Leçons de niveau 10

Néolithique/Introduction

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Introduction
Icône de la faculté
Chapitre no 1
Leçon : Néolithique
Retour auSommaire
Chap. suiv. :Mutations techniques

Quiz :

Art
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Néolithique : Introduction
Néolithique/Introduction
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Le mot Néolithique vient du grec et signifie nouvelle pierre (νέος, nouveau, et λίθος, pierre). Il définit la dernière période de l'Âge de la Pierre, car à cette époque apparaissent de nouvelles techniques qui permettent de raffiner le travail de la pierre. Il s'étend de 6000 à environ 3300 av. J.-C, de l'Europe à l'Asie.

La Révolution Néolithique moderne[modifier | modifier le wikicode]

Haches (bifaces) en pierre taillée (Atapuerca, Espagne).
Haches en pierre polie (Arzon, Morbihan, France).
Mains des Grottes de Gargas (Hautes-Pyrénées, France).

L'idée qu'une révolution s'est déroulée lors du passage au néolithique a été proposée en 1936. Vere Gordon Childe (14 avril 1892 – 19 octobre 1957) était un archéologue australien. Il a dirigé la fouille du site néolithique de Skara Brae, en Écosse. Il est aussi connu pour avoir introduit les expressions « Révolution néolithique » et « Révolution urbaine ». Il a surtout été l'un des grands archéologues capables de replacer ses découvertes au sein d'une théorie du développement préhistorique à l'échelle européenne et mondiale.

Notamment, il déclare qu’à cette époque, la chasse et la cueillette ont été abandonnées au profit de l'agriculture et de l'élevage, permettant de passer de la prédation à la production. Une profonde modification dans l'économie des groupes humains, donc, qui provoque à son tour l'apparition des villes, du commerce, de l'écriture.

Cette hypothèse d'un changement rapide, si elle est encore largement discutée par les préhistoriens, s'oppose aujourd’hui à la théorie d'une évolution plus progressive. En effet, l’adoption de l’agriculture ne s’avère pas aussi rapide qu’on pouvait le croire durant la première moitié du XXe siècle. De plus, elle n’est ni synchrone à l’échelle des différents continents, ni universelle. Les premiers agriculteurs exploitaient encore les ressources naturelles et certains groupes ont conservé une économie de chasseur-cueilleur jusqu’à nos jours. Il existe également des exemples de groupes de pasteurs nomades. L'adoption d'une économie de production semble être un phénomène progressif, initié selon certains auteurs dès le début du Mésolithique.


Avant, le Paléolithique[modifier | modifier le wikicode]

Le terme « Paléolithique » vient du grec παλαιός / palaios (ancien) et Λίθος / lithos (pierre). Il peut donc se traduire littéralement par « âge de la pierre ancienne ». Ce terme a été créé en 1865 par le préhistorien John Lubbock.

Plutôt que définir les deux époques sur une ligne du temps, on peut aussi les définir par rapport à la culture matérielle, c'est-à-dire le type d'outil utilisé:

  • Le Paléolithique, c’est l'âge de la pierre taillée,
  • Le Néolithique, c’est l'âge de la pierre polie.

Le Paléolithique est caractérisé avant tout par une économie de prédation : les humains sont des chasseurs-cueilleurs tirant parti des ressources disponibles dans la nature. Outre la chasse et la pêche, le charognage a été envisagé comme moyen d'acquisition de ressources carnées au Paléolithique inférieur et moyen. La cueillette a également dû jouer un rôle important, même s'il est difficile de la mettre en évidence à partir des vestiges archéologiques non périssables.

Les outils de cette époque parvenus jusqu'à nous sont en très grande majorité des outils de pierre taillée, mais des outils en os sont également connus, surtout au Paléolithique supérieur. Le bois est exceptionnellement conservé mais devait être utilisé fréquemment, par exemple pour réaliser des épieux ou pour confectionner des manches.


Chronologie[modifier | modifier le wikicode]

On divise le Paléolithique en trois grandes sous-périodes:

  • Le Paléolithique inférieur est la première période de la Préhistoire, marquée par l'apparition de l'Homme en Afrique. Selon les points de vue et les critères retenus, elle débute entre 3 et 2,5 millions d'années avant le présent. Elle se termine il y a environ 300 000 ans, lorsque des changements au niveau de l'outillage et de l'évolution humaine annoncent le début du Paléolithique moyen.
  • Le Paléolithique moyen débute autour de 300 000 ans avant le présent et s’achève autour de 30 000 ans avec la disparition de l’Homme de Néandertal et l’arrivée des Homo sapiens venus du Proche-Orient. Cette période est marquée par l’apparition d’un ensemble de traits culturels nouveaux : elle voit par exemple se généraliser et se diversifier l’utilisation des outils retouchés.
  • Le Paléolithique supérieur (est caractérisée par l’arrivée de l’Homme moderne en Europe, le développement de nouvelles techniques (lames, industrie osseuse, propulseur, etc.) et l'explosion de l'art préhistorique. Il se situe entre 35 000 et 10 000 ans avant notre ère et correspond à la fin de la dernière période glaciaire.

