Recherche:Les abolitions des traites et des esclavages/Migrations & peuplement de la Planète

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Migrations & peuplement de la Planète
Icône de la faculté
Chapitre no 4
Recherche : Les abolitions des traites et des esclavages
Chap. préc. :La quête de l'énergie
Chap. suiv. :Travail & appropriation de Anthropocène
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Les abolitions des traites et des esclavages : Migrations & peuplement de la Planète
Les abolitions des traites et des esclavages/Migrations & peuplement de la Planète
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.


La propriété[modifier | modifier le wikicode]

« Troisième Principe : Qu'il faut pour donner, être propriétaire de la chose qu'on donne. »
Claude Berger, Traité de la contribution à la légitime par tous les enfans donataires, tiré des principes du droit romain et des dispositions de la Coutume de Paris, avec la réfutation de l'opinion contraire et de deux écrits faits pour la soutenir, Paris, L. Josse (notice BnF no FRBNF30087523, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata,Volume I, 1702[1]

Propriété personnelle & Propriété privée[modifier | modifier le wikicode]

La propriété personnelle, personal property, en anglais, est un type de propriété hérité du droit romain qu'on retrouve aujourd'hui dans le système de droit anglais dit de Common law mais qui ne correspond à aucune classification française.

La propriété privée correspond au droit d’user, de jouir et de disposer d’une chose de manière propre, exclusive et absolue sous les restrictions établies par la loi.

Les communs[modifier | modifier le wikicode]

  • 2015 - Benjamin Coriat, Florence Bellivier, Françoise Benhamou, Marie Cornu, Séverine Dusollier, Isabelle Liorard, Pierre-André Mangolte, Christine Noiville, Fabienne Orsi, Valérie Revest, Judith Rochfeld, Sarah Vanuxem, Olivier Weinstein, Jean-Benoît Zimmermann, Michel Bauwens et Benjamin Coriat (dir.), Le retour des communs : la crise de l'idéologie propriétaire, Les liens qui libèrent (ISBN 979-10-209-0272-6)Voir et modifier les données sur Wikidata, Publié le 20 mai 2015

Historique[modifier | modifier le wikicode]

Préhistoire[modifier | modifier le wikicode]

Antiquité[modifier | modifier le wikicode]

Epoque médiévale (Ve ~ XVe siècles)[modifier | modifier le wikicode]

Ordre social tripartite
Première représentation de lunettes
Richard de Wallingford, mathématicien et horloger anglais, XIVe siècle
  • Laurent Feller, « Georges Duby et les Études d'histoire rurale », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre (BUCEMA), Hors-série n° 1re série, 28 janvier 2008 (ISSN 1954-3093) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 16 octobre 2015)]
1368 - En Chine, les prolétaires prennent le pouvoir politique[modifier | modifier le wikicode]


L'esclavage en Chine fut à plusieurs reprises aboli, jusqu'à la loi de 1909, pleinement entérinée en 1910, bien que la pratique de l'esclavage ait perduré jusqu'au moins 1949.

La dynastie mongole des Yuan, fondée par Kubilai Khan, petit-fils de Gengis Khan, règne sur la Chine de 1279 à 1368. Kubilai Khan accueil l’explorateur marchand vénitien Marco Polo, qui fera le récit de son voyage en Orient dans l'ouvrage resté célèbre le Devisement du monde ou Le Livre des merveilles.

Dans son Histoire de l'Empire mongol[2] Jean-Paul Roux confirme cette analyse selon laquelle la dynastie des Yuan aurait voulu améliorer le sort des esclaves de l'empire Qin.

Sous la Dynastie Shang, deuxième dynastie royale aux environs de 1570 à 1045 avant notre ère, il semble difficile de distinguer des esclaves parmi les serviteurs du roi et les dépendants.

Epoque moderne[modifier | modifier le wikicode]

Sous Louis XIV, riches & prolétaires au château[modifier | modifier le wikicode]


"Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’Homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté et la résistance à l’oppression". Article II de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, Assemblée nationale constituante de 1789.

Révolution atlantique (1763-1852)[modifier | modifier le wikicode]
Période révolutionnaire (France), 1789-1802[modifier | modifier le wikicode]
  • Maximilien de Robespierre
Robespierre c.1791
Première République : septembre 1792 et novembre 1799[modifier | modifier le wikicode]

Epoque contemporaine[modifier | modifier le wikicode]

Lutte des Classes[modifier | modifier le wikicode]

Emergence du concept[modifier | modifier le wikicode]

L'historien Nicolas Lebourg s'appuie sur la thèse d'Henri de Boulainvilliers pour attribuer au XVIIIe siècle la genèse du concept de "lutte des classes" :

« C'est donc l'édification de la monarchie absolue qui, en réaction, va mettre à jour la matrice du récit gaulois dans les écrits d’Henri de Boulainvilliers (1658-1722).
De 1700 à sa mort, celui-ci publie une suite de textes venant refaçonner l’histoire nationale. Il est le chef de file intellectuel de l’opposition aristocratique à l’absolutisme, se refusant à ce que le monarque et son administration centralisent le pouvoir. Pour lui, Clovis ne fonde pas le royaume de France en étant soutenu par la providence mais par son glaive. C’est le droit de conquête des Francs qui leur a donné des droits sur ces terres. D’où il ressort que les Francs auraient donné jour à la noblesse tandis que les Gallo-Romainss vaincus formaient la paysannerie. Descendants de vaincus soumis au droit de conquête[3], les membres du Tiers-État ne sauraient être élevés aux privilèges de la noblesse d’épée. Qui plus est, si les Francs eussent donné l’État noble, ils fonctionnaient sur un modèle égalitaire guerrier où leur chef n’était pas le lieutenant de Dieu mais un simple "premier parmi ses pairs". »
Nicolas Lebourg, Depuis quand nos ancêtres sont-ils gaulois ? (lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata, 20 septembre 2016[4].

