Recherche:À la recherche du moment présent

Une page de Wikiversité, la communauté pédagogique libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Psi.svg
Travail d'individuation, témoignage, étude

Toute réaction ou commentaire par rapport à ce travail de recherche sont les bienvenus sur cette page de discussion.

Cette page fait partie de l’espace recherche de Wikiversité et dépend de la faculté psychologie. Pour plus d'informations, consultez le portail de l'espace recherche ou rendez-vous sur l'index des travaux de recherche par faculté.
Ce travail de recherche est rattaché au département psychologie cognitive.


Avant propos[modifier | modifier le wikicode]

Avant de pouvoir croire à un au-delà – cette croyance, cette foi qui plus tard allait venir par la force des choses, par la puissance de l’instinct de survie – je ne pouvais penser à la mort sans qu’immédiatement une ruse de mon esprit me fît refouler au loin cette pensée, que je jugeais gênante et inutile. J’avais bien d’autres blocages, tout aussi importants, certains très encombrants. C’est à l’âge de 26 ans je crois, alors que je discutais avec ma petite amie, que j’eus mon premier ‘’déblocage’’ psychologique (abréaction). Un déblocage très fort auquel je ne m’attendais pas du tout. Ces abréactions peuvent être puissantes pour les premières, déstabilisantes, ensuite de mieux en mieux acceptées. Surtout, de plus en plus structurantes. C’est ordinairement pendant la cure psychanalytique qu’elles peuvent survenir, en présence d’un professionnel qualifié. Une catharsis en résulte en même temps que commence le processus de transfert, indispensable à la cure. Je me souviens qu'après cette forte prise de conscience, qui se prolongea longtemps, un jour que nous prenions un pot avec des amis à une terrasse de café, j'entendis le cri d'un oiseau, peut-être un mainate. Jamais encore je n'avais perçu combien un son pouvait paraître aussi beau, aussi harmonieux. J'en garde le souvenir jusqu'à ce jour.
Mais quand une abréaction forte se produit en présence d’un non professionnel, le transfert n’est pas très productif, il ne peut initier directement un travail sur soi, ce n’est pas la meilleure façon de commencer. Mais il faut croire que ce fut pour moi la meilleure voie puisqu’elle me permettrait plus tard, alors que je n’avais auparavant aucune disposition pour une psychothérapie analytique, de m’allonger – enfin ! – sur le divan, après moult péripéties et juste après avoir eu deux puissants rêves messagers qui m'emplirent de joie. Quand avec mon amie j’eus cette abréaction, il se fit un grand chambardement dans mon esprit, avec l’impression que tous mes blocages étaient partis en même temps. Je ressentis un grand vide, angoissant et difficile à supporter : je ne pouvais me laisser aller en toute confiance et sérénité pour continuer ce travail, le cadre dans lequel avait eu lieu cette expérience n'étant pas adapté : le medium n'était pas psychologue de métier et c'était une amie, une personne très proche donc. D'autres conditions, tel que le lieu, totalement hors cadre (ce n'était un cabinet de professionnel), ne permettaient pas que cette première abréaction débouche sur un véritable travail.

Heureusement – appellera-t-on cela la chance, ou plutôt la destinée, la bonne étoile et un chemin de vie personnel – j’avais reçu une éducation catholique et bien que non croyant, je savais ce qu’on disait de Dieu, du Bien. Avec cette abréaction, mes a priori sur la non-existence de Dieu (un Dieu bon), avaient disparu et je compris que je disposais maintenant d’une ressource extraordinaire. Je décidai de combler ce vide qui m’habitait par le désir de me conformer désormais le plus possible aux désirs de mon Créateur, aux désirs du Bon Dieu. « Lutter pendant tout le reste de ma vie contre le mal » devint à ce moment un challenge fabuleux (dans les moments de grande crise existentielle les pensées salvatrices se doivent d’être très motivantes, elles sont souvent, je crois, radicales). En outre ce challenge, bien sûr idéalisé sur le moment, me permettait d'avoir le Bon Dieu avec moi, je commençai à être conscient de sa présence et de son soutien précieux, la meilleure aide qui soit pour un être humain. C'est ainsi que je trouvai la foi. Une foi d'abord délicate, qu'au fil des années j'allais affermir, et qui, littéralement, me donna une deuxième vie et m'ouvrit la voie vers tous les possibles. J'eus aussi plus tard comme beaucoup de personnes, une expérience spirituelle très réconfortante, et la vie ne cessa de me réserver de belles surprises, sans bien sûr que je ne sois préservé des épreuves qui sont le lot commun à tous les hommes. J'appris aussi combien il est utile de remercier pour les épreuves de la vie.

