Recherche:Histoire de la civilisation grecque - État et nation

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Clio1.png
Histoire de la civilisation grecque

Toute réaction ou commentaire par rapport à ce travail de recherche sont les bienvenus sur cette page de discussion.

Cette page fait partie de l’espace recherche de la Wikiversité et dépend de la faculté histoire. Pour plus d'informations, consultez le portail de l'espace recherche ou rendez-vous sur l'index des travaux de recherche par faculté.


Sommaire des cours

Hoplite fight MAR Palermo NI1850.jpg
État et nation

Cette deuxième section est divisée en quatre chapitres : dans le premier, Burckhardt examine la cité en général et ses origines ; dans le deuxième, le développement historique de la cité et l'esclavage ; dans le troisième, il revient sur l'examen des régimes politiques ; enfin, dans le quatrième partie, il examine la question de l'unité des Grecs.

I. La cité[modifier | modifier le wikicode]

Ce premier chapitre de la deuxième section est composé d'un ensemble de thèmes qui, d'une part, se succèdent logiquement plutôt que chronologiquement, et qui, d’autre part, font alterner les points de vue.

On peut tout d’abord regrouper en un ensemble, dans cette recherche, les quatre premiers thèmes du chapitre qui, en examinant les origines et les antécédents de la cité, présentent plusieurs points de vue : le point de vue idéalement objectif de l'historien qui s'interroge sur ce qui s'est réellement passé (par exemple, en se demandant ce qui a déterminé la fondation de la cité, ou en comparant la cité avec des formes antérieures, postérieures ou extérieures à la civilisation grecque - en Phénicie, au Moyen Âge, à la Renaissance) ; le point de vue des Grecs, que l’on peut chercher à discerner principalement dans leurs mythes (généalogies, mythes fondateurs).

Les trois thèmes suivants sont l'analyse de la cité proprement dite, du citoyen et, enfin, des limites internes et historiques rencontré par l'idéal de la cité.

Les tribus et les villages[modifier | modifier le wikicode]

Le chapitre commence donc par quelques remarques sur ce que nous savons des origines de la cité grecque ; Burckhardt ne se propose pas de traiter à fond le sujet, mais d'examiner si nous pouvons distinguer, antérieurement à la formation de toute la cité, des traits particuliers susceptibles de nous éclairer.

Les antécédents, et, en particulier, les phéniciens[modifier | modifier le wikicode]
Le synœcisme et les violences qu’il suppose[modifier | modifier le wikicode]

Le synœcisme est une réunion de plusieurs villages en une seule ville. Cette pratique consistait concrètement à déporter des populations (dont une partie était généralement massacrée) pour fonder des villes fortifiées.

Les mythes fondateurs et leurs traits typiques[modifier | modifier le wikicode]

Burckhardt cite plusieurs mythes liés à la fondation des cités ; il en extrait les traits communs : presque tous ces mythes racontent l'acte violent fondateur d'une cité, comme les sacrifices de jeunes filles. Ainsi, pour Burckhardt, l’idée qui est ici exprimée sous forme mythologiques est-elle que ce qui veut durer et étendre sa puissance doit consentir à sacrifier aux forces obscures.

Les caractéristiques générales de la cité[modifier | modifier le wikicode]
  • Les éléments matériels
  • Les lois
Les caractéristiques générales du citoyen grec[modifier | modifier le wikicode]
Les limites du modèle politique de la cité[modifier | modifier le wikicode]

Les limites de la cité sont d’abord déterminées, selon Burckhardt, par les limites de la nature humaine : le poids des lois est en effet un poids quasi religieux qui pèse lourdement sur le citoyen, et qui finit par l'écraser.

En outre, l'idéal autarcique de la cité a comme conséquence d'intensifier les rivalités, ce qui conduit inévitablement aux expédients les plus définitifs : l'histoire des cités grecques devient l'histoire d'une course en avant effroyable qui se termine par la ruine de la cité.

II. La cité dans son développement historique[modifier | modifier le wikicode]

Ce deuxième chapitre de la deuxième section est divisé en neuf parties.

1. La royauté[modifier | modifier le wikicode]
2. Sparte[modifier | modifier le wikicode]
3. Populations assujetties d'autres cités[modifier | modifier le wikicode]
4. L'esclavage[modifier | modifier le wikicode]
5. L'aristocratie grecque[modifier | modifier le wikicode]
6. La tyrannie[modifier | modifier le wikicode]
7. La démocratie et son organisation à Athènes[modifier | modifier le wikicode]
8. La démocratie en dehors d'Athènes[modifier | modifier le wikicode]
9. Ténacité des populations urbaines[modifier | modifier le wikicode]

III. Examen objectif des régimes politiques[modifier | modifier le wikicode]

IV. L'unité de la nation grecque[modifier | modifier le wikicode]

Notes et références[modifier | modifier le wikicode]


Sommaire[modifier | modifier le wikicode]