Recherche:Critique du concept de mérite et de la méritocratie

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Nuvola apps edu miscellaneous.svg
Critique du concept de mérite et de la méritocratie

Toute réaction ou commentaire par rapport à ce travail de recherche sont les bienvenus sur cette page de discussion.

Cette page fait partie de l’espace recherche de la Wikiversité et dépend de la faculté pédagogie. Pour plus d'informations, consultez le portail de l'espace recherche ou rendez-vous sur l'index des travaux de recherche par faculté.

Titre de la page pour créer un wikilien : Recherche:Critique du concept de mérite et de la méritocratie


Comment soutenir l’idée de mérite, lorsqu’on pense à des situations que résument ces images :

Qui oserait prétendre que le sort respectif de ces enfants est consécutif de leurs actes ?

Il ne s’agit pas de nier l’enthousiasme que peut procurer l’obtention de médailles, de bouts papiers et autres mécanismes sociaux de reconnaissance des tâches effectuées. L’effet pervers du concept méritoire ne se joue pas tant dans la symbolique de décerner au nom d’une performance, que dans l’acceptation sous-jacente que rien ne devrait être accessible sans exiger l’accomplissement préalable d’une tâche quelconque.

La planification de la gestion de nos ressources devrait viser à offrir à tous les enfants du monde un sort plus semblable à celui de Waverly, et à n’en abandonner aucun au sort de l’enfant anonyme[1] ; et d’en faire autant pour tous les humains de tout âge, de toute origine, indépendamment de leurs actes passés. Or, force est de constater que nous ne planifions pas dans ce dessein. Des logements, immeubles, des quartiers entiers sont laissés vides tandis que certains meurent de froid ; des produits alimentaires encore tout à fait consommable sont jetés tandis que certains meurent de faim.

Dans In Praise of Idleness and Other Essays, Russell défend l’idée de quatre heures de travail par jour, mais même ces quatre heures de besognes destinées à la logistique nourricière indispensable paraissent aujourd’hui, si ce n’est déjà complètement révolues, tout au moins difficilement soutenables à moyen terme. À mesure que ces activités s’automatisent, la nécessité de l’intervention humaine s’amenuise.

Certes la problématique n’est pas neuve, les luddistes grondent déjà au XIXe, en révélant l’absurdité de la mentalité méritoire : la nécessité de main d’œuvre disparaît et avec elle l’action méritante qui conditionne l’accès aux ressources vivrières de la société méritocratique. Au lieu de se retrouver simplement débarrassé de tâches ingrates, la « main d’œuvre caduque » se retrouve dépossédé de ses moyens de subsistance. Bien sûr, les ressources sont là, à porté de main, mais hors d’atteinte légale. Distribuer des ressources dans les activités industrielles, celles qui méritent salaire, est convenable. Permettre aux rentiers d’octroyer aux désœuvrés le privilège de participer au maintien de leur main-mise sur des ressources est important. Octroyer un revenu minimal inconditionnel à tous est obscène, contraire au sacro-saint mérite et dangereux pour les emplois dont l’existence repose sur la menace de précarité et de misère des personnes sans emploi.

Notes et références[modifier | modifier le wikicode]

  1. L’auteur n’a pas encore été en mesure de trouver le nom de cet enfant, toute contribution pour pallier à ce manque est la bienvenue.