Dans les années qui suivirent au fil de mes déménagements et changements d'emploi je consultai différents psychologues. Puis je réussis à retrouver un emploi stable ainsi qu'un très beau logement pour un loyer modéré. Les choses commençaient à se préciser, toutes les conditions semblaient maintenant réunies pour enfin commencer une recherche personnelle sérieuse. Dans ma nouvelle ville de résidence je pris rendez-vous avec un psychothérapeute/psychanalyste.

Deux rêves messagers[modifier | modifier le wikicode]

En juillet 1997, deux mois avant le tremblement de terre qui endommagea gravement la basilique, je me trouvais à Assise. Avec des amis nous allions effectuer une randonnée pédestre d’une semaine en parcourant l’Ombrie. Nous arrivions d’endroits différents, le rendez-vous avait été fixé sur la Grand-Place où nous attendions les derniers arrivants en prenant un pot à une terrasse, avant de parcourir une province chargée d’histoire. Cinq ans plus tard environ, un premier rêve a pour décor cette même Grand-Place d’Assise, mais à une autre terrasse, toute proche, située à angle droit par rapport à la première. À ma gauche est assis mon père, à ma droite ma mère (ils ne sont plus de ce monde). Je leur dis : « Il faut trouver la tombe de Jésus. » Mon père rétorque : « C’est dangereux ça. » Ma mère : « Oui, mais on peut essayer. » Je m’éveille et note tout de suite ce rêve qui me paraît complètement loufoque. Vraiment il est si loufoque, si incompréhensible (mais pourtant tellement précis) que je suis absolument incapable d'y voir le moindre sens. Par chance je n’ai pas à attendre longtemps, j’ai rendez-vous le jour même chez mon analyste, à qui je rapporte le rêve. Il me fait une seule remarque : « Dans une tombe, on est allongé. » Wouahouh ! J’ai tout de suite compris. Il me faut replacer les choses dans leur contexte.

J’étais en thérapie depuis plusieurs mois déjà, mais je préférais être assis (et donc sur la défensive) sur un siège plutôt que de m’allonger sur le divan, position que je trouvais trop vulnérable. En effet, bien avant cette thérapie, après avoir lu le livre d’une psychanalyste écrivant qu’une analyse pouvait être préjudiciable (elle devait faire allusion aux personnes n’ayant pas un moi suffisamment structuré), j’avais conçu, puis entretenu au fil des années une peur panique de la position allongée sur un divan de psy, au cas où j'effectuerais un jour une analyse. Pourtant je pressentais avec beaucoup d'acuité qu’en position allongée, les muscles complètement détendus, et sans le face-à-face avec l’analyste (gênant pour lui autant que pour moi), je pourrais me détendre complètement. J'en “rêvais” !, de pouvoir m'allonger sur un divan. Après ces quelques mois d’une thérapie très bénéfique avec un psy que je jugeais très compétent, je me sentais de plus en plus confiant et motivé. Lorsque dans le rêve je dis à mes parents : « Il faut trouver la tombe de Jésus », je soumets mon souhait le plus cher ‘’à eux‘’, mais en fait (c'est implicite dans la formulation du rêve) à moi même  : « Il faudrait que je puisse m’allonger sur le divan. » Car la tombe de Jésus, Jésus symbolisant pour moi la conscience pure (« Je suis celui qui est »), la connaissance parfaite, signifie dans le message à peine voilé du rêve l’acquisition de la connaissance de soi grâce à la position allongée. Peut-être la tombe fait-elle aussi allusion au fait de mourir à soi-même pour renaître plus vivant, se re-susciter. Le travail du rêve, avant que le rêve me parvienne, fut donc extrêmement élaboré comme on le verra aussi par la suite.
Quand mon père dit : « C’est dangereux, ça », c’est mon côté masculin, viril mais prudent !, qui s’exprime. Quand ma mère dit que « oui, mais on peut essayer », c’est mon côté intuitif, féminin et maternel, qui m’encourage : même si ça peut paraître dangereux au premier abord, il vaut la peine d’essayer de faire quelque chose de si extraordinaire : aller voyager, détendu et confiant, dans les profondeurs de mon inconscient pour mieux me connaître. Je crois bien que je me suis dit : « Tous les rêves peuvent donc s’expliquer !, même les plus étranges, les plus extravagants. »

