Recherche:Laboratoire d'écologie collaborative/Les menaces pesant sur l'écologie

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Les menaces pesant sur l'écologie
Icône de la faculté
Chapitre no 4
Recherche : Laboratoire d'écologie collaborative
Chap. préc. :Préparation d'une revue d'articles par étudiants
Chap. suiv. :Les menaces pesant sur les écosystèmes
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Laboratoire d'écologie collaborative : Les menaces pesant sur l'écologie
Laboratoire d'écologie collaborative/Les menaces pesant sur l'écologie
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.


Les 5 grandes menaces[modifier | modifier le wikicode]

Depuis le Sommet de la Terre de 1992, on a établi que la biodiversité est gravement menacée par les activités humaines. A tel point que l’on parle parfois de la 6eme extinction.

C’est lors de ce sommet qu’il a été établi 5 grandes menaces majeures pour la biodiversité : - la dégradation/conversion des habitats - Les espèces envahissantes - La surexploitation - Le changement climatique - La pollution

  • La destruction des habitats

La destruction des habitats est la principale cause de l’érosion ces 50 dernières années. Par exemple on a la conversion des milieux naturels ou semis-naturels en terres agricoles. Un autre exemple de détérioration est la déforestation, qui a détruit plus de 16 millions d’hectares de forêt depuis 1990.

  • La fragmentation des habitats

La fragmentation des habitats est la principale cause d'extinction des espèces dans le monde. On dit qu'un habitat se fragmente quand, un écosystème de large étendue est divisé, par actions humaines, en différents fragments plus isolés les uns des autres et de taille réduite.

La fragmentation et la destruction/perte des habitats sont des phénomènes corrélés. Ils peuvent intervenir en même temps et s’amplifient mutuellement.

  • La Pollution

La polution est la destruction d’un écosystème par l’introduction, souvent par l’homme, de substances ou radiations alternant le fonctionnement de cet écosystème. La pollution d’origine humaine et la plus courante et la plus dévastatrice pour l’écosystème.

  • La surexploitation

La croissance démographique exponentielle de la population mondiale a intensifié la pression liée à l’exploitation des ressources naturelles. Les espèces les plus surexploiter sont les poissons, les invertébrés marins, les arbres, les animaux chassés et les plantes. On appel cela la surexploitation du « capital nature », qui induit une altération des écosystèmes parfois irréversibles.

  • Le changement climatique

Le changement climatiquedésigne l'ensemble des variations des caractéristiques climatiques en un endroit donné et au court du temps. Ce phénomène peut engendrer des dommages irréversibles et dévastateurs sur la planète (élévation du niveau de mer, déstabilisation des forêts etc.). Par exemples, la fonte des glaces qui a un effet sur la survie des ours polaire, le changement de température et d’acidité des eaux ayant un effet sur le développement des animaux marins et de nombreuses autres influences.

  • Les espèces envahissantes

C’est une espèce exotique qui devient nuisible à la biodiversité autochtone des écosystèmes naturels ou semis-naturels parmi lesquels elle s’est établie. Elles deviennent particulièrement invasives quand elles se reproduisent de façon naturelles dans un domaine géographique dont elle n’est pas originaire. Elles apparaissent notamment à cause des aménagements paysagés et l’importation de plantes dans un pays.

Les futurs possibles pour la biodiversité[modifier | modifier le wikicode]

L’évaluation des écosystèmes pour le millénaire propose 4 scénarios sur l’évolution futurs de la biodiversité au 21ème siècle. Ces futurs peuvent emprunter deux voies : - Un monde de plus en plus mondialiser - Un monde de plus en plus régionaliser.

Le rapport de l’évaluation conclut qu’il est possible d’inverser le processus de la dégradation de la biodiversité mais que cela nécessite de grands changements en politique et dans la manière de vivre des hommes, et des pratiques, aussi que des connaissances qui n’ont pas encore vus le jour.

Il y a également 5 scénarios proposés pour 2030, par le commissariat général du développement durable :

- Biodiversité citoyenne (mouvement pro-bio)

- Biodiversité imposée (état gérant, retour de la ruralité)

- Biodiversité arbitrée (intérêt économique)

- Biodiversité ignorée (utilisation des ressources locales à court terme).

- Biodiversité sur les marchés (privatisation, autorégulation, services écosystémique).