Consolidation du concept au XIXe siècle[modifier | modifier le wikicode]

Le concept de "Lutte des Classes" réapparait au XIXe siècle chez les historiens libéraux français de la Restauration, François Guizot, l'initiateur, Augustin Thierry, Adolphe Thiers et François-Auguste Mignet, auxquels Karl Marx l'a emprunté.

« Ce n'est pas à moi que revient le mérite d'avoir découvert ni l'existence des classes dans la société moderne, ni leur lutte entre elles. Bien longtemps avant moi, des historiens bourgeois avaient décrit l'évolution historique de cette lutte des classes, et des économistes bourgeois en avaient analysé l'anatomie économique. »
— Karl Marx, 1852[5].

Historiens libéraux[modifier | modifier le wikicode]

Le mot "libéralisme" naît sous la plume de Maine de Biran, (1766-1824). En 1818, Maine de Biran définit le libéralisme comme "une doctrine favorable au développement des libertés[6]".

De la "lutte des classes" au racisme[modifier | modifier le wikicode]

« Non seulement de Boulainvilliers inspirait le camp républicain, mais sa postérité fut multiple. En inventant un conflit perpétuel entre vaincus sans droits autre que de travailler la terre des vainqueurs, cette thèse fournit ensuite à Karl Marx le principe même de la lutte des classes construisant toute l’Histoire –tant il est vrai que la mythologie des deux races ainsi faite est, certes, un instrument donnant sa cohérence à l’inégalité sociale, mais ne peut en aucun cas permettre une unité de type nationale. La structure d'une Histoire dont le moteur serait l'affrontement entre deux races de qualité inégale n'allait cesser de se redéployer, en particulier dans les mythologies racistes de l'aryanisme. »
Nicolas Lebourg, Depuis quand nos ancêtres sont-ils gaulois ? (lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata, 20 septembre 2016[7].

Eugène Fournière, Lutte de classes et coopération de catégories, 1912[modifier | modifier le wikicode]

Eugène Fournière, Lutte de classes et coopération.png

« L'orthodoxie socialiste fait reposer tout le mouvement social sur la lutte des classes. C'est là une erreur de jugement qui tient à ce que nous n'avons pas analysé la société assez complètement. La société n'est pas en effet seulement divisée en classes superposées mais encore en catégories posées à côté les unes des autres s'entrecroisant avec les classes comme les fils d'un tissu dont ils forment et la chaîne et la trame. Les catégories ne sont pas seulement les catégories professionnelles ni mêmes les catégories économiques ; c'est fonction de la division sociale du travail et de tous les modes de notre activité seulement dans le domaine économique mais encore dans le domaine juridique par l’Etat, dans le domaine éthique par les morales et par les religions or, il est ... au fur et à mesure qu'on se rapproche du temps présent par le développement de l'industrie par les progrès de la science et de la démocratie, le système des classes sociales va en s'atténuant et en disparaissant progressivement en même temps que grâce aux élites qui sortent d'elles, les catégories sociales vont sans cesse en gagnant le premier plan. »
Eugène Fournière, Lutte de classes et coopération de catégories, 1912[8].

Bibliographie (La propriété)[modifier | modifier le wikicode]

  • 2015 - Benjamin Coriat, Florence Bellivier, Françoise Benhamou, Marie Cornu, Séverine Dusollier, Isabelle Liorard, Pierre-André Mangolte, Christine Noiville, Fabienne Orsi, Valérie Revest, Judith Rochfeld, Sarah Vanuxem, Olivier Weinstein, Jean-Benoît Zimmermann, Michel Bauwens et Benjamin Coriat (dir.), Le retour des communs : la crise de l'idéologie propriétaire, Les liens qui libèrent (ISBN 979-10-209-0272-6)Voir et modifier les données sur Wikidata, Publié le 20 mai 2015
  • 2016 - Adrien Guyot et Université de l'Alberta (dir.), L’Amérique, un ailleurs partagé. A thesis submitted in partial fulfillment of the requirements for the degree ofDoctor of PhilosophyIn, French Language, Literature and Linguistics (lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata

Notes & Références[modifier | modifier le wikicode]

  1. Claude Berger, Traité de la contribution à la légitime par tous les enfans donataires,Gallica
  2. Jean-Paul Roux.- Histoire de l'Empire mongol, Fayard, Paris, 1993, article de présentation
  3. Augustin d'Hippone, De ciuitate Dei contra paganos
  4. Cf. Généalogie du concept w:Nicolas Lebourg.- [url=http://www.slate.fr/story/123671/nos-ancetres-les-gaulois-une-mythologie-politique-et-raciale Depuis quand nos ancêtres sont-ils gaulois?, 20 septembre 2016.
  5. Lettre citée dans Maximilien Rubel (éd.), Sociologie critique, Payot, p. 85.)
  6. La définition du libéralisme sur le site internet du dictionnaire Larousse
  7. Cf. Généalogie du concept w:Nicolas Lebourg.- Depuis quand nos ancêtres sont-ils gaulois?, 20 septembre 2016.
  8. En sociologie, une catégorie sociale est une strate de la société. Eugène Fournière, Lutte de classes et coopération de catégories (enregistrement sonore), Paris, université de Paris (notice BnF no FRBNF39202676, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata


=