Recherche:Les abolitions des traites et des esclavages/Migrations & esprit de conquête

Une page de Wikiversité.
Aller à : navigation, rechercher
Début de la boite de navigation du chapitre
Migrations & esprit de conquête
Icône de la faculté
Chapitre no 4
Recherche : Les abolitions des traites et des esclavages
Chap. préc. :La propriété
Chap. suiv. :Les systèmes esclavagistes
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Les abolitions des traites et des esclavages : Migrations & esprit de conquête
Les abolitions des traites et des esclavages/Migrations & esprit de conquête
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.
The life and Strange Surprizing Adventures of Robinson Crosoe, London, 1719.png

Sur les autres projets Wikimedia :


Migrations[modifier | modifier le wikicode]

Occuper la Planète[modifier | modifier le wikicode]

L'esprit de conquête selon les pères de l’église[modifier | modifier le wikicode]

Saint Augustin.- De la cité de Dieu[modifier | modifier le wikicode]

  • Perception d'un monde duel : affrontement entre les deux Cités, celle de Dieu et celle des hommes
  • Economie du salut

Lectures de "La Cité de Dieu"[modifier | modifier le wikicode]

  • Jean-Louis Lesort, (1805-1878), est le fondateur de Librairie liturgique catholique, Atelier de reliures de L. Lesort

« Jean-Louis Lesort, né à Paris en 1805, d'abord marchand de papier avant de se lancer dans l'édition religieuse. Il obtient alors un brevet de libraire, en septembre 1844 et ouvre la Librairie liturgique catholique, Atelier de reliures de L. Lesort, au 3, rue de Grenelle Saint-Germain (Paris) »
— Art & métiers du livre[1].

« C'est Saint Augustin (354-430) dans la Cité de Dieu (liv. XIX, ch. 15) qui écrit que nous sortons tous d'une même couche, de sorte que nous ne faisons qu'une race et qu'un sang. »
— Étienne Antonelli.- Études d'économie humaniste[2]

Mathieu Maxime Gorce.- La France au-dessus des races: Origines et formation de la nation, 1934

Bibliographie Saint Augustin.- De la cité de Dieu[modifier | modifier le wikicode]

  • 1375 - Augustin d'Hippone, De ciuitate Dei contra paganos, La Cité de Dieu, Lire en ligne sur Gallica, (notice BnF no FRBNF41905391b)
    • 1486 - Augustin d'Hippone (trad. Raoul de Presles), De civitate Dei : La Cité de Dieu, traduction de 1486, Abbeville, J. Du Pré et P. Gérard,‎ nil (notice BnF no FRBNF31742019, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata
    • 1584 - Augustin d'Hippone, Jean Louis Vivès et François de Belleforest (trad. Gentien Hervet), De la cité de Dieu : contenant le commencement et progrez d'icelle cité, avec une déffence de la religion chrestienne, contre les erreurs et mesdisances des gentils, hérétiques, & autres ennemis de l'Eglise de Dieu, Troisiesme édition revue. & corrigée de nouveau & augmentée, : Illustrée des commentaires de Jean Loys Vives, de Valence. Le tout faict françois par Gentian Hervet d'Orléans, et enrichi de plusieurs annotations & observations en marge, servans à la conférence et intelligence des histoires anciennes et modernes, par François de Belleforest comingeois, et Augmentee du "Traicté de l'unité de l'eglise contre Petilian evesque Donatiste", & des epistres XLVIII & L du mesme autheur, Avec l'épître dédicatoire à Henri VIII, la préface et le texte "Quelles gens estoient les Goths et comment ils prindrent Rome", Paris, Michel Sonnius,‎ nil, 814  p. (notice BnF no FRBNF30038863, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata
    • 1693 & 1736 - Augustin d'Hippone (trad. Pierre Lombert), De civitate Dei : La Cité de Dieu de saint Augustin, traduite en françois et revue sur plusieurs anciens manuscrits, précédée par une "Vie de M. Lombert", Paris, J. Rollin fils,‎ nil (notice BnF no FRBNF30038869, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata
    • 1846 - Augustin d'Hippone (trad. Louis Ignace Moreau), De civitate Dei : La Cité de Dieu de Saint Augustin, édition avec le texte latin, Volume premier, Paris, Librairie liturgique catholique Atelier de reliure,‎ nil (lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata
    • 1846 - Augustin d'Hippone (trad. Louis Ignace Moreau), De civitate Dei : La Cité de Dieu de Saint Augustin, édition avec le texte latin, Volume second, Paris, Librairie liturgique catholique Atelier de reliure,‎ nil (lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata
    • 1846 - Augustin d'Hippone (trad. Louis Ignace Moreau), De civitate Dei : La Cité de Dieu de Saint Augustin, édition avec le texte latin, Volume troisième, Paris, Librairie liturgique catholique Atelier de reliure,‎ nil (lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata
    • 1855 - Augustin d'Hippone (trad. Émile Saisset), De civitate Dei : La Cité de Dieu de saint Augustin, traduction nouvelle avec une introduction et des notes, Charpentier, libraire-éditeur,‎ nil (notice BnF no FRBNF30038877, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata

