Recherche:Heidegger et le christianisme/Annexe/Phénoménologie du Dasein

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Phénoménologie du Dasein
Image logo représentative de la faculté
Annexe 1
Recherche : Heidegger et le christianisme
Précédent :Sommaire
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Annexe : Phénoménologie du Dasein
Heidegger et le christianisme/Annexe/Phénoménologie du Dasein
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.



Nous cherchons à travers l'œuvre de Martin Heidegger et les commentaires que cette œuvre a pu susciter à exposer le plus complètement possible une phénoménologie du Dasein en vue deréunir des matériaux nécessaires à l'étude de l'approche du christianisme par ce penseur.

  1. Le Dasein se distingue parmi l'étant en ce que « pour cet étant il y va en son être de cet être »(SZ12). Autrement dit il est tel qu'il se rapporte à son être comme à quelque chose qui est en jeu pour lui . Le comportement lui-même est traversé par le caractère particulier d'« être en jeu ». Ce comportement à l'égard de son être est un comportement questionnant-non pas au sens où le Dasein ne cesserait de poser des questions explicites mais plutôt au sens où la « questionnabilité » de son être ne cesse d'être vécue.
  2. Le Dasein a « en son être un rapport d'être à cet être »(SZ12). Le Dasein n'est pas seulement dans son être mais dans son être il se rapporte aussi à cet être et il s'y rapporte de telle façon qu'il en va pour lui de son être. Le comportement lui-même appartient à l'être du Dasein ( l'on n'est pas courageux comme le canapé est jaune alors que l'être courageux ).
  3. Le Dasein se comprend d'une manière ou d'une autre et plus ou moins expressément en son être. En vertu du point précédant la compréhension n'est pas un savoir mais plutôt la façon.d'être son être. Le Dasein est compréhensivement dans son être.
  4. La façon qu'a le Dasein d'être son être s'identifie à l'ouverture de l'être du Dasein. L'ouverture ne doit pas être conçue comme un champ où se pose le regard paisible du Dasein, elle se déclôt selon la modalité d'être du Dasein (Stimmung).

Ces même quatre points sont ainsi résumés par jean Greisch[1] :

  1. Le Dasein est un étant pour lequel « il y va en son être de cet être » ; formule de base apparaissant dans d'innombrables variantes qui exprime l'idée que l'être pour le Dasein, n'est pas une donnée, mais selon Jean Greisch, une tâche.
  2. La constitution même de cet être implique un « rapport à l'être », son être même, (du Dasein), est ce rapport ;
  3. Le Dasein véhicule une compréhension d'être qui lui est propre ;
  4. En raison de cette compréhension, l'être (en général) , de par son être (à lui), lui est ouvert Erschlossenheit. Le thème de l'ouverture va trouver sa place et son sens dans les paragraphes (§29) et (§31) consacrés aux notions jumelles très importantes d' « être-jeté , Gewofenheit et de projet Enwurf remarque Jean Greisch.

Il y a donc un rapport spécifique du Dasein à son propre être que l'on peut circonscrire ainsi :

  • il est un rapport questionnant
  • ce comportement questionnant est lui-même l'être en jeu dans ce rapport
  • ce rapport est en lui-même la compréhension qu'a le Dasein de son être
  • il est aussi ouverture pré-philosophique de l'être


Notes et références[modifier | modifier le wikicode]

  1. Jean Greisch 1994, p. 86