Leçons de niveau 10

Outils d'analyse de la langue/Figures de style

Une page de Wikiversité.
Aller à : navigation, rechercher
Début de la boite de navigation du chapitre
Figures de style
Icône de la faculté
Chapitre no 1
Leçon : Outils d'analyse de la langue
Retour au Sommaire
Chap. suiv. : Champ lexical et champ sémantique
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Outils d'analyse de la langue : Figures de style
Outils d'analyse de la langue/Figures de style
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.
descriptif indisponible
Wikipédia possède un article à propos de « Liste des figures de style ».


Introduction[modifier | modifier le wikicode]

Panneau d’avertissement L'histoire des figures de style et de leur usage est complexe et ne peut être résumée facilement ; le paragraphe qui suit permet juste de comprendre l’idée générale.

Les figures de style ont toujours été utilisées, et ce dès l'Antiquité, en particulier par les orateurs (les personnes qui prenaient la parole lors des débats publics, en Grèce ou à Rome). En France, c’est surtout à la Renaissance, avec La Pléiade, puis au XVIIe siècle, avec le courant littéraire de la préciosité que les figures de style ont été utilisées avec une volonté de faire impression sur le lecteur ou le spectateur. La préciosité se consacrait à remplacer les mots du langage dit "populaire" par des figures de style complexes. Ces excès de préciosité sont alors vivement attaqués par Molière notamment dans Les Précieuses ridicules (1659). Au XVIIIe siècle, puis au XIXe siècle, des écrivains comme Voltaire (XVIIe siècle), Baudelaire et Flaubert (XIXe siècle) voient dans les figures de style un moyen d'expression moderne.

Aujourd'hui, les figures de style sont présentes partout dans notre monde, dans les slogans de publicité, les chansons, les articles de presse, etc.

Il existe différents types de figures de style.

Les figures de substitution[modifier | modifier le wikicode]

Les figures de substitution consistent à remplacer un mot par un autre ou parfois une expression inattendue. On y trouve la métonymie, la synecdoque, la périphrase et l’antiphrase.

La métonymie[modifier | modifier le wikicode]

La métonymie est une façon de désigner un contenu par un contenant, le rapport doit être logique.

Début de l'exemple


Fin de l'exemple


La périphrase[modifier | modifier le wikicode]

descriptif indisponible
Wiktionnaire possède un article à propos de « Catégorie:Périphrases en français ».

La périphrase consiste à remplacer une première expression par une seconde expression (qui ont des points communs dans leur sens), sans laisser apparaitre la première (la véritable), qui doit être comprise par le lecteur sans qu’il la lise.

Début de l'exemple


Fin de l'exemple


L'antiphrase[modifier | modifier le wikicode]

Cette figure de style est souvent associée à l’ironie: elle consiste à dire le contraire de ce que l’on pense.

Début de l'exemple


Fin de l'exemple


Ici, le maitre ne dit pas réellement à Guillaume de ne rien faire, c’est le contraire : il lui dit de travailler, on le devine par le contexte ("il avait zéro"). On dit qu’il y a sous-entendu. Si ce contexte n'était pas là ou était différent ("il avait vingt sur vingt" ou tout simplement "il lui rendit le contrôle"), on n'aurait pas pu dire que c’était une antiphrase !

Panneau d’avertissement Pour deviner une antiphrase, on a besoin du contexte de la phrase : ce n'est, sinon, pas forcément une antiphrase !

La synecdoque[modifier | modifier le wikicode]

La synecdoque consiste à remplacer dans la phrase un tout par une partie, un contenu par son contenant ou un objet par sa matière.

Début de l'exemple


Fin de l'exemple


Ici, le fer représente les épées et le verre le breuvage qu’il contient. (Différence avec la métonymie?) Dans le cas du verre, ce n'est pas une synecdoque : c'est une simple métonymie (le contenant pour le contenu). On distingue différentes catégories de métonymies, dont la synecdoque (la partie pour le tout) fait partie, au même titre que l'antonomase (l'espèce pour l'individu).

Les figures d'opposition[modifier | modifier le wikicode]

Les figures d'opposition "collent" deux termes opposés dans un même énoncé. Elles mettent en évidence ce qu’il y a de contradictoire ou d'opposé entre deux éléments, notions, personnages ou situations.

On y trouve notamment l’antithèse, l’oxymore, le chiasme.

