Nationalismes et indépendances/Les nationalismes précurseurs d’Afrique du Nord

Une page de Wikiversité.
Aller à : navigation, rechercher

On observe des nationalismes précurseurs au Maghreb, là où existait une élite lettrée : indépendance de l’Égypte en 1922, fondation du mouvement des Jeunes Tunisiens en 1907, fondation au Maroc du Parti de l'Istiqlal en 1934, mouvements des Jeunes Algériens vers 1920.

Égypte[modifier | modifier le wikicode]

La Révolution égyptienne de 1919[modifier | modifier le wikicode]

Après la Première Guerre mondiale, une délégation égyptienne connue sous le nom Wafd demande à participer à la conférence de paix de Paris de 1919 afin d'exiger l'indépendance de leur pays. Son chef politique, Saad Zaghloul, accédera plus tard au poste de Premier ministre. La délégation est arrêtée et déportée à l'île de Malte. En réaction, des manifestations de masse ont lieu en Égypte en mars et avril 1919 qui tournent à la Révolution. Étudiants, fonctionnaires, commerçants, paysans, ouvriers, prêtres, chrétiens comme musulmans participent. La répression britannique cause la mort de huit cents personnes.

En novembre 1919, la commission Milner se rend en Égypte pour tenter de résoudre la situation. En 1920, Lord Milner présente son rapport à Lord Curzon, secrétaire aux affaires étrangères, recommandant que le protectorat soit remplacé par un traité d'alliance. Lord Curzon accepte de recevoir une mission égyptienne dirigée par Zaghloul et Adly Pacha pour discuter de ces propositions. La mission arrive à Londres en juin 1920 et l'accord est conclu en août 1920. En février 1921, le Parlement britannique approuve l'accord et l'Égypte est invitée à envoyer une autre mission à Londres avec les pleins pouvoirs pour conclure un traité définitif. Adly Pacha dirige cette mission, qui arrive en juin 1921.

Cependant, les délégués à la conférence impériale de 1921 réunissant les représentants de l'Empire britannique soulignent l'importance de maintenir un contrôle militaire sur la zone du canal de Suez. Lord Curzon n'arrive pas à convaincre ses collègues du Cabinet de consentir des compensations qu'Adly Pasha seraient en mesure d'accepter. La mission se conclut donc sur un échec.

L’indépendance de 1922[modifier | modifier le wikicode]

Le décembre 1921, les autorités britanniques imposent la loi martiale et expulsent de nouveau Zaghloul. Cette initiative entraîne de nouvelles démonstrations de violence en Égypte. Devant la montée du nationalisme et sur la suggestion du Haut-Commissaire Lord Allenby, le Royaume-Uni finit par reconnaître l'indépendance égyptienne en 1922. Le protectorat est aboli et le sultanat est converti en Royaume d'Égypte. Fouad Ier monte sur le trône et nomme Sarwat Pacha premier ministre.

L'influence britannique continue cependant à dominer la vie politique de l'Égypte et favorise les réformes fiscales, administratives et gouvernementales. La Grande-Bretagne conserve le contrôle de la zone du canal, du Soudan et assure la protection externe de l'Égypte.

Tunisie[modifier | modifier le wikicode]

Maroc[modifier | modifier le wikicode]

Algérie[modifier | modifier le wikicode]

En 1914, les Algériens affichent leur intention indépendante. Ils vont créer plusieurs mouvements politiques.

En 1927, Messali Hadji crée l'étoile Nord-Africain.

En 1931, Abd-El-Hamid Ben Badis crée l'association des Oulémas.

En 1938, Ben Jelloud crée le rassemblement Franco musulman.

Ferhat Abbas crée l'union populaire Algérienne en 1938.

En 1954, Ahmed Ben Bella crée le Front de Libération National...