Leçons de niveau 16

Progiciel de gestion intégré/Composants

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Composants
Icône de la faculté
Chapitre no 4
Leçon : Progiciel de gestion intégré
Chap. préc. :Concepts
Chap. suiv. :Déploiement d'un ERP
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Progiciel de gestion intégré : Composants
Progiciel de gestion intégré/Composants
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Les modules[modifier | modifier le wikicode]

De quelques modules à des centaines dans un ERP, tous les modules sont reliés entre eux non pas par les fonctions mais par les liens définis sur leurs données communes.

Début de l'exemple
Fin de l'exemple


Les tables de la base de données[modifier | modifier le wikicode]

De quelques tables à des centaines différentes dans un ERP, toutes les tables liées entre elles par des identifiants. Toutes ces tables sont organisées de manière à répercuter l'information d'un module à l'autre.

Début de l'exemple
Fin de l'exemple


Les flux de travaux (Workflow)[modifier | modifier le wikicode]

Un workflow est un flux d'informations au sein d'une organisation, comme par exemple la transmission automatique de documents entre des personnes.


Un exemple de workflow pour enregistrement de client



Dans un ERP, on appelle « Workflow» (traduire littéralement « flux de travail ») la modélisation et la gestion informatique de l’ensemble des tâches à accomplir et des différents acteurs impliqués dans la réalisation d'un processus métier (aussi appelé processus opérationnel ou bien procédure d'entreprise). Le terme de « workflow » pourrait donc être traduit en français par « gestion électronique des processus métier ». De façon plus pratique, le workflow décrit le circuit de validation, les tâches à accomplir entre les différents acteurs d'un processus, les délais, les modes de validation, et fournit à chacun des acteurs les informations nécessaires pour la réalisation de sa tâche. Il permet ainsi un suivi très fin des processus une identification des acteurs impliqués dans ces processus (leur au passage précisant leurs rôles et les bonnes pratiques).

Début de l'exemple
Fin de l'exemple


Les relations d'approbation[modifier | modifier le wikicode]

Les relations d'approbation représentent non seulement les permissions d'accès (création, lecture, modification, suppression, ...) données aux utilisateurs (menus, fonctions, données, ...), mais aussi les responsabilités relatives à leur métier (signature, validation, ...). Seules les actions autorisées à l'utilisateur sont possibles dans l'ERP.


Un exemple de relation d'approbation pour autorisation d'achat


Sur le poste de travail de chaque utilisateur, les effets des relations d'approbation sont gérées soit par un menu, soit par un tableau de bord, soit par les deux.

Début de l'exemple
Fin de l'exemple


Le tracking[modifier | modifier le wikicode]

Le tracking est un système d'acquisition logicielle qui permet de recréer les mouvements d'une caméra ou d'un magnétophone réels sur un lecteur virtuel d'un ordinateur ou d'un téléviseur. Au sens ERP, c’est un système logiciel qui permet (comme pour la traçabilité alimentaire) de reconstituer l’origine d’une saisie, en enregistrant, en complément du contenu de cette saisie, un identifiant unique, une date, un auteur et un lieu de saisie.


Les éléments de tracking


Début de l'exemple
Fin de l'exemple