Envahir un territoire occupé[modifier | modifier le wikicode]

  • Une invasion est une action militaire qui menace l'autonomie politique d'un pays ou territoire.
  • construction d'ouvrages militaires fortifications, barrières & murailles pour se défendre contre l'envahisseur.
  • Dans le même temps, les murs d'enceinte des résidences et des lotissements protègent les propriétaires contre les révoltes des prolétaires, serviteurs & esclaves.

Dès le Ve siècle de notre ère, les royaumes Quin, Zhao et Yao de l'empire entreprennent la construction de barrières fortifiées pour se protéger des invasions de populations nomades venues du nord. La construction de la Grande Muraille de Chine, entre le IIIe siècle avant notre ère et le XVIIe siècle, vient unifier l'ouvrage militaire tout ou long de la frontière nord de la Chine et fixer le territoire de l'Empire.



Coloniser[modifier | modifier le wikicode]

Wikiversité, « Colonisation et travail forcé aux XV-XVIème siècles : Catégorie:Leçons du jour du département Histoire moderne », dans , Wikiversité, Paris, 19 avril 2015 en littérature, p. 1 [[Colonisation et travail forcé aux XV-XVIème siècles texte intégral] (page consultée le 17 juillet 2015)]
La page Colonisation et travail forcé aux XV-XVIème siècles ne cite pas ses références ce qui la met au-dessous des exigences de Wikipédia et facilite des affirmations comme "Les Indiens refusaient de travailler donc les conquistadores contraignirent les doux et paisibles Arawaks au travail". Une telle affirmation sous-tend que les Améridiens ne pouvaient que se soumettre et surtout pas mener une guerre d'opposition aux Européens : plus d'un siècle d'histoire de la "rencontre entre les Européens et les Amérindiens est alors effacée.

Depuis le XIVe siècle : migrer sous contrainte économique[modifier | modifier le wikicode]

Robinson en famille.png

Emigrant, migrant, Immigrant[modifier | modifier le wikicode]

Accueil des immigrants, USA

L'émigration considère la migration du point de départ. Celui qui part de son lieu de naissance, de son territoire national et, plus généralement de son lieu de vie quotidien, est un migrant.

La notion de personne humaine et ses qualificatifs[modifier | modifier le wikicode]

  • esclave émigré, exilé, proscrit, réfugiés (exilés politiques), sans état/Etat, sans droit, apatride. Menacés de mort, paria, victime. nés -et pour toujours dans la mauvaise catégorie de race et de classe, rescapé, migrant, indésirable, assignation. De l’être dégradée à l'être surhumain. Lire A. Knüfer : Apatrides, réfugiés et exploitation
  • Arendt Hannah
  • Hannah Arendt.- Nous autres réfugiés, 1941
  • Hannah Arendt.- série de conférences sur la pensée et le vouloir
  • « le crime contre l’humanité de l’esclavage + institution + Hannah Arendt + L'impérialisme.  »
    — Hannah ARENDT, L’Impérialisme, 1982, op. cit., p. 272.


  • 2016 - Alexis Cukier et Centre de recherches interdisciplinaires en sciences humaines et sociales, « Exploitation, marxisme et droit du travail », Penser la transformation, Montpellier,‎ nil (lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata, lectures marxistes

Changer de pays de résidence[modifier | modifier le wikicode]

L'immigration considère la migration du point de vue du lieu d'arrivée. Celui qui arrive dans un espace politique différent de celui de celui de sa nationalité est un immigrant.

Cartographie de l'Europe
1689 - World Map

Les grandes découvertes suivies de l'établissement de nouvelles relations commerciales, de la colonisation des Amériques et de la destruction des populations amérindiennes et de leurs civilisations

  • Du Portugal vers l’Asie en contournant le continent Africain
  • Des Pays-Bas vers l’Asie
  • De l'Espagne vers les Caraïbes et l'Amérique centrale
  • Du Portugal vers le Brésil
  • De la France vers les Caraïbes, le Canada et la Louisiane
  • De l'Angleterre vers les Caraïbes et les Treize colonies. Streams of Emigration from England, 1620 to 1642

Les étrangers en France sous l’ancien régime[modifier | modifier le wikicode]

  • François-Joseph Gossec, (1734-1829 ), Compositeur.- Offrande à la Liberté, musique manuscrite, No 9, Entrée des peuples français et étrangers ; No 10, Choeur à la Liberté ; No 11, Les nègres, ou Air pour les nègres ; No 12, Les savoyards, ou Air pour les savoisiens ; No 13, Anglaise, gigue ; No 14, Offrande à la Liberté, (notice BnF no FRBNF41123149j)

Nomadisme & Migrations pendulaires[modifier | modifier le wikicode]

Le nomadisme consiste en des changements de localisation géographique. Ces mouvements dans l'espace sont corrélés à une économie de longue jachère, un habitat adapté et un genre de vie très proche de la nature.

