Mécanisme de l'attention

Une page de Wikiversité.
Aller à la navigation Aller à la recherche

Y. CITTON s'attarde, dans son ouvrage Pour une écologie de l'attention[1], à décrire la sur-sollicitation de notre attention dans nos sociétés contemporaines, intensément médiatisées. De ce constat, il cherche à en démêler les mécanismes afin que le détenteur de ladite attention n'en soit plus qu'un simple producteur-consommateur passif, mais bien un émetteur averti, qui puisse diriger son attention de façon consciente et non biaisée par ses propres mécanismes psychologiques et par des manipulations extérieures. Son ouvrage a vocation à redonner la main au consommateur d'informations sur les médias, en ce qu'il en est le producteur premier de par l'attention qu'il leur concède.


Pour comprendre la portée et les logiques déroulées par l'auteur, faut-il encore saisir la complexité du mécanisme psychologique et physiologique qu'est "l'attention".

L'explicitation de ce mécanisme en psychologie ne date pas du siècle dernier. En effet, dès la fin du XIXes des psychologues tels que Théodule RIBOT, considéré comme le fondateur de la psychologie comme science autonome en France[2], ont commencé leur travaux sur les phénomènes provoqués de l'attention. Plus précisément, des travaux ayant déjà été rendus concernant les "effets" de l'attention, dans son ouvrage Psychologie de l'attention[3] il s'applique quant à lui à en décrire les mécanismes.


En début de son raisonnement, RIBOT souligne le fait que l'attention varie selon deux caractères : son intensité et sa durée. De là il distingue "deux formes bien distinctes d'attention; l'une spontanée, naturelle; l'autre volontaire, artificielle". Il précise par la suite que l'attention n'est pas simple phénomène sans conséquence sur le corps, un mécanisme purement de l'esprit, plutôt un mécanisme "moteur" en ce qu'il agit sur et par les muscles. Toutefois, contrairement aux habitudes d'un corps en action, en mouvement, etc... le mécanisme de l'attention provoque "un arrêt" qui ne dure dans le temps, un passage dans un état fixe. De là se distinguent alors "l'état normal" de l'individu, dans lequel il est producteur d'une pluralité d'états de conscience, apparus par la simulation de ses sens dans son environnement. Et l'état d'attention, dans lequel l'individu arrête ces stimulus extérieurs pour ne s'en concentrer que sur un seul.

  1. Yves Citton, "Pour une écologie de l'attention", 2021
  2. Encyclopædia Universalis‎, « THÉODULE RIBOT », sur Encyclopædia Universalis (consulté le 18 octobre 2021)
  3. Théodule Auteur du texte Ribot, Psychologie de l'attention (3e édition) / par Th. Ribot,..., 1896 [lire en ligne]