Leçons de niveau 12

Multivibrateur/Introduction

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Introduction
Icône de la faculté
Chapitre no 1
Leçon : Multivibrateur
Retour auSommaire
Chap. suiv. :Multivibrateurs analogiques
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Multivibrateur : Introduction
Multivibrateur/Introduction
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Introduction[modifier | modifier le wikicode]

Un CPLD (composant programmable)

À l’heure du tout-numérique, les circuits intégrés foisonnent dans notre environnement. Synthétiseurs vocaux, lecteurs multimédia, industrie automobile, électroménager... tous les secteurs sont concernés aujourd’hui par le développement de l'électronique numérique.

Le composant-clé des cartes électroniques numériques est le microprocesseur, siège de toutes les opérations de calcul. Seulement voilà : la réalisation des calculs par le microprocesseur est cadencée par ce qu'on appelle un « signal d'horloge ».

Horloge[modifier | modifier le wikicode]

Un signal carré

L'horloge est un composant essentiel de l'électronique numérique : c’est elle qui détermine la rapidité de fonctionnement du système. Elle émet un signal carré, succession d'états haut et d'états bas. Les circuits en aval réagissent alors au changement d'état de l'horloge. Il y a deux types de réaction :

  • Sur front montant : Le circuit réagit à un passage de l'état 0 à l'état 1
  • Sur front descendant : Le circuit réagit à un passage de l'état 1 à l'état 0

Il est ainsi important de s'intéresser à la création d'un tel circuit électronique auto-oscillant (ou astable) que l’on peut maîtriser pour cadencer un montage à la fréquence désirée.

Génération d'une impulsion[modifier | modifier le wikicode]

Parfois, on ne s'intéresse pas à l'obtention d'un signal en continu, mais à la synthèse d'un signal de durée déterminée en réaction à une impulsion.

Par exemple, lorsque l'ouverture d'une porte est commandée par badge, l'ouverture de la porte est autorisée pendant quelques secondes avant le reverrouillage automatique de la porte. Il faut alors rebadger pour rouvrir la porte. C'est alors la commande du temps d'ouverture en réaction au passage du badge qui nous intéresse. Cette fonction est réalisée par un circuit dit monostable.