L'antithèse[modifier | modifier le wikicode]

Une antithèse établit une forte opposition, contradiction, un fort conflit ou dilemme entre deux idées.

Début de l'exemple


Fin de l'exemple


L'antithèse est ici mise en évidence par l'adverbe de temps : "tantôt", qui commence chaque phrase.

L'oxymore[modifier | modifier le wikicode]

Un oxymore est le fait de rencontrer dans un même groupe nominal, deux mots de sens contraire.

Début de l'exemple


Fin de l'exemple


Le soleil est par définition un objet lumineux ; il s'oppose au "noir".

Le chiasme[modifier | modifier le wikicode]

Figure de style qui ressort particulièrement en poésie, le chiasme tient son nom de la lettre grecque khi : . Un chiasme consiste, dans deux éléments de phrase (ou deux vers, en poésie) successifs, à reprendre les idées, connotations ou motifs du premier élément dans le deuxième en en inversant l'ordre.

Schématiquement (pour un texte en vers) :

Vers 1 : (Idée A) (Idée B)
Vers 2 : (Idée B) (Idée A)
Début de l'exemple


Fin de l'exemple


Les figures d'insistance (ou d'accumulation)[modifier | modifier le wikicode]

Le parallélisme[modifier | modifier le wikicode]

Le parallélisme est la similitude de deux énoncés, deux vers, ou deux phrases.

L'anaphore[modifier | modifier le wikicode]

Une anaphore est une figure de répétition qui consiste à répéter un même mot au début d’un vers, d'une phrase ou d'une proposition.

Début de l'exemple


Fin de l'exemple


On voit une répétition sur le groupe nominal Mon lit, à chaque début de vers (on dit "à l'attaque de vers" en langage littéraire), ce qui en fait donc une anaphore.

La gradation croissante (ou décroissante)[modifier | modifier le wikicode]

La gradation est une énumération dans laquelle tous les éléments signifient la même chose, mais chacun est plus fort (ou plus faible) que le précédent.

Début de l'exemple


Fin de l'exemple


Les figures d'amplification[modifier | modifier le wikicode]

L'hyperbole[modifier | modifier le wikicode]

L'hyperbole est une figure de style qui consiste à largement exagérer les faits, (figure de style très utilisée dans les textes ayant trait à la légende arthurienne, ou encore par Homère, dans L'Iliade et l'Odyssée).

Début de l'exemple


Fin de l'exemple


Panneau d’avertissement À prendre avec précaution encore une fois : sans le contexte, il peut être difficile de deviner si c’est une véritable exagération ou bien tout simplement un fait réel, même incroyable (dans un roman fantastique par exemple).

La litote[modifier | modifier le wikicode]

La litote consiste à rendre une chose pire que ce qu'elle est en ne la nommant pas.

Début de l'exemple


Fin de l'exemple


L'euphémisme[modifier | modifier le wikicode]

L'euphémisme consiste à ne pas nommer une chose ou à choisir des mots moins choquants pour atténuer la gravité d'une affirmation.

Début de l'exemple


Fin de l'exemple


Les figures fondées sur l'analogie[modifier | modifier le wikicode]

Comparaison[modifier | modifier le wikicode]

La comparaison est le fait de comparer deux termes, en les séparant par un comparant (tel, comme, semblable à, ressemblant, aussi...). Cette figure est très usitée dans la poésie.

Début de l'exemple


Fin de l'exemple


Métaphore[modifier | modifier le wikicode]

La métaphore est une comparaison dans laquelle il n'existe pas de terme comparatif entre les deux éléments qui sont comparés.

Début de l'exemple


Fin de l'exemple


Personnification[modifier | modifier le wikicode]

La personnification est le fait de donner des traits humains à des objets ou des animaux (possibilité de parler, attitude humaine, sentiments...). Cette figure de style est notamment utilisée dans le roman de Renart.

Début de l'exemple


Fin de l'exemple


Réification[modifier | modifier le wikicode]

La réification est le fait d'employer des termes d'objets pour des humains.

Début de l'exemple


Fin de l'exemple


Animalisation[modifier | modifier le wikicode]

L'animalisation est le fait d'employer des termes d'animaux pour des humains.

Début de l'exemple


Fin de l'exemple


Allégorie[modifier | modifier le wikicode]

Une allégorie est l’utilisation d'une représentation (le plus souvent un personnage, mais parfois un objet par exemple) pour représenter une valeur, un sentiment.

Début de l'exemple


Fin de l'exemple