Recherche:Mise au point d'un drone subaquatique/Fiche/Stabilisation (gyroscopique, élasticomécanique...)

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Fiche mémoire sur la stabilisation (gyroscopique, élasticomécanique...)
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Fiche : Stabilisation (gyroscopique, élasticomécanique...)
Mise au point d'un drone subaquatique/Fiche/Stabilisation (gyroscopique, élasticomécanique...)
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.



Objet de cette fiche : documenter les moyens de stabiliser des engins (ROV, drone, plate-forme-relai) "ballottés" par les vagues, des courants irréguliers ou des turbulences et notamment exposé à l'effet Moment de Munk (sous l'eau et exposé aux vagues, aux courants, aux turbulences et au vent en surface).

La stabilisation est essentielle au projet car c'est l'une des conditions de bonnes prises de vues en vision proche, en basse luminosité, en macro (image fixe ou vidéo, au moins à certains moment des missions du ROV/drone subaquatique. Dans la mesure de ce qui est techniquement aujourd’hui possible - la prise de vue (3D ?) et de haute-précision (voire en quasi-microscopie) in situ, doivent aider à mieux observer le monde subaquatiques.
Au moins deux types de stabilisation sont possibles et éventuellement complémentaire : une stabilisation supplémentaire de l'engin lui-même, et une stabilisation de la caméra dans ou sur l'engin. Une centrale inertielle performante pourrait aussi être nécessaire sur la plate-forme flottante pouvant être liée au drone (pour sa récupération, recharge, récupération de données, etc).

Méthode : Pour éviter les doublons inutiles, les aspects scientifiques et techniques généraux peuvent être entrés directement dans Wikipédia, la présente-fiche ne conservant que leurs déclinaisons et applications aux ROV (ou des usages très proches). Les contributeurs sont invités à bien sourcer leurs information et à compléter la bibliographie dans l’annexe bibliographique)

Chacun des chapitres thématiques de cette fiche pourra être enrichi d'illustrations (photos, dessin, plans, films...) et de liens hypertextes pointant vers Wikiversité, Wikipédia, Wikibook, ou d'autres sites d'intérêt pour le projet. Nos propres retour d'expérience feront l’objet d'une fiche dédiée.
Si le contenu de la fiche ou d'un chapitre devient quantitativement trop important, nous conserverons ici une synthèse, qui renverra le lecteur vers une fiche plus détaillée.

Au moins 2 principaux thèmes sont ici à aborder :

  1. la stabilisation gyroscopique ;
  2. la stabilisation
  3. les autres modes de stabilisation (élasticomécanique)

Voir aussi « stabilisation gyroscopique » dans Wikipédia

La stabilisation gyroscopique[modifier | modifier le wikicode]

Principe du gyroscope, avec trois degrés de liberté de rotation autour de trois axes. Le rotor (plateau central), tant qu’il est en rotation rapide tend à conserver son axe de rotation fixe, quelles que soient les orientations des cercles extérieurs. L'ensemble est alors autostabilisé. Ce principe est depuis plusieurs décennies utilisé pour stabiliser divers objets mobiles ou véhicules

La stabilisation gyroscopique est depuis longtemps utilisée pour stabiliser des engins en mouvement tels que les avions ou les sous-marins. Elle a été depuis quelques années adaptée à de petits objets mobiles et connectés, aux drones aériens, à divers véhicules et ROV.

Autres modes de stabilisation (élasticomécanique)[modifier | modifier le wikicode]

Il peut s'agir de

  • systèmes passif simples ;
  • de boucles de rétroactions plus sophistiquées ;
  • de systèmes bioinspirés...

s'appuyant éventuellement sur des déformations électriquement ou hydrauliquement contrôlées et un retour à la forme initiale par retour élastique ou mémoire de forme.

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Liens externes[modifier | modifier le wikicode]

Vidéographie : Éléments utiles pour un état de l'art (sur Youtube)