Décidément il faudra bien un jour que je m’allonge sur le divan. Les terrasses des deux cafés, formant entre elles un angle droit, ont-elles la même signification ? (puisque pour passer de la position assise à la position allongée je dois faire effectuer à mon corps un angle droit). Je n’en suis pas du tout certain car cet ‘’angle droit’’ est apparu dans d’autres rêves, je pense plutôt que ce changement de perspective est dû au nouveau contexte (le rêve) par rapport à une situation vécue, peut-être aussi la différence de position entre l'état de veille dans la journée, debout ou assis, et l'état de sommeil, allongé. Le lendemain matin me vient une idée qui jusque là ne m'avait même pas pas effleuré : pour que mon rêve soit le plus apaisant possible, le travail du rêve avait bien fait les choses : tout à fait au ras des pâquerettes pour ne pas effaroucher ma pensée consciente, il avait placé le rêve à Assise. Qu’il est rassurant ce mot, non seulement par son symbolisme spirituel, apaisant pour moi et me rappelant de bons souvenirs de vacances, mais parce qu’il fait ami-ami avec cette position assise et sans danger dans le contexte d’un rêve qui par son sens caché (encore assez “dangereux” pour moi à l’époque) mais profond, m’encourage à m’allonger sur le divan. Dans le rêve d’ailleurs, je suis assis, entouré de parents protecteurs.
Juste avant ce rêve j'avais fait un bref rêve de préparation : je demandais à ma mère quel plat on pouvait assaisonner avec le basilic. Elle me répondit : ‘‘La viande’’– à l'époque, je pensais qu'il en était ainsi, mais je voulais en avoir confirmation. Notons que la viande est réputée pour être très nourrissante. « Ma mère sait des choses que j’ignore, je peux donc lui faire confiance. »

Deux nuits plus tard je fis un second rêve. Je suis accroupi dans une tranchée profonde d’environ deux mètres, occupé à trier à grand peine d’innombrables débris d’assiettes (j’avais dans mon enfance visité la Maison Picassiette à Chartres) recouverts de quelques millimètres d’eau, afin de les ré-assembler. Ce travail interminable est épuisant. Puis le rêve sans transition se poursuit, je suis maintenant debout sur la terre ferme, face un monticule où s’empilent différentes strates. Au sommet et à hauteur de mes yeux (« c'est devant tes yeux »), la strate est en minerai d’or.
– Mon premier réflexe : « De l’Or ! (Waouh !) »
– Mon deuxième : « Mais il n’est pas pur… »
– Mon troisième : « Mais on peut l’extraire. »
Je rapporte ce rêve à mon analyste et dans la foulée me dirige vers le divan. Ma dernière phrase avant de m’y allonger : « Se coucher devant l’autorité ! » – pas fou le garçon, l’analyste avait intérêt à être gentil avec moi ! Clin d'œil

Un autre arrangement avec les mots, que je n’aurais jamais soupçonné, m’a été signalé très récemment : Picassiette ⇒ ‘’Pic Assis-Ȇtes’’. J'en suis resté coi pendant plusieurs jours. Pour lever une angoisse du divan, entretenue durant de longues années, l'esprit profond, devant ma motivation, avait jugé nécessaire d'effectuer un travail d'orfèvre par un très subtil cryptage. Deux messages très denses, très courts afin d'être faciles à déchiffrer. Ce furent les deux rêves les plus puissants que j'aie jamais eus, je les ai trouvés très beaux. Face aux prodigieuses aptitudes de l'inconscient à nous délivrer délicatement les messages les plus importants, on comprend comment le mathématicien Alexandre GROTHENDIECK, qui étudiait scrupuleusement tous ses rêves, a pu être autant aidé dans sa réflexion mathématique.

