Leçons de niveau 18

Mentalisme/Pleine conscience holistique

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Pleine conscience holistique
Icône de la faculté
Chapitre no 6
Leçon : Mentalisme
Chap. préc. :Thérapies
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Mentalisme : Pleine conscience holistique
Mentalisme/Pleine conscience holistique
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Structure mentale de pleine conscience holistique[modifier | modifier le wikicode]

   Comme je le mentionne dans le premier chapitre, l'élève-ingénieur mentaliste est transformé à mesure de ses apprentissages et de l'acquisition de techniques de plus en plus performantes en une suite de paliers successifs, en s'engageant et en accomplissant les exercices du cours de développement mental sémantique DMS de l'Académie Sémantique et Fonctions Mentales. Ce cours, s'il est suivi avec succès, mène au seuil d'un état mental supérieur à celui de l'homme ordinaire. Franchir ce seuil demande un effort particulier d'intégration des structures fondamentales de la fonction analytique 2, dont les éléments sont donnés dans les monographies 47 à 49. Il faut comprendre que c'est en exerçant cette fonction à résoudre des problèmes de plus en plus complexes qu'elle progresse elle-même dans sa restructuration jusqu'à franchir ce seuil. Plusieurs restructurations mentales ont déjà été vécues dans cette démarche évolutive, mais elles n'étaient que partielles et concernaient l'acquisition de nouveaux outils, alors que cette fois-ci c'est une restructuration globale, dont l'effet est quelque peu surprenant. L'analytique l’opère en une fraction de seconde et nous ne sommes pas conscients de toutes les procédures qu'il utilise. Cette transformation ne s'accompagne d'aucune expérience mystique. D'ailleurs le mentalisme scientifique n'est pas une mystique, même si un mentaliste peut se balader dans des états modifiés de conscience et vivre, par plaisir ou selon l'inclination de sa personnalité, des expériences que certains qualifient de mystiques. 
    Certaines personnes parlent de supraconscience, d'hyper-conscience, ou comme Sri Aurobindo de conscience supramentale. Comme je trouve du psittacisme dans ces termes, je préfère désigner cet état du terme de pleine conscience holistique. D'une part parce que j'ignore si nous parlons de la même chose, que c'est toujours la même fonction conscience avec une extension de facultés et non une nouvelle, et d'autre part que "pleine" et "holistique" me paraissent plus qualifiant et plus suggestifs que "supra".
    Cet état mental implique une ataraxie harmonique, une absence de trouble, d'émotion et de stress. Si j'évite aujourd'hui de mettre cette caractéristique en avant, c'est qu'environ 30% des personnes y réagissent négativement, dans un éventail qui va de : "Je ne peux pas vivre sans mes émotions" à "C'est débile de mépriser les émotions comme tu le fais, tu t'es perdu dans un cul-de-sac stérile". Et bien non, je ne peux pas mépriser ce que je ne vis plus, et je m'abstiens de lui dire que la haute maîtrise qu'il revendique est une voie sans issue inconsciente de la réalité de l'évolution mentale. Les gens qui n'en n'ont pas fait l'expérience, imaginent la chose sans pouvoir en juger. L'ataraxie était le Graal de de l'école grecque épicurienne, et est à rapprocher du nirvana ou du tao des écoles orientales. Ce n'est pas seulement un état de sérénité permanente, une autre relation à son corps et à son moi psychique, plus agréable à vivre. Si l'analytique 2 l'installe, c'est pour que notre mental reste efficace à chaque instant, sans être perturbé par des émotions. Il est possible de rester au seuil de cet état. Cependant si on s'en rapproche de trop près, l'analytique peut le déclencher à l'improviste, surtout s'il repère un désir subconscient d'y basculer. Cet état est irréversible, il n'est pas possible de revenir en arrière, car il résulte d'une nouvelle structuration mentale profonde. Au delà, il s'ouvre sur un nouvel espace d'évolution vers un nouveau seuil encore plus élevé, et ainsi de suite, car l'évolution mentale n'a pas de fin.