Leçons de niveau 13

Présentation de la philosophie/Conclusion

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Conclusion
Icône de la faculté
Chapitre no 6
Leçon : Présentation de la philosophie
Chap. préc. :Un avis : Platon
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Présentation de la philosophie : Conclusion
Présentation de la philosophie/Conclusion
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Principaux obstacles à la démarche philosophique[modifier | modifier le wikicode]

  • Le manque d'ouverture d'esprit ;
  • la présence de préjugés, on aborde la réalité avec le sens commun ;
  • le manque de curiosité, d'étonnement.

Aristote dit que c’est « l'étonnement qui poussa, comme aujourd'hui, les premiers penseurs aux réflexions/spéculations philosophiques. » Il faut savoir s'étonner devant les choses, reconnaître son ignorance et désirer savoir. Étymologiquement, philosophie est composée des termes grecs philia (désirer, aimer) et sophia (sagesse, vérité), c’est donc un désir pour la connaissance. Mais l'absence de préjugés, tout comme l'étonnement, ne peut s'apprendre, c’est un problème.

La Philosophie : une science ?[modifier | modifier le wikicode]

Comment définit-on une science ? Soit par son objet, soit par sa méthode. Par exemple, l’objet de l'Histoire est le passé des sociétés humaines. Quel est l’objet de la philosophie ? Les concepts, qui existent concrètement dans une définition. La philosophie cherche à créer des concepts, à dire ce que sont les choses. Mais il n'y a pas besoin de philosophie pour créer un concept. Alors à quoi sert-elle ? Dans le cas d'un paradoxe (de para- contre, et doxa opinion commune), la philosophie nous est utile.

Saint Augustin par exemple, montre le paradoxe du temps. Nous avons tous le concept du temps, tout le monde sait de quoi on parle si l’on dit qu'on a plus le temps de faire ceci ou cela. Mais lorsque l’on demande de définir ce qu'est le temps, personne ne peut le faire. C'est un paradoxe, où l’on sait sans savoir. La philosophie sert donc à préciser nos concepts.

Mais dans ce cas, un dictionnaire ne suffit-il pas ?

Non, car le dictionnaire donne l'usage d'un mot dans une société et à une époque données et non la définition. C'est l'opinion commune qu'on y trouve, et c’est précisément ce que l’on cherche à dépasser en philosophant, on cherche à s'éloigner de la relativité des jugements pour s'attacher à l'être même des choses. C'est là que résident l'objectivité, la vérité, l'universalité...

Si la littérature est un voyage chez l'autre, la philosophie est un voyage en nous-même, car les idées qui sont exposées par les philosophes auraient pu être les vôtres, car certaines idées sont déjà en nous, mais nous en avons une conscience plus ou moins claire. Malgré l'opinion commune donnant l'image d'une philosophie obscure, c’est en philosophant qu'on s'éclaircit les idées.