Leçons de niveau 12

Machine à courant continu/Fonctionnement d'une MCC

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Fonctionnement d'une MCC
Icône de la faculté
Chapitre no 1
Leçon : Machine à courant continu
Retour auSommaire
Chap. suiv. :Description interne d'une MCC
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Machine à courant continu : Fonctionnement d'une MCC
Machine à courant continu/Fonctionnement d'une MCC
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Rappels de mécaniques :

Quelles que soient les machines étudiées, nous pouvons toutes les assimiler à des convertisseurs d'énergie :

  • convertisseur électrique / mécanique : moteur
  • convertisseur mécanique / électrique : génératrice

Elles fonctionnent toutes sur le même principe : l'énergie électromagnétique créée par champ magnétique tournant (aimant fictif ou non tournant) se transforme en énergie mécanique.

Nous nous limiterons dans ce chapitre aux machines à excitation indépendante (aimant permanent ou stator bobiné parcouru par une intensité constante)

Principe de fonctionnement[modifier | modifier le wikicode]

  • Fonctionnement moteur : Tout conducteur mobile parcouru par un courant d'intensité I dans une région de l'espace ou règne un champ magnétique est soumis aux forces de Laplace.
  • Fonctionnement générateur : Tout conducteur se déplaçant dans une région de l'espace où règne un champ magnétique est alors soumis à une variation de flux entraînant une f.é.m. (force électromotrice) induite à ses bornes. Cette f.é.m. s'oppose à la cause qui lui a donnée naissance (c'est-à-dire la variation de flux). C’est la loi de Lenz.
  • Les MCC sont donc des machines réversibles.

Plaque signalétique[modifier | modifier le wikicode]

Type MCC XXXXXXXX Moteur à courant continu et référence
kW 0,3 Puissance utile
(rpm ou tr/min) Vitesse nominale
u 230 A 0,17 Inducteur stator (circuit excitation)
U 230 A 3 induit (rotor)
IP 23 Indice de protection
CI F Classe d'isolation thermique
Serv S1 Service
kg 9 Masse

Relations générales de la MCC[modifier | modifier le wikicode]

Symbole et schéma[modifier | modifier le wikicode]

Symbole du machine à courant continu

On schématise le bobinage de l'induit par un cercle sur lequel appuient deux rectangles noirs représentant les balais. On schématise l'inducteur par une bobine parcourue par le courant inducteur ou courant d'excitation ou .

Relations[modifier | modifier le wikicode]

Force électromotrice :



  •  : la force électromotrice, en volt ()
  •  : la constante de construction ()
  •  : le flux magnétique sur chaque pôle, en weber ()
  •  : la fréquence de rotation, en radians par seconde ()

Si est constante alors :


Moment du couple électromagnétique :



  •  : le couple électromagnétique, en newton-mètre ()
  •  : la constante de construction ()
  •  : le flux magnétique sur chaque pôle, en weber ()
  •  : la fréquence de rotation, en radians par seconde ()

Si est constante alors :


Puissance électromagnétique, source du couple électromagnétique (interaction stator-rotor) :



Remarques :

  • Comme dans toutes les machines électromagnétique, le couple est proportionnel au flux crée par l'inducteur et au courant dans l'induit.
  • Si et , la puissance fournie est alors négative, c’est qu’il reçoit de la puissance mécanique donc fonctionne en génératrice.

Étude des tensions en régime permanent[modifier | modifier le wikicode]

À vide, il existe une tension (f.é.m. induite). On retrouve la courbe d'aimantation d'un circuit magnétique si on relève la caractéristique interne ou à vide. Même allure que celle de la machine synchrone.

Synchronous motor graph.svg

On désigne par :

  • U : tension aux bornes de l'induit
  • R : résistance de l'induit  : chute de tension due aux contacts balais-collecteur.

La source fournit U.I qui est transformée en E.I puissance électromagnétique et pertes joules.

Circuit représentatif machine à courant continu.png





Or souvent on néglige les pertes dues aux contacts, d'où :



Ce modèle à l'avantage d’être linéaire.

Vitesse[modifier | modifier le wikicode]

On a vu que :

Donc U est à peu près proportionnelle à la vitesse.


Pertes du moteur[modifier | modifier le wikicode]

Image logo représentative de la faculté Voir les exercices sur : Fonctionnement d'une MCC.



Les diverses pertes de la MCC sont :

  • pertes magnétiques : surtout localisées dans l'induit car le fer de l'inducteur n'étant pas soumis à une variation de flux n’est pas le siège de courants de Foucault. On les note .
  • pertes par excitation (sauf s'il est à aimants permanents) notées . C’est la puissance fournie au circuit d'excitation. Elles correspondent aux pertes joules dans l'inducteur.
  • pertes joules dans l'induit.
  • pertes mécaniques dues aux frottements et à la ventillation