La dernière période glaciaire[modifier | modifier le wikicode]

La glaciation de Würm, appelée Wisconsin en Amérique, est une manifestation d'un refroidissement qui a concerné plus ou moins directement toute la planète. Ce refroidissement a notamment eu pour conséquence une baisse du niveau des mers d'une centaine de mètres (régression marine) et l'établissement d'un climat périglaciaire en Europe, aboutissant à de profondes modifications de la faune et de la flore.

Des terres émergèrent entre 50 000 ans et 40 000 ans puis entre 25 000 ans et 12 000 ans: des terres sont apparues, telles que celle de la Béringie se situant entre la Sibérie et l'Alaska, permettant à une mégafaune (mammouths, équidés, camélidés, cervidés) et populations humaines de chasseurs-cueilleurs de passer d'un continent à l'autre; des ponts terrestres apparurent également entre l'Australie, la Tasmanie et la Nouvelle-Guinée formant ainsi un grand continent du nom de Sahul; des ponts terrestres également entre l'archipel des Philippines et l'Indonésie; enfin, continuité terrestre entre le Japon et la Corée.

Le Peuplement des Amériques[modifier | modifier le wikicode]

Les Migrations humaines durant le Paléolithique.

L'origine des premiers habitants du continent américain fait l’objet de polémiques parmi les archéologues contemporains. Plusieurs théories ont vu le jour sur le contexte et la date de leur arrivée ; certaines découvertes récentes pourraient remettre en cause le modèle jusqu'ici le plus pertinent, appelé « modèle Clovis ».

Les controverses débutèrent à propos de la découverte du site de Lewisville, au Texas en 1957. Là furent mis au jour les squelettes de nombreux animaux, dont certaines espèces aujourd’hui disparues (mammouths, glyptodons, camélidés, équidés, cerfs, ours, etc.) et des pointes de lances du type Clovis. Mais tous ces ossements et artefacts furent datés par le carbone 14 de 38 000 ans. Cette date fut rejetée par les historiens de l'époque, d'autant plus que les pointes de lances étaient considérées comme de type Clovis. D'autres expertises de datation effectuées en 1963 confirmèrent la date avancée antérieurement. Enfin, en 1978 puis en 1980, Dennis Stanford de la Smithsonian Institution aidé de deux ingénieurs de l'Armée américaine mirent en parallèle la date de 37 000–38 000 ans et l'occupation humaine du site jusqu'à la période de 12 000 ans. Le site de Old Crow dans le Yukon proche de la Béringie, a livré des artefacts datés de 25 000 ans.

Plusieurs découvertes récentes remettent en cause l'ancienneté admise jusqu'ici pour l'occupation de l'Amérique par les Hommes. Parmi les sites fouillés, certains ont révélé des ossements de Paléoaméricains antérieurs à la période dite de Clovis ainsi que des objets antérieurs à la culture de Clovis: Pedra Furada (Brésil), Monte Verde (Chili), Pikimachay (Pérou), Cactus Hill (USA)...

Cultures archéologiques[modifier | modifier le wikicode]

Quand ils étudient les périodes anciennes, les archéologues utilisent le terme de culture pour désigner un ensemble d'artefacts archéologiques, limité à une période et à une zone géographique limitée.

Exemples[modifier | modifier le wikicode]

  • La culture nuragique apparaît en Sardaigne au cours du premier âge de bronze, vers le XVIIIe siècle av. J.-C. et ce nom dérive de son monument le plus caractéristique : le nuraghe. Cette même culture s'est étendue également en Corse, où l’on en trouve trace en maints endroits, notamment en Corse du sud.
  • La culture Komsa était une culture de chasseurs-cueilleurs de l'âge de pierre qui a existé dans le nord de la Norvège aux environ de 6000 av. J.-C. La culture doit son nom à la montagne Komsa, sur le territoire de la commune d'Alta, où les premières découvertes archéologiques la concernant ont été effectuées en 1925.
  • La culture du Mississipi, dans la vallée du même nom, remonte au VIIe siècle ap. J.-C. Elle se caractérise par la construction de tertres, parfois destinés à accueillir des bâtiments, et par sa céramique. Elle a pris fin avec l'arrivée des Espagnols, au XVIe siècle.
  • La culture de Bromme est une culture de la fin du Paléolithique supérieur, soit environ de -9700 à -9000. Elle est nommée ainsi en raison de l'établissement découvert à Bromme, dans l'ouest de la Zélande. Elle est également connue à travers de nombreux établissements retrouvés au Danemark, dans le Schleswig-Holstein et, plus récemment, à Segebro, près de Malmö en Suède.