Leçons de niveau 18

Philosophie générale/Le mythe

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Le mythe
Icône de la faculté
Chapitre no 1
Leçon : Philosophie générale
Retour auSommaire
Chap. suiv. :Déclin du mythe
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Philosophie générale : Le mythe
Philosophie générale/Le mythe
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Philosophie Antique[modifier | modifier le wikicode]

Le mythe[modifier | modifier le wikicode]

Étymologiquement, le mot mythe vient du grec " muthos " qui signifie « récit » ou « légende ». C'est la toute première tentative d'exploitation du monde. C'est un récit imaginaire et symbolique qui tente d'expliquer les phénomènes naturels. En effet, les mythes ont été la première forme d'explication du monde donnée par les hommes. Ainsi, pour expliquer le « pourquoi » , c'est-à-dire le fondement des phénomènes, les premiers penseurs de notre monde  ont fait recours aux mythes.

Ces récits imaginaires ont trouvés leur expression vers le IXe siècle dans les épopées d'Homère, puis au VIIe siècle dans les poèmes d'Hésiode.

Nous avons par exemple, le mythe d'Er-Le Pamphylien qui nous explique comme les hommes choisissent leurs destins avant de venir sur la terre.

Les anciens grecs attribuaient à chaque phénomène une certaine divinité.  

Début de l'exemple


Fin de l'exemple

De nos jours, il existe encore des mythes dans chaque culture.

En Afrique par exemple , il existe dans la culture Fon, une ethnie béninoise le mythe de la lune et du soleil qui nous explique l'origine des poissons dans la mer.

Le mythe de la lune et du soleil : l'origine des poissons[modifier | modifier le wikicode]

Il y a très longtemps, la lune et le soleil étaient de très bons amis. Mais un jour, ils décidèrent tous deux de jeter  leurs enfants à la mer pour s'alléger la vie. Au jour prévu, la lune au lieu de jeter ses enfants dans la mer, n'y jettera que des pierres, tandis que le soleil lui , jette réellement ses enfants dans la mer pour tenir parole.  Le soir venu , la lune qui , venait de ruser avec le soleil fit sortir ses enfants qui ne sont rien d autres que les étoiles dans le ciel . Se sentant trahit , le soleil s'éloigna de la lune depuis lors. Voilà pourquoi l'on appelle en langue Fon, les poissons de la mer : « Houévi » c' est à dire enfants du soleil. " Houé " signifiant le soleil. C'est aussi pourquoi la lune en apparaissant la nuit , apparaît avec les étoiles tandis que le soleil lui apparaît tout seul.

La fonction du mythe[modifier | modifier le wikicode]

À l'évidence, la fonction essentielle du mythe, c'est d'expliquer la formation de l'univers : son origine, son fondement.

Il faut cependant noter que les mythes, ne sont qu'une tentative de réponse, et qu' ils n'expliquent pas le vrai fondement des phénomènes. Cette insuffisance du mythe conduira les premiers penseurs a adopter d'autres formes d'exploitations du monde à partir du VI°e siècle avant Jésus-Christ. Mais cette fois-ci, ces explications se veulent rationnelles . Elles sont élaborés par des penseurs appelés présocratiques.

Première étape de la pensée conceptuelle[modifier | modifier le wikicode]

Les hommes sont issus des animaux. ils ont commencé dans leur prolongement à penser comme eux, perceptuellement, ce que nous faisons toujours pour diriger notre corps. Les petits groupes familiaux de chasseurs-cueilleurs étaient panthéiste. leur transcendant bienveillant les entourait et les protégeait, guidait leurs routes. ils le vivait et le rêvait. ils n'avaient donc pas besoin d'explication car ils étaient sans questionnement. Ils prenaient à leur portée ce que leur transcendant leur offrait, ils lui rendaient grâce, car il était réel, sans mystère, ni mythe.

Quand ces hommes se sont réunis en villages pour pratiquer l'agriculture, ils ont été confrontés aux difficultés liées au climat, aux catastrophes naturelles et aux maladies transmissibles. Ils ont commencé à se questionner, à conceptualiser un imaginaire explicatif sur les causes de leurs malheurs et sur les moyens d'y remédier. L'ancien transcendant semblait les avoir abandonné, ils durent donc se choisir d'autres divinités et des mythes. Ils les prélevèrent dans les lambeaux de leur ancien transcendant, dans les phénomènes naturels.