Village au Néolithique.

Les groupes humains, australopithèques, Homo habilis, Homo erectus, Homo heidelbergensis, Homo neandertalensis et Homo sapiens à la fin de la période, ont été nomades durant tout le Paléolithique. Ils devienent semi-nomade à l'époque mésolithique et commencent à se sédentariser durant le Néolithique. Dans nos sociétés contemporaines, les nomades occupent, au cours de leurs parcours, des espaces en milieux arides dont ils savent tirer parti pour leur économie et leur survie. Des nomades vivent aussi en milieux urbanisés, dans des intertices peu viabilisés.

Migrations des Oies cendrées

Les migrations pendulaires sont des déplacements bidirectionnelles d'un lieu géographique vers un autre, dans une même unité de temps. Les migrants se déplaçent dans deux directions opposées afin de revenir à leur point de départ dans l'unité de temps. Les migrations des oies cendrées, représentées sur la carte ci-contre, illustrent bien ces mouvements aller et retour entre deux espaces de la Planète.

On compte parmi cette forme de migration les déplacement entre le lieu de résidence principale et le lieu de travail, les allers & retours entre la résidence principale et la résidence secondaire, les migrations vers les espaces de vacances puis le retour vers le domicile principal.

On peut dire que l'absentéisme des colons, qui s'éleve aux environs des deux tiers à Saint-Domingue, colonie du Royaume de France[4], ou celui des propriétaires ruraux qui s'installent et vivent à la ville, relèvent de ce type de migrations. Le retour dans le pays d'origine après l'indépendance des colonies peut aussi être analysé en terme de migrations pendulaires, surtout si le migrant revient très régulièrement dans la métropole pour assurer sa promotion sociale soit dans l'armée, soit dans l'administration. Ainsi, beaucoup de colons reviennent en France durant la Révolution à Saint-Domingue ou après l'indépendance de Haïti. Nous retrouvons le même processus avec la guerre d'indépendance de l'Algérie et le retour des populations Pieds-Noirs.

Solde migratoire (en guise de conclusion)[modifier | modifier le wikicode]

1775 - Giammaria Ortes (1713-1790)-. Réflexions sur la population par rapport à l'économie nationale[5]

Le Solde migratoire est la différence entre le nombre de personnes qui sont entrées dans un espace politique, un territoire national, et le nombre de personnes qui en sont sorties au cours de la même année. Ce concept est lié aux Etats modernes et se développe avec la science démographique.


Dans le solde migratoire, les captifs & les esclaves[modifier | modifier le wikicode]

Statue Henri IV vue depuis Pont-Neuf avec les captifs, vers 1775

Statue équestre d'Henri IV, goupe des captifs/esclaves[modifier | modifier le wikicode]

Quatre Captifs provenant du piédestal de la statue équestre d'Henri IV sur le Pont-Neuf (1614-18), Louvre, Département des Sculptures, France, XVIIe et XVIIIe siècles. Cf. historique de la statue équestre d'Henri IV

Bibliographie : Les migrations dans l'histoire de l'Humanité[modifier | modifier le wikicode]

1719 - Robinson Crusoé de Daniel Defoe[modifier | modifier le wikicode]

Robinson veut quitter la maison paternelle

1884-1889 - Justin Winsor, Narrative and critical history of America[modifier | modifier le wikicode]

Notes & Références[modifier | modifier le wikicode]

  1. Art & métiers du livre, (extraits), numéros 217 à 220, Page 29, 2000.‎
  2. Étienne Antonelli.- Études d'économie humaniste, Volume 1, 1958, Page 28
  3. Ivanišević Vujadin & Kazanski Michel, « Nouvelle necropole des Grandes migrations de Singidunum », Europeana. Consulté le 2015-05-14
  4. Les traites et les esclavages: perspectives historiques et contemporaines, publié par Myriam Cottias, Elisabeth Cunin, António de Almeida Mendes,
  5. Overbeek Hans. Un démographe prémalthusien au XVIIIe siècle : Giammaria Ortes. In: Population, 25e année, n°3, 1970 pp. 563-572. Consulté le 09 mai 2015.
    Combien d’humains sont nés sur Terre depuis les origines ?