Recherche:Heidegger et le christianisme/Présentation de la recherche

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L'inspiration chrétienne est au cœur du travail de Martin Heidegger. Cette influence s'alimente de ses propres travaux sur les écrits néo-testamentaires, saint Augustin, Luther , les mystiques rhénans et ses références nombreuses à Pascal et Kierkegaard. Il n'a jamais dissimulé ses préoccupations, herméneutiques, théologiques et religieuses et sa volonté de retrouver un christianisme originel que la dogmatique aurait d'après lui recouvert. Ce qu'Heidegger reproche à la « théologie ecclésiale » c'est de s"être alignée sur la constitution onto-théologique de la métaphysique, d'origine grecque au détriment de la « vie chrétienne ». Par ailleurs c'est de l'étude du primo christianisme, à travers les épîtres pauliniennes qu'il extrait les fondements les plus marquants de la vie facticielle à savoir la facticité, le dévalement, la finitude etc.

En retour , la phénoménologie et particulièrement la pensée heideggérienne exerçèrent une influence « décisive », selon l'expression employée par le rédacteur de l'Encyclopédie du Protestantisme. Le théologien protestant Rudolf Bultmann, s'appuie dans ces années 1920, sur une nouvelle conceptualité heideggerienne pour décrire l'existence en termes de décision, souci, authenticité..il pense notamment en termes de « pré-compréhension » la connaissance préalable à toute révélation positive que l'homme a de Dieu. Ce que constate en outre Bultmann c'est que la compréhension de la Révélation, de la Foi chrétienne, et de la Théologie chrétienne dépend et a toujours dépendu d'une ontologie inadaptée (aristotélisme) et que la toute nouvelle Phénoménologie de l'existence et plus précisément la Phénoménologie de la vie religieuse avec Martin Heidegger offre l'occasion d'une meilleure approche :

Cette recherche ambitionne d'approfondir ces liens et d'essayer à travers eux d'éclairer quelque peu, les concepts les plus complexes de la pensée chrétienne, à savoir l'innocence, la liberté, le culpabilité, la grâce et le rachat.