Présence au monde[modifier | modifier le wikicode]

Le grand mathématicien Pierre Fermat (1609-1665) a vécu à une époque où la peste a sévi, il en a été atteint et ne s'en est jamais complètement remis. Il y a six mois je me sentais psychologiquement déjà très proche de mon maître en pédagogie. Le virus malin du covid 19 ne m'a pas atteint (pas encore en tout cas), mais moi aussi je vis maintenant dans ce beau pays de France où un virus sévit. Si j'avais eu le choix j'aurais certainement préféré que ce virus malin reste où il était, pour toujours. J'aurais certainement préféré que ce nième point commun environnemental avec le maître (Fermat) ne survienne pas. Par ces circonstances extérieures indépendantes de ma volonté j'ai dû faire un autre choix, la solution est simple : je m'efforce, plus qu'auparavant, de vivre ici, de vivre maintenant. Le passé a existé, il n'existe plus. Je suis. Dans l'instant présent, je suis. Anticiper l'avenir ? Pour fuir et ne plus être présent au monde ? Qui souhaite cela ? La présence est la clef. Je suis conscient, pleinement. Donc Je suis. Descartes, avec son cogito (« Je pense donc je suis. ») ne fut pas assez précis, trop rationnel et sûr de lui. Il ne suffit pas de penser pour ÊTRE, présent au monde.

« Comment savoir que vous avez lâché prise ? Quand vous n'aurez plus besoin de poser cette question. » Eckhart Tolle.

France culture, DANS LE CERVEAU DE CHRISTOPHER NOLAN, "Inception", le hold-up de l’inconscient.

Nous savons qu’un électron est à la fois onde et «particule », particule-énergie donc. Partons du postulat, pas du tout farfelu, que les ‘’particules élémentaires’’ elles-mêmes, dans l’infinitésimal, ne sont pas réellement de la matière, de la ‘’matière solide’’, mais des ‘‘particules’’ qui sont fondamentalement de l’énergie vibratoire. Nous savons d’ailleurs que l’esprit humain, qui pour une part est de l'ordre de l'abstrait, dirige le corps et influe même fortement sur sa santé. À partir de ce postulat « tout ceci est “un rêve éveillé’’ », on perçoit que le corps humain est le support idéal de l’esprit. Nous savons d’ailleurs que le corps humain est sensible aux ondes, et que par exemple que « Les corpuscules de Pacini, des récepteurs sensoriels, sont en effet connus pour transmettre des vibrations à haute fréquence chez les mammifères et sont très présents au bout des doigts des primates. ».

Je peux donc penser le monde comme immatériel. En somme, je suis dans un rêve mais un rêve éveillé. C'est là que ça devient intéressant, il existe un livre de Eckhart Tolle intitulé : Le pouvoir du moment présent – diverses stratégies pour apprendre à vivre en pleine conscience le moment présent, en essayant de se débarrasser, de plus en plus régulièrement possible et donc de mieux en mieux, nos petits "moi" – et même, par instants, le moi entier, pour ne garder que le je, l'individu propre, ce que parvient maintenant à accomplir assez facilement Eckhart Tolle grâce à une très profonde et très belle expérience qu'il vécut alors qu'il était en pleine dépression, après s'être dit : « Je ne peux plus vivre avec moi-même ». Quand on n'a pas vécu une telle expérience la mise en pratique est loin d’être facile mais on comprend ce qu'il veut dire. En théorie ce serait donc possible pour chacun de nous, mais non, ce n'est pas facile (on le saurait). Dans mon cas personnel ça a pu être possible quelques très rares fois, mais en général, être pleinement je, est difficile, ou alors par fulgurances. Je repense alors à mon postulat, « tout ceci est “un rêve éveillé’’ » que je mets en parallèle avec ce que, comme lui, je pourrais ressentir si, pleinement conscient, je pouvais m'émerveiller à un haut degré en regardant le monde qui m'entoure, sa magnificence. Mis en confiance, je pense au contraste entre ce “rêve éveillé” et l’image du monde, avec ses couleurs et ses formes, que je perçois grâce à mon sens de la vue, image dont je sais qu'elle n'est qu'une illusion physique produite par des phénomènes physiques (les fréquences des différentes couleurs) et chimiques (yeux), et si je me trouve en pleine nature je peux ressentir une sensation particulière, étrange et émouvante, une joie profonde. Si vous avez suffisamment nourri votre imaginaire vous pouvez faire cette expérience : «  tout ce paysage [conscientisez bien que ce ne sont que des vibrations] n'existe pas vraiment, et pourtant il existe. »

