Recherche:La fin du pacte ethnographique en webographie

Une page de Wikiversité.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Nuvola apps kuser.svg
Fin du pacte ethnographique et nouveaux dispositifs d’enquêtes et d’écritures au sein de l’espace Web public et archivé
Appel à contribution : Journée d’étude Ethnographier les pratiques en régime numérique : enjeux et méthodes de la SFSIC

Toute réaction ou commentaire par rapport à ce travail de recherche sont les bienvenus sur cette page de discussion.

Cette page fait partie de l’espace recherche de la Wikiversité et dépend de la faculté socio-anthropologie. Pour plus d'informations, consultez le portail de l'espace recherche ou rendez-vous sur l'index des travaux de recherche par faculté.

Titre de la page pour créer un wikilien : Recherche:La fin du pacte ethnographique en webographie

Résumé proposé et refusé

Réclamer la confiance des lecteurs au travers d’un « pacte ethnographique » (Olivier de Sardan, 2017 ; Descolat, 2006) dans le cadre du rendu numérique d’une enquête réalisée dans un espace du Web à la fois ouvert et archivé serait un non-sens. Et ce fut le constat qui se sera imposé au cours de l’écriture d’une thèse de doctorat axée sur le mouvement Wikimédia qui fut publiée en temps réel sur le site Wikiversité et donc, au sein même du terrain d’observation.

Ce type d’écriture ethnographique réalisé au sein d’une page Web, offre en effet, au départ de simples hyperliens, la possibilité aux lecteurs d’expérimenter eux-mêmes le « réel de référence » (Olivier de Sardan, 2017) auquel fut confronté le chercheur, tout en dispensant ce dernier de reconstruire des données de terrain tel que cela se fait habituellement dans les travaux destinés au format papier.

D’un point de vue épistémologique, ce simple geste de cliquer sur une affirmation pour en consulter la source archivée sur l’espace Web, transcende complètement le régime d’« historicité » des sciences sociale introduit par Passeron (2006) pour offrir un retour possible vers les notions de « falsifiabilité » et de « réfutabilité » défendues par Popper (2010) pour ensuite articuler autour du terme de « vérifiabilité » cher aux Wikipédiens de nouvelles exigences épistémiques.

Au niveau du travail d’écriture, l’édition d’un page web ouvre ensuite la porte à divers processus dialogiques qui permettent un enrichissement du contenu, tout en limitant de manière drastique certaines formes de violences épistémiques (Tirado 2009). Rendre compte de cette fascinante expérience d’écriture en ligne, revient donc à relancer les débats méthodologiques et éthiques suscités pas l’avènement des Humanités numériques (Beyaert-Geslin, 2019 ; Diminescu, 2015 ; Wieviorka, 2013).

Bibliographie

Descola, P. (2006). , Pocker.

Diminescu, D. (2015). «  », socio Socio.

Olivier de Sardan, J-P. (2017).

Popper, K. (2010). , Routledge.

Passeon, C. (2006). , A. Michel

Triado, G.P. (2009). «  », SOCIOCRITICISM – MONTPELLIER-, vol. 24

Wieviorka, M. (2013). , CNRS Éditions.