2016-06-18).

Dépenses 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015
Traitements et salaires 1 693 107 122 415 006 1 147 679 2 257 621 3 508 336 7 312 120 11 749 500 15 983 542 19 979 908 26 049 224
Exploitations et services 18 067 47 777 310 334 952 019 1 259 161 3 846 420 5 761 273 9 198 892 10 017 121 12 484 881 12 094 679
Prix et bourses 208 662 471 060 2 106 752 2 791 378 5 704 791 4 522 689
Hébergement Internet 40 273 189 631 389 417 537 204 822 405 1 056 703 1 799 943 2 486 903 2 549 992 2 529 483 1 997 521
Dépréciation et amortissement 41 018 143 394 349 390 233 314 419 947 524 341 1 000 400 1 888 856 2 706 841 2 722 007 2 656 103
Voyages, divertissements et réunions 27 798 76 545 264 361 307 679 223 193 476 663 1 159 200 1 533 150 1 395 013 1 965 854 2 289 489
Dépenses en nature 22 493 114 589 316 723 333 125 578 279 502 558 349 516 296 599 260 909 370 602 235 570
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, «   », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.