Ne t'habitue jamais à la beauté du monde

Garde toujours en mémoire la Puissance de l'Esprit

Claude Mariotti

Repères[modifier | modifier le wikicode]

  • Les irremplaçables Présentation de son ouvrage par Cynthia Fleury, philosophe, psychanalyste, professeur titulaire de la chaire Humanités et Santé au Conservatoire national des arts et métiers.
  • L'allégorie de la caverne sur France culture.
  • Le pouvoir du moment présent, un ouvrage de Eckhart Tolle, fiche de lecture (Fnac + Amazon) :

Eckhart Tolle est né le 16 février 1948 en Allemagne, sous le nom d’Ulrich Leonard Tolle.
À 29 ans, rongé par la dépression, l’anxiété et les idées suicidaires, le jeune homme tente de trouver des réponses à ses souffrances en étudiant la psychologie, la littérature et la philosophie à l’université de Londres. Son diplôme en poche, il poursuit un doctorat en recherche à l’université de Cambridge en 1977. C’est cette année-là que sa vie change totalement.
Une nuit, il parvient avant de s'endormir à se détacher de son ego et au réveil se sent complètement apaisé.

Enfin heureux de vivre, il arrête ses études et passe presque deux ans assis sur les bancs de parcs à Londres dans un état de joie la plus intense qui soit, à apprécier le moment présent en observant le monde tourner autour de lui. Sollicité par les étudiants de Cambridge, il raconte son expérience et deviendra conseiller spirituel.
Il nous enseigne qu'il est possible de vivre sans souffrance, sans anxiété et sans névrose. Mais pour atteindre cet état d'éveil nous devons arriver à comprendre que nous sommes nous-mêmes les créateurs de notre propre souffrance. Que notre mental, et non pas les autres et notre monde environnant, est à l'origine de nos problèmes. C'est notre mental, avec son flot presque continu de pensées, qui se soucie du passé et s'inquiète de l'avenir qu'il faut apprendre à maîtriser.

Pour entreprendre ce périple vers le pouvoir du moment présent, il nous faut laisser derrière nous notre esprit analytique et le faux moi qu'il a créé, c'est-à-dire l'ego. Dès le début du premier chapitre, nous nous élevons rapidement vers des hauteurs où nous pourrons respirer un air plus léger propre à la spiritualité.
Même si le périple où Eckhart Tolle nous emmène présente des défis, le langage qu'il emploie est simple et le format question-réponse qu'il a choisi constitue un guide rassurant. Les mots ne sont eux-mêmes que des panneaux indicateurs.

Si nous réussissons à être totalement dans ici-maintenant et à faire chaque pas dans le moment présent, si nous réussissons aussi à vraiment appréhender les réalités que sont notre corps énergétique, le lâcher-prise, le pardon et le non-manifeste, nous saurons nous ouvrir au pouvoir transformateur de l'instant présent.

« L'être est la vie éternelle et omniprésente. Il existe au-delà de toutes les formes assujetties au cycle de la vie et de la mort. L'être vous est accessible maintenant comme étant votre véritable nature. Mais n'essayez pas de le comprendre avec votre mental. Vous ne pouvez le saisir que lorsque votre mental s'est tu et que vous êtes pleinement et intensément présent. Retrouver la conscience de l'être et se maintenir dans cet état de réalisation, c'est cela l'illumination. »

Notes et références[modifier | modifier le wikicode]